Projet OLEASTRO
OLEiculture et production d’AmphoreS en Turdétanie ROmaine

CHRONIQUES DES FOUILLES sur ARCHEOCVZ.HYPOTHESES.ORG

Les liens avec les travaux antérieurs des participants sont nombreux ; ce projet s’inscrit en effet dans la continuité des problématiques abordées par les chercheurs impliqués dans PAEBR. Les * identifient les participants du programme PAEBR également impliqués dans OLEASTRO.

Piero BERNI MILLET, chercheur associé à l’Institut Català d’Arqueologica Clàssica (Tarragona), a soutenu sa thèse de doctorat sur les timbres sur amphores à huile de Bétique Dr. 20,  en 2007 (Université de Barcelone) ; thèse qu’il a publié en 2008. Spécialiste de l’épigraphie amphorique romaine, il a publié de très nombreux ouvrages, chapitres d’ouvrages et articles sur cette problématique (timbres, inscriptions peintes, graffiti). Il a été Professeur d’Informatique et Multimedia de la Universitat Oberta de Catalunya et auteur de la base de données Ceipac sur l’épigraphie amphorique latine. Il coordonne le développement du laboratoire virtuel  « Amphorae ex Hispania » et apporte, sur la question spécifique des timbres sur Dr. 20, un soutien important aux doctorants des programmes PAEBR et OLEASTRO du LabEx Archimede-Montpellier. Il est également chercheur associé à l’UMR5140 « ASM » de Lattes, équipe TP2C.

* Hervé BOHBOT, ingénieur d’étude au CNRS (UMR5140 ASM) est spécialiste des SIG et gère la cartographie des données ; il travaillera également sur la lecture des images aériennes des ateliers pour l’élaboration d’un système de détermination automatique de la densité des mobiliers.

Laurent BOUBY, ingénieur de recherche au CNRS et rattaché à l’UMR5554 ISEM de Montpellier, il travaillera avec J.-F. Terral et S. Ivorra sur la problématique des noyaux d’olives.

Oriane BOURGEON, doctorante/allocataire de recherche du Labex Archimede est inscrite en co-tutelle dans les universités de Montpellier 3 et de Séville. Elle a soutenu en 2012 un mémoire de Master 2 consacré à l’atelier de Las Délicias et a co-dirigé la fouille de Las Delicias entre 2013 et 2015. Elle a par ailleurs organisé et encadré trois stages de prospection de 1 mois réalisés depuis le début de l’année 2013 sur les ateliers d’amphores de la vallée du Genil. Son apport dans le programme OLEASTRO sera méthodologique puisqu’elle aidera à l’application des méthodologies de PAEBR et à leur amélioration.

Adrien CAMUS, ingénieur de recherche à l’UMR7266 LIENSs de La Rochelle, il est un spécialiste de la détection électromagnétique et réalisera avec V. Mathé, les prospections sur une partie des ateliers de la vallée du Guadalquivir.

* Charlotte CARRATO, docteur de l’Université de Montpellier depuis décembre 2014, C.C. est une spécialiste reconnue des dolia qu’elle a étudié dans sa thèse, et a pris une part active à la fouille de Las Delicias. Au sein du programme OLEASTRO, elle est plus particulièrement chargée de l’étude et de la caractérisation des restes de dolia collectés lors des prospections et des fouilles. Cet aspect de la recherche a jusqu’à présent été totalement ignoré alors que ces grandes jarres sont mises en œuvre au sein des huileries pour la production et le stockage de l’huile d’olive. Plusieurs ateliers du Genil et de la zone Palma del Rio/Brenes, ont livré des restes caractéristiques d’une production locale massive de ces grands conteneurs dont la place au sein du processus de production d’huile ne doit pas être négligée comme le montrent les découvertes de Las Delicias.

* Quentin DESBONNETS, doctorant/allocataire de recherche du Labex Archimede est inscrit en co-tutelle dans les universités de Montpellier 3 et de Séville (E. Garcia Vargas). Il a participé activement aux opérations de terrain du programme PAEBR de 2013 à 2015. Q. D. a soutenu en juin 2015, un mémoire de Master 2 qui concernait les ateliers/portus du conventus de Séville et est inscrit en thèse depuis octobre de la même année. Ses recherches portent sur le secteur qui s’étend de Palma del Rio jusqu’à Séville et concerne les ateliers de Dr. 20 et Dr. 23 ainsi que les sites de production d’huile en relation topographique avec ces derniers.

* Corinne DUBLER, doctorante/allocataire de recherche du Labex Archimede est inscrite en co-tutelle dans les universités de Montpellier 3 et de Barcelone (J. Rémesal). Elle a participé activement à la fouille de Las Delicias en 2014 et 2015. C. D. a soutenu en juin 2015, un mémoire de Master 2 qui concernait l’étude de la diffusion des Dr. 20 en Gaule Narbonnaise à travers l’inventaire exhaustif des timbres (1100 occurrences). Elle et est inscrite en thèse depuis octobre de la même année. Ses recherches portent sur l’étude des circuits de distribution des Dr. 20 dans les Gaules et les Germanies à travers la cartographie des timbres. L’objectif est de déterminer et de qualifier l’existence de réseaux marchands organisés reliant les conventus et à l’intérieur de ceux-ci, des zones de production distinctes, et les zones de consommation de ces provinces de la partie nord-occidentale de l’Empire. Son apport à OLEASTRO concerne essentiellement la chronologie des timbres et amphores puisque c’est elle qui dans les Gaules et les Germanies, procèdera à leur inventaire exhaustif et à leur classement chronologique critique sur les sites de consommation.

*Philippe DUFRESNE, ingénieur d’étude au CNRS (UMR5060 IRAMAT Bordeaux-Rennes) assure le traitement des échantillons archéomagnétiques au sein de son laboratoire.

*Enrique GARCÍA VARGAS, MCF à l’Université de Séville a consacré sa thèse, publiée en 1998, aux ateliers d’amphores de la zone Cadix-Séville et collabore depuis une quinzaine d’années aux recherches entreprises à Ecija ; il a réalisé en 1998, des sondages sur l’atelier de Las Délicias et dirige à Sanlucar-la-Mayor (prov. de Séville) la fouille de la villa romano-almohade de Lagunillas. Il co-direge les thèses d’O. Bourgeon et de Q. Desbonnets ; il a également assuré la co-direction de la fouille de Las Delicias. Il est chargé de coordonné d’un point de vue administratif et scientifique, les opérations de terrain en Espagne.

* Iván GONZÁLEZ TOBAR, étudiant en M2 et doctorant à l’horizon d’octobre 2016, dans le cadre d’une co-tutelle avec Enrique Melchor, professeur d’Histoire ancienne à l’université de Cordoue, travaille actuellement dans le cadre de son mémoire de M2 sur le conventus de Cordoue et plus particulièrement sur une série d’ateliers appartenant à des familles clarissimes. Son mémoire de M1 (juin 2015) traitait du secteur d’ateliers de Picachos et a permis de montrer que la stricte application de méthodes de prospection et d’inventaire des mobiliers rigoureuses permettait de caractériser un secteur de production dense et complexe. Sa thèse sera consacrée aux ateliers de cette zone et aura plus particulièrement comme objectif de mieux définir la place des familles sénatoriales ou équestres, dans le processus de production des Dr. 20.

* Sarah IVORRA, Ingénieur d’étude au CNRS, rattachée à l’UMR5554 ISEM de Montpellier. Elle assurera la coordination technique des mesures des noyaux d’olive de Las Delicias et des analyses statistiques afférentes.

Philippe LANOS, directeur de recherche au CNRS (UMR5060 IRAMAT Bordeaux-Rennes) dirige un programme de recherche sur les datations archéomagnétiques des fours d’époque romaine dans les Gaules et les provinces voisines. Il est intervenu en mai 2014 à Las Delicias et à Malpica où il a réalisé les prélèvements archéomagnétiques de trois fours. Il coordonne la partie du programme qui concerne la chronologie des fours (Archéomagnétisme ; C14 ; stratigraphie et mobiliers).

Vivien MATHÉ, MCF à l’Université de la Rochelle/UMR7266 LIENSs, il est un spécialiste de la détection électromagnétique et réalisera avec A. Camus, les prospections sur une partie des ateliers de la vallée du Guadalquivir.

*Stéphane MAUNÉ, directeur de recherche au CNRS et porteur du projet OLEASTRO dirige depuis 2005 une fouille programmée/chantier-école de l’Université de Montpellier III qui concerne une villa gallo-romaine associée à un grand atelier de potiers, actifs entre le début du Ier s. ap. et le IVe s. (Saint-Bézard, Aspiran, Hérault). Il a soutenu en 2009 une HDR qui était consacrée aux apports des ateliers de potiers à la connaissance des structures socio-économiques de la province de Gaule Narbonnaise. Il dirige plusieurs thèses portant sur divers aspects de l’économie et du commerce antique dans les Gaules et en Méditerranée nord-occidentale. Depuis 2013, une grande partie de ses activités de recherche concerne la vallée du Genil (fouille de Las Delicias et direction de la thèse d’O. Bourgeon) ainsi que le bassin moyen du Guadalquivir (direction de deux thèses, une troisième en octobre 2016). Il assure la direction du projet et coordonne le travail de recherche des équipes impliquées.

Enrique MELCHOR, professeur d’Histoire ancienne à l’Université de Cordoue, il est spécialiste de l’histoire des élites d’époque romaine dans les Hispanies et s’intéresse notamment aux familles sénatoriales de la province de Bétique . Il assurera à partir d’octobre 2016, la direction de la thèse d’I. Gonzalez Tobar, inscrite en co-tutelle avec l’université Paul Valéry/Montpellier 3.

Juan MOROS, doctorant à l’université de Barcelone et membre du programme ERC EP-NET, il travaille sur la question du timbrage des amphores Dr. 20 et est l’un des spécialiste reconnu de cette question ; il a également une bonne connaissance des ateliers du bassin du Guadalquivir.

José REMESAL, professeur à l’université de Barcelone et directeur du programme ERC EP-NET ; il est un spécialiste reconnu de la problématique du commerce des amphores à huile Dr. 20 et dirige également le site web du CEIPAC qui constitue la base de données principale sur les timbres sur Dr. 20. Il dirige également les fouilles du Monte Testaccio, qui livre l’essentiel des dates consulaires sur marques peintes, et a une très bonne connaissance des ateliers du conventus d’Hispalis puisqu’il a fouillé à La Catrilla ainsi qu’à Tejarillo. Il co-dirige la thèse de Corinne Dubler.

*Maria Oliva RODRÍGUEZ ARIZA, professeur à l’Université de Jaen, est anthracologue et travaille sur l’histoire de l’environnement en Andalousie aux époques pré-romaine et romaine. Elle a été formée à l’Institut de botanique de Montpellier (Centre de BioArchéologie et Ecologie-UMR5059) et prend en charge l’analyse des charbons de bois des sites qui seront fouillés.

Séverine SANZ, Ingénieur d’étude au CNRS-UMR5140 ASM est topographe et sera en charge du calage et de la restitution topographique des fouilles. Elle participera également à la réflexion sur le traitement des images aériennes avec H. Bohbot.

*Jean-Frédéric TERRAL, professeur à l’Université de Montpellier 2, directeur de l’UMR5554 ISEM de Montpellier, est spécialiste de l'achéobiologie et de l’histoire de l’olivier et dirige d’importants programmes de recherche sur ce thème, autour de la Méditerranée. Il synthétisera, avec Laurent Bouby (IR CBAE, carpologue), les résultats des étude morphométrique des noyaux d’olive de Las Delicias et des fouilles à venir