Vanessa RODRIGUES

25 ans
Doctorante en histoire de l'art et archéologie
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Laboratoire ITEM (EA 3002)



Parcours universitaire et expériences professionnelles

Depuis 2011 : Doctorante en histoire de l'art et archéologie : Échanges artistiques dans l'aire atlantique (Portugal, Nord de l'Espagne, Aquitaine) du début du Ier millénaire avant J.-C. : le cas des objets de parure, sous la direction de François Réchin et Hélène Le Meaux, laboratoire ITEM (EA 3002), Université de Pau et des Pays de l'Adour.

2011-2014 : Doctorante contractuelle, monitrice en histoire de l'art antique et archéologie.

Depuis 2013 : Membre participant du projet de recherche POEM, Pyrénées Occidentales Échanges et Mobilités, sur le thème « Manifestations funéraires de la protohistoire dans les Pyrénées et leurs piémonts »,  Laboratoire ITEM, UPPA.

2013 : Boursière de l'École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques, Madrid.

2011 : Master 2 Recherche histoire de l'art et archéologie, mention Cultures et Sociétés, UPPA : L’orfèvrerie orientalisante du territoire portugais au début du Ier millénaire avant J.-C. : la question des échanges d’art (dir. H. Le Meaux).

2010 : Master 1 Recherche histoire de l'art et archéologie, mention Cultures et Sociétés, UPPA : Les échanges d'art du territoire portugais au début du Ier millénaire avant J.-C. (dir. H. Le Meaux).

2006-2009 : Licence histoire de l’art et archéologie, spécialité archéologie, U.P.P.A.

Résumé du travail de recherche

Mon doctorat porte sur les objets de parure de l'aire atlantique (Portugal, Nord de l'Espagne, Aquitaine) du premier âge du Fer (VIIIe – Ve siècles). Longtemps considérés comme de simples traceurs chronologiques, et parfois appréciés pour leur seul caractère somptuaire, ils n'ont, pour l'heure, jamais fait l'objet d'un travail de synthèse. Nous avons orienté notre investigation selon deux trajectoires : d'une part, prendre en compte l'ensemble des objets de parure, quel que soit le matériau et, d'autre part, engager une étude sur les interactions artistiques dans le domaine atlantique. Une telle démarche peut aujourd'hui être entreprise grâce aux données archéologiques récentes valorisées dans des monographies régionales et dans les travaux portant sur la paléo-ethnogénèse des peuples de la péninsule Ibérique.

La première étape de la recherche consiste à rassembler et ordonner le corpus des parures fabriquées par les ateliers nord-péninsulaires et aquitains sous la forme d'un catalogue raisonné. L'angle d'approche privilégié dans ce travail est l’analyse du style dans le but de différencier les parures locales des importations. Cette démarche est associée à une analyse spatiale, temporelle et fonctionnelle afin d'établir des aires de répartition stylistiques et des réseaux de circulation. À partir des continuités et les variations de style établies d'une aire à l'autre, la question des échanges d'art est mise en perspective avec les motivations identitaires, socio-culturelles et économiques des sociétés protohistoriques.

Publications

2013 : « Les agrafes de ceinture et les fibules du premier âge du Fer du Sud-Ouest de la France : approches historiographique et stylistique », Archéologe des Pyrénées Occidentales et des Landes, tome 30, p. 22-37.

(en prép.) 2014 : « Le fragment d’un bijou en or découvert lors des fouilles programmées de la grotte de Laa 2 à  Arudy (64) » (en collaboration avec H. Le Meaux).