Manuel CERVERA-MARZAL

30 ans
Docteur en science politique
Mail : manuel.cervera@casadevelazquez.org 





Parcours universitaire et expériences professionnelles

2015-2017 : ATER à l’EHESS.
2015 : Post-doctorant à la Hoover Chair in Economic and Social Ethics.
2015 : Qualifié aux fonctions de maître de conférences en sections 04 (science politique), 17 (philosophie) et 19 (sociologie) du CNU.
2014 : Docteur en science politique, sous la direction de Mme Justine Lacroix et M. Etienne Tassin. Intitulé de la thèse : Ni paix ni guerre. Philosophie de la désobéissance civile et politique de la non-violence.
2010 : Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris.

Recherche en cours

Dans la rue et dans les urnes ? Une sociologie des partis-mouvements et du tiraillement militant à partir du cas de Podemos.

Une tentative de s’intégrer au système politique et une tentative d’en subvertir les règles cohabitent au sein de Podemos. Comment une organisation peut-elle abriter ces deux logiques antagoniques sans se disloquer ? Comment franchir le seuil des institutions tout en continuant à s’investir dans des mouvements sociaux ou des syndicats ? Comment des militants initialement investis dans la rue, sur les places dans les universités et dans les entreprises apprivoisent-ils leur nouveau rôle d’élus ? Et comment les institutions sont-elles remodelées par l’irruption d’une nouvelle génération ? Cette recherche s’appuie sur une méthodologie plurielle : récits de vie et entretiens collectifs ; immersions au sein des instances de Podemos et au sein d’institutions cogérées par Podemos ; analyse d’archives.

Ce dispositif d’enquête permet de tester deux hypothèses. La première est qu’un parti-mouvement ne se réduit pas à la somme de ses deux composantes : il produit de nouvelles façons de militer, de s’organiser et de gouverner. Ma deuxième hypothèse est que le tiraillement entre normalisation et contestation, loin de fragiliser la cohésion interne, stabilise l’organisation militante en reléguant au second plan les autres types de divisions. A cette sociologie du militantisme s’ajoute une histoire sociale des idées politiques mobilisées par les dirigeants-fondateurs de Podemos (« hégémonie », « peuple », « démocratie », « stratégie »). Il s’agit d’interroger la façon dont ces idées évoluent à mesure qu’elles circulent entre des auteurs (Gramsci, Mouffe et Laclau, Errejon et Iglesias), des espaces (l’Italie des années 1920, l’Amérique latine des années 1980, l’Espagne des années 2010) et des univers (académique, médiatique, politique).

Publications principales

Les nouveaux désobéissants : citoyens ou hors-la-loi ?, Lormont, Le Bord de l’eau, 2016
Désobéir en démocratie, Paris, Forges de Vulcain, 2016

Mots-clés

Podemos ; Parti politique ; Mouvement social ; Peuple ; Démocratie ; Stratégie ; Militantisme ; Histoire sociale des idées ; Sociologie ; Théorie politique