Mélanie JUSTE

27 ans
Agrégée d’espagnol
ENS de Lyon – UMR 5648 CIHAM (Histoire, Archéologie, Littératures des mondes
chrétiens et musulmans médiévaux)
Mail : melanie.juste@casadevelazquez.org

 

Parcours universitaire et expérience professionnelle

2012-2015 : Doctorante contractuelle avec mission d’enseignement (TD de traduction et CM de culture du Moyen Âge espagnol) à l’École Normale Supérieure de Lyon. Thèse sous la direction de C. Heusch, en collaboration scientifique avec G. Besson, effectuée au sein de l’UMR 5648 CIHAM et de l’ED 484 3LA (Lettres, Langues, Linguistique et Arts). 
2009-2012 : Scolarité en tant qu’auditrice à l’École Normale Supérieure de Lyon, Master d’Études Hispanophones. Mémoires de master 1 et 2 sous la direction de C. Heusch et de G. Besson. Obtention de l’Agrégation externe d’Espagnol.
2008-2009 : Licence 3 d’Espagnol et Licence 3 de Lettres Classiques à l’Université Lumière Lyon 2.
2006-2008 : Classes préparatoires littéraires (hypokhâgne et khâgne) au Lycée Camille Jullian (Bordeaux).

 

Recherche en cours

Le Breuiloquium de amore et amicitia d’Alfonso de Madrigal, dit « El Tostado » : étude et édition critique.

Lorsqu’il entreprend de composer son Breuiloquium de amore et amicitia, Alfonso de Madrigal, dit « El Tostado » (1410-1454) ne se contente pas de satisfaire la demande du roi Jean II de Castille de commenter une sentence attribuée à Platon mais il offre une véritable synthèse des conceptions classiques et chrétiennes sur l’amour dans toutes ses formes (amour spirituel, familial, charnel, concupiscent…) et sur l’amitié (amitié vertueuse, amitié politique). Cette synthèse résulte de la juxtaposition d’exercices académiques et des enseignements du Tostado à la Faculté des Arts de Salamanque et nous renseigne ainsi sur le contenu des enseignements universitaires à la fin du Moyen Âge en même temps qu’elle rend compte de la diffusion de la culture universitaire au sein de la cour et dans les milieux lettrés où se forge le premier humanisme castillan au XVe siècle.

La plus grande partie de notre travail consiste à réaliser l’édition critique, à partir des deux manuscrits conservés, de cette œuvre, restée jusqu’à aujourd’hui totalement inédite puisqu’elle ne figure pas dans les différentes éditions des opera omnia du Tostado. L’établissement du texte lui-même doit être complété par son annotation, étape essentielle pour un texte érudit de ce type. Il s’agit en effet d’analyser toutes les sources et de les comparer aux versions latines conservées à la bibliothèque de l’Université de Salamanque. Ce travail présente donc un enjeu philologique de taille, puisqu’il permettra de réaliser la seule édition critique conjointe des versions latine et castillane du traité.

Il nous faut également déterminer si la version castillane du Breuiloquium est une traduction ou une auto-traduction, comme le prétend le prologue, et situer cette entreprise dans l’histoire de la traduction, à une époque où ce phénomène acquiert une importance considérable. Cela s’avère d’autant plus intéressant qu’Alfonso de Madrigal a exposé sa conception de la traduction dans la traduction espagnole commentée de la préface des Chroniques d’Eusèbe. Il est donc fondamental d’analyser précisément cette conception de la traduction et surtout de la confronter à sa mise en pratique dans l’élaboration de la version castillane.

En outre, cet ouvrage nous renseigne sur le contenu des enseignements universitaires à la fin du Moyen Âge et leur diffusion à l’extérieur de l’université, grâce, notamment, à sa traduction en langue vernaculaire. Il s’agit dès lors de s’interroger sur les raisons de la diffusion d’un tel savoir dans le milieu courtisan et sur la réception d’une œuvre d’une telle nature dans ce même milieu. En effet, le savoir qu’elle véhicule (notamment la théorie naturaliste de l’amour) entre en conflit avec les conceptions aristocratiques de l’amour et l’amitié, relayées par les textes littéraires et les pratiques de cour. Il a donc pu être perçu dans ces milieux comme un texte iconoclaste, ce qui expliquerait en partie son éventuelle mise à l’écart pendant des siècles.

 

Publications

« “Un feu caché au fond des entrailles” : la théorisation de l’amour par Alfonso de Madrigal, dit “El Tostado” » in : Cahiers d’Études Hispaniques Médiévales 38, publication prévue en 2015.

 

Activités scientifiques

Responsabilités éditoriales
Membre du comité de lecture des revues Atalaya et Cahiers d’Études Hispaniques Médiévales, dirigées par Carlos Heusch.

Organisation de manifestations scientifiques
- Membre du comité scientifique et d’organisation du colloque « Theorica III : La théorisation de l’amour dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge et à la Renaissance », UMR 5648 et ENS de Lyon (26-27 novembre 2014), en collaboration avec Carlos Heusch (ENS de Lyon), Irene Salvo (CNRS CIHAM) et Jimena Gamba (U. Salamanca).
- Organisation de l’accueil de Medialatinas 2014 : VIIe congrès international de latin médiéval : Le sens du temps, ENS de Lyon, 10-13 septembre 2014. 

Séjours scientifiques
- Juin 2015 : bourse de l’École Française de Rome.
- Février-avril 2015 : séjour de recherche en tant que visiting scholar à Columbia University (New York).
- 2010-2011: séjour Erasmus à l’Université de Salamanque.

 

Mots-clés

Humanisme ; Jean II de Castille ; Alfonso de Madrigal, el Tostado ; Université de Salamanque ; XVe siècle ; histoire intellectuelle ; histoire des universités ; édition critique ; philologie ; amour ; amitié ; philosophie médiévale.