Mathias RULL

46 ans
Mail : mathias.rull@casadevelazquez.org

 

 

 

Formation universitaire 

2010 : Doctorat d’Etudes ibériques et latino-américaines, Université de Perpignan
1994 : DESS de Pratiques Sociales du Développement, IEDES, Université de Paris I
1992 : Maîtrise d’Histoire, Université de Toulouse II
1990 : Diplôme de l’Institut d’Etudes Politiques de Toulouse

 

Expérience professionnelle

Hors recherche
1994-2004 : Coopération technique en Amérique centrale.
2007-2013 : Conseil auprès d'administrations publiques espagnoles et d'organismes de coopération (domaines : aide au développement et citoyenneté).
2013-2015 : Enseignant dans le secondaire (professeur certifié, admis à la session 2013 du CAPES), académie de Toulouse.

Recherche scientifique
2010-2013 : Membre de l’équipe de recherche du projet “Mécanismes de participation
locale en perspective comparée” (MECPALO), dirigé par Joan Font (CSIC, Espagne). Projet tri-national (Espagne-France-Italie).
2004-2006 : Chercheur-boursier du CEMCA (Centre Français d’Etudes Mexicaines et Centraméricaines), Ministère des Affaires Etrangères, France, en poste au Guatemala. Chercheur associé au CEMCA jusqu'en 2013.

Lignes de recherche
- Pré-doctorales 
- L’impact de la création du Revenu Minimum d’Insertion sur le processus de réinsertion d’un collectif de marginaux de l’agglomération toulousaine. (1990)
- Les politiques publiques en matière d’éducation mise en place au Chili par trois gouvernements successifs (Démocratie Chrétienne, Unité Populaire, Junte Militaire) et durant vingt-cinq ans (1965-1990). (1992)
- Le processus de décentralisation de l’Etat guatémaltèque et sa viabilité dans le contexte international du début du XXIème siècle. (2005)

- Doctorales 
« Les indigènes et la politique dans le Guatemala post-dictatorial : 1985-2004 ». Cette thèse comporte trois volets, correspondant chacun à trois degrés de la participation politique des Guatémaltèques d’origine précolombienne : leur comportement électoral ; les avancées en matière d’occupation par des indigènes de postes dans le système politique (appareil d’Etat et partis) ; enfin l’avènement de formations politiques créées et dirigées par des Mayas.

- Post-doctorales
Les expériences récentes de démocratie participative locale dans le sud de l’Europe : causes, caractéristiques et conséquences. Projet collectif MECPALO.

 

Recherche en cours 

« ¡Democracia participativa ya! » : nature et finalités des groupes promoteurs de mécanismes participatifs dans l'Espagne actuelle.

Ce projet s'inscrit dans le domaine de recherche de l'EHEHI « Les communautés d'intérêt politique ». Il porte sur les expériences de démocratie participative menées à bien en Espagne depuis le début du XXIème siècle. Je m'intéresse particulièrement aux cas pour lesquels les mécanismes participatifs sont mis en oeuvre suite à une demande sociale en ce sens. Ces cas sont certes largement minoritaires, l'initiative revenant habituellement aux pouvoirs publics. Mais cela n'enlève rien à leur intérêt scientifique, notamment dans un contexte d'accroissement de cette demande sociale (avec l’apparition du mouvement des indignés et plus récemment de la formation politique Podemos), mais aussi du fait que des études montrent que ces processus impulsés par la société civile (dits de type ascendant ou bottom-up) tendent à présenter une qualité démocratique supérieure à celles des mécanismes top-down

La question centrale à laquelle j’entends chercher des éléments de réponse est : pourquoi certains collectifs demandent-ils l’ouverture d’espaces de participation citoyenne à la prise de décisions politiques locales ? Deux types de raisons peuvent être envisagés : d’une part des motivations idéologiques, qui interviennent lorsque l’approfondissement démocratique est la fin en soi de l’ouverture de ces espaces ; d’autre part des motivations instrumentales, pour lesquelles ces mécanismes participatifs ne sont en réalité qu'un moyen permettant d’atteindre d’autres fins.

La réponse à cette question sera apportée en grande partie par la réalisation d'études de cas dans plusieurs communautés autonomes espagnoles (la Catalogne, Madrid et une troisième à définir). Ces études s’attachent à caractériser les groupements promoteurs de démocratie participative, et cela dans un double objectif. D’une part, ce travail favorise l'identification des motivations intrinsèques de ces collectifs. D’autre part, il permet de déterminer dans quelle mesure ces groupes constituent des « communautés d’intérêt politiques ». Leurs aspirations à cogérer le bien public sont a priori évidentes. Mais s’agit-il pour autant de collectifs structurés et stables, ou de simples alliances de circonstance ? Pour éclairer ce point essentiel, il est nécessaire de déterminer la durée de vie des collectifs promoteurs, tout comme les changements intervenus concernant leur composition sociale, leurs revendications, leur champ d’action ou encore leur fonctionnement interne.

 

Principales publications 

- Funes, María Jesús, Mathias Rull & Julien Talpin : "Chapter 6. Cultural  consequences of engagement in participatory processes", in Font, Joan, Donatella della Porta & Yves Sintomer (ed.), Participatory democracy in Southern Europe: causes, characteristics and consequences , Londres - New York, Rowman & Littlefield, 2014, p.151-189.
- Rull, Mathias : "Los comités cívicos: primeras agrupaciones políticas indígenas de Guatemala", communication publiée dans les Actes du Congrès « América latina : la autonomía de una región » (XV Encuentro de Latinamericanistas Españoles). Madrid, Trama Editorial – CEEIB, 2012, p.1507-1524 halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00877946/document xvencuentroceeib.cps.ucm.es/sites/default/files/Final_Congreso_CEEIB.pdf 
- Rull, Mathias : "L’entrée en politique des Amérindiens: le cas du Guatemala (1985-2003)", in Cahiers d’Histoire Immédiate, nº33, printemps 2008, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, p.41-64.
- Bastos, Santiago & Rull, Mathias (coord.) : Miradas mayas a 20 años de democracia en Guatemala, actes du séminaire homonyme organisé à Guatemala Ciudad les 14 et 15/06/2006, México - Guatemala, PNUD – CEMCA, Col. Cuaderno de Estudios Guatemaltecos nº6, 2007, 98 pages.
- Rull, Mathias & Sonnleitner, Willibald: "El mosaico guatemalteco: ciudadanos indígenas y procesos electorales", in Sonnleitner, Willibald (coord.), Explorando los territorios del voto en Centroamérica, Guatemala, Centre Français d’Etudes Mexicaines et Centramericaines (CEMCA), Institut des Hautes Etudes de l'Amérique Latine (IHEAL), Banque Inter-américaine de Développement (BID), 2006, p.74-79. www.academia.edu/6828525/El_mosaico_guatemalteco_2_Ciudadanos_ind%C3%ADgenas_y_procesos_electorales_pp._74-79_2006_ 
- Rull, Mathias: "Rompiendo mitos y barreras: la participación indígena en los procesos electorales de Guatemala" in Sonnleitner, Willibald (coord.), Territorios y fronteras del voto: Hacia una agenda de geografía electoral para Centroamérica, México, TRACE. Travaux et Recherches dans les Amériques du Centre, No. 48, diciembre 2005, CEMCA-IHEAL-BID, p. 72-89.