ARCHIVESBAELO - Contexte, axes et objectifs
 

Description détaillée du corpus à numériser, enrichir et structurer

Le fonds Baelo Claudia de la Casa de Velázquez englobe des documents liés à la préparation des opérations de terrain, les correspondances des archéologues (lettres et documents administratifs relatifs à la gestion de la fouille), la production documentaire sur le terrain (carnets de fouille, documents graphiques et photographiques), l’inventaire des mobiliers (1081 fiches individuelles), les mises en forme des résultats pour leur publication (manuscrits, planches, cartes, plans topographiques…) et les articles de journaux. Les archives papier représentent cinq mètres linéaires et sont composées d’environ 650 dossiers, comprenant un nombre divers de pièces. La moitié de cette documentation concerne les campagnes de fouilles, un quart concerne les publications et la part restante est ventilée entre les études topographiques et architecturales ‒ pour lesquelles on recense 90 plans et relevés ‒ et les résultats de sondages. À lui seul, l’ensemble photographique compte actuellement 1110 tirages, 9660 négatifs et 750 diapositives. Grâce au programme scientifique Belo. Les archives photographiques que la Casa de Velázquez a conduit en collaboration avec l’Universidad Autónoma de Madrid, la moitié de l’ensemble photographique a déjà pu être traité entre 2016 et 2017. Les 300 pièces (inclus les 90 plans et relevés) dont la dimension était comprise entre le format A3 et A0 ont également été numérisées (Entreprise IFP). Néanmoins, de très récents versements d’archives, suscités par la célébration du centenaire des premières fouilles scientifiques (http://www.arqueo100.es/fr/accueil/), sont encore en cours de traitement et n’entrent pas dans les dénombrements susmentionnés. Il faut donc ajouter le fonds Bonneville (600 pièces diverses) et le fonds Didierjean (855 pièces diverses + 786 photos, négatifs et planches contact). De façon générale, l’état de conservation des archives est bon, seuls les plans de travail de dimension A0 et supérieur ont souffert des multiples manipulations sur le terrain. Toute cette documentation permet de suivre durant un siècle, et de façon plus détaillée sur les 50 dernières années, l’évolution d’un chantier de fouille (choix scientifiques et méthodologiques, résultats, valorisation scientifique et patrimoniale…) et fournit aux futurs chercheurs une base documentaire indispensable pour engager de nouvelles opérations de terrain.

Depuis 1917, la Casa de Velázquez est présente sur le site de Baelo Claudia, mais de façon régulière depuis 1966. Si les archives des années 1917-1921 ont toutes disparu au moment de la destruction de l’établissement durant la guerre civile espagnole, celles comprises entre 1966 et 1989 ont été intégralement conservées et « ordonnées », campagne après campagne ; la documentation brute des programmes scientifiques développés depuis les années 2000 n’y est en revanche plus déposée, seuls les rapports de fin de campagne sont archivés. Néanmoins, les documents au format numérique et leurs métadonnées sont en cours de récupération. Pour combler les vides documentaires entre 1917 et 1966, il est prévu de récupérer les métadonnées et des hyperliens de plusieurs fonds d’archives publics et privés espagnols, à savoir (Cf. schéma fiche 8) : 1) le fonds documentaire de J. Bonsor (Archivo General de la Administración, Sevilla. Junta de Andalucía) ; 2) l’archive photographique Loty (Museo Artes y Costumbres Populares, Sevilla. Junta de Andalucía) ; 3) La collection Carlos Franco González-Llanos (Valladolid) ; 4) le legs documentaire García y Bellido au CeDAP de la UAM ; 5) La collection photographique de Isidoro Otero au CeDAP de la UAM ; 6) l’archive photographique du Conjunto Arqueológico de Baelo Claudia (Tarifa, Cádiz).

Le archives de l’IRAA, tant graphique que photographique, sont conservées dans ses locaux de Pau et représente environ trois mètres linéaires. Les relevés des monuments font toujours l’objet de dessins manuels sur calque ou papier réalisés sur le terrain. Les mises au net ont été totalement manuelles et tracées à l’encre sur calque jusqu’en 2000, manuelles et/ou numériques après cette date. Une base de données FileMaker inventorie la documentation non numérique déjà enregistrée : 971 documents concernant les travaux de l’IRAA à Baelo ont été enregistrés à ce jour (dont 334 plans supérieurs au format A3). Quant aux photographies, on dénombre 2 580 négatifs (4,5 x 6 cm), archivées par date de prise de vue, légendées et signées. Ces tirages positifs ont leurs négatifs d’une part et leurs planches-contacts. A ces photographies noir et blanc, on peut ajouter 700 diapositives (24/36 mm).

Le corpus complet (CVZ et IRAA) se compose donc d’environ 18586 pièces, dont quelque 5000 pièces sont déjà numérisées. Il s’agit dans le projet ArchivesBaelo d’ouvrir l’intégralité des données brutes, dont une infime partie a déjà été traitée pour publication.


Orientations scientifiques du projet

Objectifs : sur le modèle de ce qui existe à l’École française d’Athènes ou à la MSH Mondes, le projet a pour ambition de mettre à la disposition des chercheurs et du grand public, au moyen d’une plateforme numérique, toute la documentation archéologique produite depuis un siècle et disponible concernant le site de Baelo. À l’heure actuelle, pour des raisons techniques (absence d’un archiviste qualifié pour assurer l’accès au fonds, tant à la CVZ qu’à l’IRAA), la documentation archéologique n’est pas disponible aux chercheurs ; la dématérialisation du corpus permettrait son exploitation à distance par l’ensemble de la communauté scientifique. De par son caractère interdisciplinaire et international, ce projet qui vise l’exhaustivité s’inscrit dans une perspective innovante.

Le programme de numérisation s’inscrit donc dans un projet scientifique plus large qui poursuit quatre objectifs majeurs :

1) L’inventaire et la numérisation de la totalité des archives ;

2) Leur conservation via les services de la TGIR-Humanum (Nakala / Huma-num Box) avant versement au Cines ;

3) Leur diffusion au moyen :

  • D’un instrument de recherche sous AtoM (www.accesstomemory.org) ;

  • D’une plateforme de diffusion dédiée Omeka ;

  • De son intégration à la Perséide des EFE (prévue en 2022) ;

4) Son exploitation scientifique.

Etat de l’art : Jusqu’en 2015, le fonds archéologique de la Casa de Velázquez n’était pas accessible aux chercheurs du fait qu’aucun classement et qu’aucune mesure de conservation n’avaient été effectués. Un premier inventaire du fonds Baelo a été réalisé la même année et dans la foulée, un programme de recherche (2016-2017) a été mis en place pour traiter exclusivement les archives photographiques. Ce programme, intitulé BELO. Inventaire, catalogage, numérisation et étude des images du fonds d’archives photographiques de la Casa de Velázquez : le site archéologique de Baelo Claudia (Tarifa, Cadix, Espagne), a été coordonné par Myriam FINCKER (USR 3155 – Institut de recherche sur l'architecture antique, Aix-Marseille) et Juan BLÁNQUEZ PÉREZ (Universidad Autónoma de Madrid). En quelque 10 mois, il a été seulement possible de traiter la moitié de la documentation photographique. Ce programme compte néanmoins à son actif une exposition photographique itinérante (Bolonia, Madrid) et la publication d’un catalogue (http://www.arqueo100.es/programme-dactivites/news/baelo-claudia-ex-situ-2/). Le projet présenté ici permettrait de finaliser la numérisation non seulement des archives photographiques, mais également de tous les autres types de documents.

Résultats escomptés : outre l’existence de la plateforme numérique regroupant la totalité de la documentation archéologique disponible sur le site de Baelo, une exploitation scientifique diversifiée pourra être faite de ce corpus dématérialisé. L’accès direct et libre à la documentation numérisée permettra : la révision des données des anciennes fouilles, la caractérisation des travaux de restauration réalisés tout au long des décennies ou encore l’analyse des éléments historiographiques portant sur les personnes impliquées et sur les méthodes de fouille. La documentation et les recherches susmentionnées serviront d’appui aux actuelles investigations sur le site qui, pour certaines d’entre elles, sont amenées à publier un ouvrage monographique dans la série Belo (qui compte aujourd’hui 9 volumes). Parallèlement, il est prévu de compléter un film 3D évolutif sur l’histoire des fouilles (http://www.arqueo100.es/activites-et-actualites/news/sortie-du-documentaire-belo3d-baelo-claudia-100-ans-de-fouilles-archeologiques-et-detudes-archi/) et le travail des chercheurs, avec la restitution des principaux édifices publics particulièrement bien documentés. Les requêtes de la plateforme pourront se faire soit par mots-clés, soit directement via ledit film 3D.

Enfin, à l’issue du projet, l’ensemble de ces données viendra alimenter l’espace « Chantiers de fouilles » de la Perséide dédiée aux Écoles françaises à l’étranger (objectif début 2022). En lien avec le réseau des Écoles françaises à l’étranger, le projet ArchéoRef Alignements, qui a pour objectif d’aligner les notices IdRef avec le référentiel PACTOLS du réseau Frantiq et les référentiels de géolocalisation Geonames et Pleiades, valorisera les documents du fonds d’archives Baelo avec les publications concernant ce site diffusées sur Persée et OpenEdition.