Marie WALIN

28 ans
Agrégée d’Histoire
Université Toulouse Jean Jaurès (FRAMESPA)
Mail : marie.walin@casadevelazquez.org 






Parcours universitaire

Depuis 2015 : Préparation d’un doctorat d’histoire sous la direction de Sylvie Chaperon (Université Toulouse Jean Jaurès, FRAMESPA) et la co-direction de Jean-Philippe Luis (Université de Clermont-Ferrand Blaise Pascal, CHEC). Monitrice en L3 (Histoire contemporaine de l’Amérique Latine) et L1 (Histoire de l’Europe au xix e siècle).
2014-2015 : Séjour de recherche à Madrid, préparation du projet de thèse ; Séjour libre en Uruguay, participation au projet « Faire avec l’exil » de Mathilde Roussigné.
2014 : Agrégation externe d'Histoire.
2009-2015 : Scolarité à l’ENS de Lyon. Licence de Sociologie et Licence d’Histoire (ENS de Lyon/Université Lyon 2, mentions bien). Master d’Histoire Moderne et Contemporaine sous la direction de Jean-Philippe Luis (mention bien).
2006-2009 : Hypokhâgne et Khâgne B/L au lycée Fustel de Coulanges (Strasbourg) et au lycée du Parc (Lyon). Reçue à l’ENS de Lyon en section Sociologie (rang 1).

Recherches en cours

Savoirs savants sur l’impuissance sexuelle en Espagne, années 1780-années 1910

Depuis le XII e siècle, l'impuissance sexuelle est une cause de nullité de mariage dans les pays où celui-ci est régulé par le droit canon, comme en Espagne des années 1780 aux années 1910. Adressées aux tribunaux ecclésiastiques diocésains, les demandes d’annulation de mariage pour impuissance sexuelle sont l’occasion de réunir une foule d’expert·e·s médicaux et médicales, d’ecclésiastiques et de juristes, chargé·e·s de déterminer les causes et la nature de la défaillance.

Cet intérêt non seulement scientifique, mais aussi religieux et politique pour l’impuissance ne peut s'expliquer par son seul statut de défaillance intime. Entendue comme tout état physique ou mental empêchant définitivement la pratique du coït, l’impuissance (« impotencia ») désigne toutes les situations où un couple se trouve dans l’incapacité d’avoir une sexualité pensée comme « normale ». C’est pourquoi elle a suscité l’intérêt de personnes et d’institutions – au premier rang desquelles l’Église catholique et les médecins – soucieuses non seulement de favoriser la reproduction de l'espèce humaine mais aussi d'encadrer une activité sexuelle potentiellement « immorale ». Au XIX e siècle, ces préoccupations deviennent celles d'un nombre croissant de penseurs et d'hommes politiques, aussi bien que de moralistes et d'hygiénistes. C'est notamment le cas en Espagne, où la construction de l'identité nationale sur les ruines d'un glorieux passé entretient tout autant les nostalgies que les angoisses sur l'avenir. La multiplication des discours sur la sexualité observable dans toute l'Europe occidentale à partir de la deuxième moitié du XIX e siècle y rencontre les préoccupations du « régénérationnisme » de fin de siècle, qui s'interroge sur les causes de la décadence de l'ancienne puissance impériale.

Mon projet de recherche s’intéresse, à travers cet objet qu’est l’impuissance sexuelle, à l’histoire de la sexualité reproductive et conjugale. Grâce aux diagnostics et aux examens médicaux rapportés dans les archives et à l’analyse d’un corpus de sources médicales et normatives, j’analyse l’évolution des savoirs savants produits sur l’impuissance en Espagne et des pratiques qu'ils engendrent. Le temps long me permet d’étudier l’émergence de la médecine clinique et des savoirs dits « proto-sexologiques » (Béjin, 1990), c’est-à-dire antérieurs à ceux de S. Freud ou G. Marañon pour l’Espagne, dans la continuité des savoirs de l’époque moderne. À cet égard, je m’intéresse tout autant à l’intégration des nouveaux savoirs dans les pratiques médicales qu’à la persistance des représentations liées à la médecine humorale et aux croyances religieuses, particulièrement prégnantes dans un pays où le monopole de la foi catholique demeure incontesté. Les archives me permettent d’interroger la question du processus disciplinaire à l’œuvre dans le traitement judiciaire de l’impuissance sexuelle (Darmon, 1979) en mettant en perspective les normes telles qu’elles sont décrites dans les sources théoriques et telles qu’elles sont appliquées, ainsi que les pratiques des acteurs et des actrices pour les contourner. J’interroge à l’aune de ces sources l’hypothèse d’un processus croissant de normalisation des corps, des sexualités et des identités de genre à mesure de l’avancée dans le xix e siècle (Foucault, 1963, 1976 ; Vázquez García y Moreno Mengíbar, 1997), envisageant la sexualité comme un sujet politique de plus en plus important à l’heure où se construisent les identités nationales.

Publications

- « Mi natural vergüenza ». La construction de l’impuissance sexuelle masculine comme une défaillance honteuse (diocèse de Madrid, 1780-1840) », publication des actes du colloque « Corps défaillants » (Poitiers, septembre 2015), à paraître 2017.
- « “Criar hombres y no fieras” Civilité et construction d’une masculinité hégémonique (Espagne, 1787-1868) », in Genre, Sexualité & Société, n° 13 “Hégémonie”, printemps 2015.
- « Attentats à la virilité. Les nullités de mariage pour impuissance en Espagne dans le premier tiers du XIXe siècle », in Guereña Jean-Louis, Sexualités occidentales: XVIII e-XXI e siècles, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2014.

Communications

- 6-8 septembre 2017 : « « Los aportes de la teoría de los saberes situados a la historia de la medicina y de la sexualidad durante el siglo XIX », VI Encuentro Internacional de los Jóvenes Investigadores en Historia Contemporánea, Zaragoza.
- 9 juin 2017 : « « Estando echada en la cama en la forma regular » : les procès de nullité de mariage pour impuissance et l’affirmation des normes de la sexualité conjugale (Espagne, XIX e siècle)  », Journée d’étude « Discipliner le sexuel » organisée par Gwenola Ricordeau et Régis Schlagdenhauffen à Lille, dans le cadre du projet EpiSex.
- 1er mars 2017 : « Les normes catholiques de la sexualité conjugale, garantes de l’ordre social en Espagne au XIX e siècle », journée d’étude du projet «Administrer» de l’équipe «Logiques d’Empire» (FRAMESPA, UT2J), « Morale et administration dans l’ordre impérial » organisée par François Godicheau.
- 1er Avril 2016 : ‘Male impotence in early 19th century : disease, sin or perversity?’, 11th European Social Science History Conference, network « Sexuality », organised by The International Institute for Social History in Valencia (Spain).
- 11 Septembre 2015 : « La « condamnation » de l’impuissance masculine en Espagne dans les années 1820-1830 », dans le cadre du colloque « Corps défaillants. Vivre et imaginer le corporel. Histoire et Actualité » organisé à Poitiers, sous la direction scientifique de Frédéric Chauvaud et Marie-José Grihom.
- 3-4 Juin 2013 : « Cuerpos encarcelados. Les normes corporelles dans les manuels de civilité espagnols destinés aux garçons (1788-1868) », dans le cadre des Journées d’études internationales « Les masculinités au prisme de l’hégémonie » à l’EHESS organisées par Mélanie Gourarier, Florian Vörös et Gianfranco Rebuccini.

Activités scientifiques

- 2015-2017 : Membre du collectif de doctorant·e·s « Arpège-Efigies Toulouse » . Travail dans une perspective transdisciplinaire en études de genre : organisation de séances de séminaires et de journées d’études annuelles.
>> 29-30 mars 2017 : journées d'étude « Critique féministe des savoir : corps et santé » ; diffusion prévue sous format vidéo sur Canal U en septembre 2017.
>> Organisation de séances de séminaire : 3 octobre 2016 : « Savoirs situés et savoirs sur le corps : introduction théorique » ; 16 décembre 2016 : Lectures transdisciplinaires du Manifeste Cyborg de Donna Haraway.
>> 2-3 mai 2016 : journées d’étude “Rhétoriques antiféministes : entre recherche et pratiques. Approches théoriques interdisciplinaires et expériences de terrain” ; publication prévue en 2018 dans la revue GLAD !
- 23-24 juin 2016 : organisation du colloque européen “Sexologies européennes : perspectives historiques et sociologiques” avec Sylvie Chaperon et Caroline Goldblum (Toulouse II/FRAMESPA)
- 2015-2016 : Participation au projet « Faire avec l’exil » de Mathilde Roussigné sur l’expérience d’anciens exilés politiques uruguayens réfugiés en France pendant les années 1970-1980 (www.faireaveclexil.fr) ; Collecte de photographies auprès d’ancien·ne·s exilé·e·s, travail dans les archives du Comité de Défense des Prisonniers Politiques en Uruguay (Archivo Henri Pascal, Facultad de Humanidades, Universidad de la República, Montevideo, Uruguay), numérisation du matériel collecté au Centro de Fotografía (CdF) de Montevideo. Projet exposé entre octobre et décembre 2016 au centre des archives diplomatiques de la Courneuve (France).
- 20-21-22 juillet 2015 : organisation des Segundas Jornadas de Debate Feminista de Uruguay (Facultad de Ciencias Sociales, Montevideo) dentro de la asociación « Cotidiano Mujer ».
- 5 mars 2015 : organisation de la journée d’étude « Produire des hommes. La production des masculinités : sources et pratiques de recherche » dans le cadre du Laboratoire junior GenERe (ENS de Lyon).
- 3-4-5 septembre 2014 : organisation du Premier Congrès des études de genre en France à l’ENS de Lyon coordonné par Pascale Barthélémy (ENS Lyon/LARHRA) et Claude Gautier (ENS Lyon/Triangle).


Mots-clefs

Genre ; masculinités ; sexualité ; impuissance ; médecine ; histoire ; xix e siècle ; normes ; pratiques ; critique des savoirs ; discipline ; biopolitique