Marine CELLIER

Agrégée de Lettres modernes
Aix-Marseille Université (Cielam)
Mail : marine.cellier@casadevelazquez.org

 

 

Parcours universitaire et expériences professionnelles

Depuis sept. 2015 : Doctorante contractuelle avec mission d’enseignement dans le département des Lettres modernes d’Aix-Marseille Université.
Depuis sept. 2014 : Préparation d’une thèse de doctorat à Aix-Marseille Université (Cielam), et Casa de Velázquez (EHEHI) sous la direction de Crystel Pinçonnat : « Imaginaire diasporique, identités (trans)nationales et résistances : le marron subversif, étude comparée de la figure de Makandal dans la littérature caribéenne (XVIIIe, XXIe siècle). »
2013- 2014 : Agrégation de lettres modernes.
2011-2012 : Assistante de langue à la Benemérita Universidad Autónoma de Puebla (Buap), Mexique, dans le cadre du programme d’échange du Ciep.
2010-2011 : Master deux de Lettres modernes spécialité recherche mention littérature comparée, sous la direction de Lise Wajeman et Nelly Rajaonarivelo, Aix-Marseille Université.
2009 – 2010 : Master un de Lettres modernes spécialité recherche mention littérature comparée, sous la direction de Lise Wajeman, Aix-Marseille Université. Séjour international européen d’un an à l’Université Complutense de Madrid.
2008 – 2009 : Licence de Lettres Modernes, Université Aix-Marseille I. Année Erasmus à l’Université Complutense de Madrid.

 

Recherches en cours

La littérature des anciens territoires colonisés de la Caraïbe francophone, hispanophone et anglophone se fait l’écho de questionnements identitaires, historiques et politiques que l’on cherche à analyser à travers l’émergence dans des œuvres issues de cet espace du personnage historique de François Mackandal, esclave marron brûlé vif en 1758 à Saint-Domingue mais réputé s’être libéré de ses liens en se métamorphosant en maringouin.

En privilégiant une approche transgénérique, on se propose de suivre le parcours du personnage au sein de l’Atlantique noir à partir de ses premières manifestations dans la littérature et les archives du XVIIIe siècle pour voir comment les écrivains des Caraïbes se réapproprient la figure du marron, dès le XIXe siècle et jusqu’à nos jours (Alejo Carpentier ; Manuel Olivella Zapata ; Manuel Rueda ; Édouard Glissant ; René Despestre ; Isnardin Vieux ; Déita ; Evelyne Trouillot …).

L’étude des œuvres s’inscrira dans une démarche interdisciplinaire : à la croisée de l’anthropologie et de l’histoire, le travail mené cherchera à intégrer la recherche littéraire aux problématiques contemporaines de l’espace caribéen.

On s’intéressera à la manière dont les œuvres prennent position dans les débats sur le marronnage, à travers la construction de la figure légendaire et héroïque de Makandal, dont on analysera le processus.

En s’intéressant notamment à la figure concurrente de l’Indien, et en examinant les tentatives des œuvres pour valoriser et réintégrer la figure de l’esclave et du marron au sein de l’histoire, on s’interrogera également sur les potentialités subversives de la figure de Makandal dans un contexte où les racines culturelles noires peinent à être véritablement prises en compte dans la construction des identités nationales.

On élargira notre étude par un examen du rapprochement des littératures caribéennes au sein d’un espace littéraire transculturel et transnational, au nom d’une identité et d’une histoire partagée, et à partir de la (re)construction d’un imaginaire collectif commun. Le caractère merveilleux de la figure de Mackandal, et le thème poétique des métamorphoses qui traversent son histoire constituent le symbole du caractère protéiforme des peuples caribéens. Les œuvres donnent ainsi à voir une Caraïbe rêvée qui naît des interstices rhizomatique de l’archipel et de la littérature, un espace utopique unifié et autonome, capable de seconder les peuples dans un engagement solidaire et social.

 

Communications et publications

- « Un Marron pour ancêtre. Makandal, figure de la résistance noire et héros caribéen : l’exemple de Las metamorfosis de Makandal, de Manuel Rueda », journée d'étude « Figures historiques et mémoire(s) collective(s). De l'usage des héros en contexte colonial et postcolonial», organisée par Elara Bertho et Florent Piton, le 25 septembre 2015, Paris Diderot. (Publication des actes en cours).

- ​« Construire le mythe pour se réapproprier l’histoire : la figure de Mackandal dans quelques œuvres caribéennes», «Mythes, légendes et Histoire : la réalité dépassée? », Colloque International Interdisciplinaire des Cycles Supérieurs de l’Université de Montréal, du 25 au 27 mars 2015, organisé par l’AEDDHUM (Publication des actes en cours).

- « Le royaume de ce monde et Monsieur Toussaint  d’Edouard Glissant : deux visions burlesques et paradoxales du siècle des Lumières dans le Saint-Domingue du XVIIIe siècle », Seria Limbi Romanice Etudes et recherches en philologie. Série langues romanes, HS/2011 Le discours des Lumières, Éditions Université de Pitesti, Novembre 2011.

- (Compte-rendu) « Sur les traces du marronnage. De Makandal à Zamore, voix d’esclaves dans les récits français du XVIIIe siècle », Acta fabula, vol. 17, n° 3, Avril-mai 2016, www.fabula.org/revue/document9786.php.

- « Réflexions autour du personnage du Docteur Facilier dans La Princesse et la grenouille : enjeux idéologiques de la représentation du premier méchant afro-américain des studios Disney, entre innovation et vision coloniale », La Revue des Lettres modernes : « Les Méchants dans la fiction de jeunesse». (À paraître).

 

 

Mots clés

Littérature caribéenne ; Mackandal ; vaudou ; mythe et mémoire; Révolution de Saint-Domingue ; esclavage ; héros culturel ; reconquête identitaire ; transculturalisme ; Alejo Carpentier ; Manuel Olivella Zapata ; Manuel Rueda ; Édouard Glissant ; René Despestre ; Isnardin Vieux.