Axe III - Patrimoines, héritages, réécritures

Cet axe de recherche vise à aborder la notion de patrimoine comme un ensemble de processus dynamiques de transmission, de sélection et de conservation d’objets ou de productions immatérielles, mais aussi comme un espace de réécritures qui recompose les usages du passé pour mobiliser de nouvelles relations collectives de réinvestissement ou de désaffection de la remémoration. 

Patrimoines et « invention patrimoniale ». Dans cette perspective, c’est la dialectique de « l’invention patrimoniale », telle que l’a récemment envisagée l’historien Dominique Poulot1, qui constituera notre champ privilégié de recherche, pour questionner sur la longue durée les reconfigurations successives de notre rapport au passé et à la culture, dans la mesure où, comme il le remarque, « le patrimoine peut s’inscrire dans un rapport au temps qui n’est pas forcément celui de l’histoire et qui parfois le refuse ». Il s’agira donc d’interroger les enjeux politiques, sociaux, culturels et identitaires qui s’engagent précisément dans cet écart où se déploie la construction collective d’un temps à la fois authentifié et retrouvé, vécu et partagé, grâce à un patrimoine qui « fait héritage » et identifie une société donnée. À partir de l’étude des opérations normatives, des discours théoriques et des pratiques institutionnelles qui contribuent à la fabrique d’un statut patrimonial, nous pourrons envisager comment la relation de patrimonialisation projette, transmet et crée une incarnation de la souveraineté nationale, des identités collectives et des modes de partage de la culture. 

Phases et régimes de patrimonialisation. Nous souhaitons accorder une attention particulière aux périodes historiques qui constituent des seuils de transition dans l’élaboration de nouvelles consciences patrimoniales de l’Antiquité à la période contemporaine, ainsi qu’aux étapes charnières de crise et de remise en cause des grands récits et des régimes de patrimonialisation constitués. Cette approche spécifique des phases de patrimonialisation doit permettre une analyse plus fine des contextes culturels et politiques nationaux qui voient l’émergence de nouveaux patrimoines et la dé-patrimonialisation de certains autres. En effet, l’évolution des paradigmes de valeurs associés au patrimoine actualise de différentes manières un rapport général au passé et aux memorabilia, qui peuvent être analysées comme autant de stratégies de réécriture globale de l’Histoire par des communautés données. Cette approche du phénomène patrimonial dans la diachronie pourra par exemple prendre en compte la conception d’un patrimoine conçu comme trésor de souveraineté pour la période de l’Ancien Régime, puis l’avènement d’un patrimoine dépositaire des valeurs de citoyenneté de l’État-nation moderne, ou enfin l’émergence et la crise contemporaine du modèle démocratique de mise en commun égalitaire du patrimoine et de la culture. 

Renouveau des enjeux contemporains et inflation patrimoniale. Le choix de la notion de patrimoine a été guidé à la fois par le renouveau contemporain des pratiques sociales qu’elle mobilise et par l’actualité des débats intellectuels qu’elle a récemment suscités. On peut rappeler ainsi que François Hartog avait diagnostiqué le phénomène conjoint de l’inflation du tout-mémoriel et du tout-patrimonial dans les sociétés contemporaines depuis la Chute du Mur de Berlin en 1989, comme le symptôme le plus marquant d’un changement majeur de régime d’historicité en Occident, qu’il interprétait comme l’avènement d’un présentisme ou d’« un temps de prévalence du point de vue du présent »2. Du point de vue de la sociologie, Nathalie Heinich3 avait également mené en France un constat similaire, en analysant la construction d’une « fabrique du patrimoine » qui semblait fonctionner à plein régime au tournant des années 2000, avec une chaîne de production de la fonction-patrimoine allant « de la petite cuillère à la cathédrale ». Dans le champ littéraire, des chercheurs ont aussi attiré l’attention sur les ambigüités de la politique du patrimoine appliquée à la littérature nationale (Roussin, 2011). Au-delà de ces symptômes de « sur-patrimonialisation » contemporains, ces approches françaises nous engagent à prolonger la réflexion sur la longue durée et à décentrer la perspective, en engageant les enjeux épistémologiques liés au « Tout-patrimoine » dans une géographie plus globale de la pensée et de l’analyse de la patrimonialisation. 

Le patrimoine en temps de globalisation : Heritage Studies et Southern turn. Depuis le début des années 2000, le champ disciplinaire et les pratiques institutionnelles liées à l’analyse de la patrimonialisation se sont projetés hors des problématiques traditionnellement circonscrites à la conservation et à la muséalisation, pour donner lieu à une intense réflexion qui ouvre le domaine des sciences sociales à de nombreuses autres disciplines extérieures. L’émergence récente d’un champ de recherches autonomes, les Heritage Studies dans le monde anglo-saxon, est ainsi fondée sur une approche post-disciplinaire, qui ambitionne d’être un carrefour de savoirs entre le droit, l’anthropologie, l’ethnologie, l’histoire, l’archéologie, la muséologie, l’histoire de l’art, mais aussi l’architecture, la géographie et la sociologie du tourisme, ou encore la géopolitique de la culture. En outre, il faut remarquer que cette effervescence théorique disciplinaire s’institutionnalise très rapidement (depuis 5 ans, on a pu assister à la création sous le label Heritage Studies ou Cultural Heritage Studies de plusieurs revues, centre de recherches, réseaux internationaux et cycle de formation d’étudiants de grande visibilité internationale). 

Dans le discours de ses principaux protagonistes, cette institutionnalisation du patrimoine en discipline de savoir global est profondément liée à l’irruption d’acteurs non-occidentaux qui revendiquent une approche transnationale et « subalterniste » des questions de valeurs liées à la fabrique du patrimoine. Remettant en question les analyses en termes de rapports entre Centre et Périphéries, les principales figures intellectuelles du champ actuel des « études patrimoniales » se situent de fait à la pointe d’un tournant majeur de la pensée contemporaine, qui est une « théorie des Suds », un Southern turn4, entrepris depuis l’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine. À ce titre, la Casa de Velázquez, historiquement tournée vers le sud de l’Europe et l’Amérique latine, a vocation à conduire une réflexion sur la construction et l’évolution historique et l’approche critique des patrimoines, qui intègre cette ouverture contemporaine tant sur le plan disciplinaire que géographique, pour nouer de nouveaux dialogues Nord/Sud autour de ces questions.

1 Dominique POULOT, Une histoire du patrimoine en Occident (XVIIIe-XXIe siècle) : du monument aux valeurs, Paris, PUF, collection « Le Nœud gordien », 2006.

2 François HARTOG. Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003.

3 Nathalie HEINICH, La Fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009.

4 Jean & John COMAROFF, Theory from the south: or how Euro-America is evolving toward Africa, Boulder (Colorado), Paradigm publishers, 2011.

PODCASTS

Conclusiones

Rújula López PEDRO VÍCTOR
08/05/2018 - 22min 9s - Espagnol