Imprimés officiels à l'époque moderne

Session 1 : L’imprimé dans les pratiques de gouvernement urbain. L’exemple de Lyon au XVIe siècle - Gautier Mingous (Université Lumière Lyon 2)

27OCTOBRE 2020, 12h30 - 14h00
WEBINAIRE
Webinaire

Coord. : Nicolas SIMON (EHEHI-Casa de Velázquez, MIAS / Marie Sklodowska Curie)

Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Madrid Institute for Advanced Study, H2020- Actions Marie Sklodowska Curie

En savoir plus sur le programme COLEX


Inscription préalable obligatoire
Accéder au formulaire

 

Le Webinaire Imprimés officiels à l'époque moderne

L’invention de l’imprimé a permis aux autorités politiques de l’époque moderne d’avoir un nouveau moyen de communiquer les décisions qu’elles prenaient. Cette situation n’est pas exempte de paradoxe. Alors que les autorités politiques et ecclésiastiques se sont appropriées ce moyen pour communiquer leurs décisions, elles ont aussi été enclines à considérer l’imprimé comme dangereux. L’utilisation de l’imprimé par les autorités politiques à l’époque moderne soulève un nombre considérable de questions et ouvre la voie à de nombreuses recherches à la fois en histoire du livre et de l’imprimé, que dans le domaine de l’histoire politique, l’histoire institutionnelle ou l’histoire du droit.

L’objectif de ce wébinaire international est de mettre en lumière les multiples usages de l’imprimé par les autorités politiques aux 16e et 17e siècles. Ce sera aussi l’occasion de montrer les articulations importantes entre oralité, écriture et imprimé à cette époque.
 

Session 1 : L’imprimé dans les pratiques de gouvernement urbain. L’exemple de Lyon au XVIe siècle

Gautier Mingous (Université Lumière Lyon 2)

Deuxième ville du royaume de France, Lyon est aussi l’une des principales capitales européennes de l’imprimé au début de l’époque moderne. Pourtant, les autorités politiques de la cité n’ont fait qu’un usage d’abord modéré de cet outil, lui préférant des moyens de communication plus traditionnels et davantage maîtrisés pour diriger la communauté. Le XVIe siècle voit toutefois se transformer en profondeur le rapport des élites urbaines à l’imprimé. Capable de toucher un très large public et de porter un message officiel destiné à être su et respecté, celui-ci s’impose progressivement comme un objet prégnant de gouvernement urbain à la fin du siècle, parfaitement intégré au fonctionnement des chancelleries municipales.

Comprendre une telle mutation invite à replacer l’utilisation de l’imprimé officiel dans le contexte troublé de la première modernité lyonnaise. L’irruption des troubles de Religion et de la guerre civile au cœur de la cité tout comme le retour chronique des épisodes de peste ont forcé les pouvoirs à repenser leurs modes de gouvernance pour y intégrer un outil supplémentaire en vue de répondre efficacement aux crises traversées. Ces nouvelles pratiques invitent à interroger comment les élites ont pris part au phénomène de production des pièces imprimés, notamment pour les rendre officielles et comprises localement comme un objet d’autorité. De même, l’analyse de leur utilisation concrète et quotidienne permettra de souligner la place centrale de l’oralité et de l’écrit dans le processus d’officialisation du message imprimé. En cela, cet outil introduit un nouveau rapport à l’information et à la communication entre les dirigeants et leur communauté.

L’étude des pratiques de gouvernement urbain par le biais de l’imprimé vient enfin apporter un nouvel éclairage sur les politiques dialogiques entre pouvoir central et autorités locales. Ce nouvel outil offre aux villes un moyen de participer pleinement à la vie politique du royaume et à s’affirmer comme des actrices primordiales pour répondre aux multiples défis posés par les crises de la fin du XVIe siècle.