Poésie et hétérotopies

Les espaces autres du lyrisme dans la contemporanéité espagnole

13MAI 2016
Madrid
Journée d'étude

Coord. : Zoraida CARANDELL (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Aurore DUCELLIER (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)
Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), EA 2292 (CREC Université Sorbonne Nouvelle Paris 3), EA 369 (Études romanes, Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Coll. : ED 138 (LLS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), ED 122 (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)

Lieu de la manifestation :
Casa de Velázquez
C/ de Paul Guinard, 3
28040 Madrid

Entrée libre et gratuite

Présentation

Michel Foucault définit l’hétérotopie comme une utopie concrète, pourvue d’un emplacement, imparfaitement close sur elle-même et qui ne suit pas les règles communes du social et de la cité. L’hétérotopie est la part négative du social et du langage, mais ce n’est pas un reflet : c’est un lieu qui existe autrement qu’en creux des signes, un lieu que l’on peut situer, cartographier. Le vingtième siècle a connu l’émergence de ce que Michel Foucault appelle des hétérotopies déviantes pour les distinguer des hétérotopies de crise : la prison, l’asile d’aliénés, le cimetière sont situés dans la cité, mais se distinguent d’elle. Lieux de châtiment dans la ville mais à l’écart de la vie, ils constituent des espaces cantonnés. On replacera ces lieux autres, en marge du social et du discours politique, dans la contemporanéité espagnole, en embrassant les langages poétiques de l’après guerre d’Espagne jusqu’à la Transition démocratique, à travers une approche textuelle, philosophique et d’histoire culturelle, où est en jeu la définition de la poésie comme une hétérologie. S’interroger sur la complémentarité des hétérotopies poétiques signifie aussi questionner leur évolution, qui annonce l’émergence de nouveaux ailleurs, et la formulation de nouvelles approches de l’impensé social et collectif.

 

PODCASTS
27/04/2017 - 39min 17s - Français