Luca DI MAURO

33 ans
Docteur en histoire

 

 

Parcours universitaire et expérience professionnelle

2016 – 2018 : Attaché Temporaire d’Enseignement et Recherche à l’Université d’Aix-Marseille. Responsable des cours de L1 et L3 en Histoire de la Révolution française 2016
- qualifié aux fonctions de maître de conférences par le Conseil National des Universités, section 22 (Histoire moderne)
2008 - 2015: Doctorat de recherche en Histoire de l’Université de Paris I Panthéon – Sorbonne (IHRF)
- Thèse : « Le secret et Polichinelle, ou cultures et pratiques de la clandestinité politique à Naples au début du XIX siècle » sous la direction de Pierre Serna
2008 – 2011 : Allocataire moniteur normalien à l’Université de Paris 1 Panthéon - Sorbonne
2005 – 2008 : Elève de l’Ecole Normale Supérieure de Paris, recruté par la Sélection Internationale 2005 de la Classe de Lettres
- Tutor : M. Gilles Pécout
2005 – 2007 : Etudiant de l’Université Paris I Panthéon – Sorbonne, UFR d’Histoire, Institut d’Histoire de la Révolution Française.
Mémoire de master 2 : « Le prince Girolamo Pignatelli di Moliterno, une perspective pour l’étude du sectarisme politique dans l’Italie napoléonienne » - Directeur de mémoire : M. Pierre Serna – Mention : « très bien »
2002 – 2007 : Elève de la Scuola Superiore di Studi Universitari e di Perfezionamento S. Anna de Pise, admis au «secteur» de Sciences Politiques après le recrutement par le concours d’admission de la « Classe di Scienze Sociali »
- Tutor : M. Alfredo Massart
 2002 – 2005 : Etudiant de l’Università di Pisa, Faculté de Sciences Politiques, « Laurea Triennale » en Sciences Politiques et Internationales

 

Recherches en cours 

« La secta impía y devastadora », parcours de clandestinité dans l’espace bourbonien. Le cas du Royaume de Naples et de l’Espagne de la domination française au Trienio Liberal.
 (1806 – 1824)

L’alliance dynastique entre Naples et Madrid est un élément de continuité dans le panorama international de la moitié du XVIIIe siècle à la troisième décennie du XIXe siècle : les principes de gouvernement partagés par les deux branches de la maison de Bourbon permettent à cet axe diplomatique de survivre à la tempête révolutionnaire – malgré des bouleversements dramatiques et sanglants – et à l’éloignement de la France, troisième et principal membre de l’ancien « pacte de famille ».


Le lien privilégié entre l’Espagne et les Deux Siciles, au contraire, sort renforcé de la fin de l’aventure napoléonienne et les deux puissances méditerranéennes – unies par le caractère arriéré de leurs sociétés et par la volonté réactionnaire de leurs gouvernements – donnent vie à un véritable espace d’idées et de politiques, autant internes qu’internationales, qui caractérise la géopolitique de la période : l’espace bourbonien.


Dans une telle uniformité de pratiques politiques et de structures sociétales, il n’est pas étonnant de remarquer que même les formes d’opposition violente et clandestine au pouvoir présentent un certain degré de similitude entre les deux pays. Le but de cette recherche est de montrer comment, loin de se borner à la simple alliance entre les trônes, l’espace bourbonien constitue un système de références valable aussi pour les révolutionnaires, qui souvent conçoivent leur action dans cadre plus large que celui délimité par les frontières nationales.
La route qui unit le port napolitain à ceux de la côte Est espagnole voit un transit particulièrement intense non seulement de marchandises et des dépêches diplomatiques, mais aussi de modèles, d’hommes et d’idées visant à bouleverser la version bourbonienne de l’ancien régime.


Malgré la disparité de dimensions et puissance entre les deux côtés, et bien que les Espagnols regardent autant vers l’Atlantique que vers le reste de la Méditerranée, ce trafic politique et intellectuel est bilatéral, à défaut d’être symétrique en intensité : s’il est certain que souvent les patriotes napolitains agissent sous l’impulsion de modèles et événements ibériques, il n’en est pas moins vrai que ce sont les Espagnols qui reprennent le modèle initiatique des carbonari quand la franc-maçonnerie traditionnelle se révèle insuffisante pendant le Trienio Liberal

 

Publications

- « Le influenze dei servizi segreti sulla Carboneria delle origini », Gnosis, rivista italiana di intelligence, à paraître
- « Il viaggiatore militare e il viaggiatore politico nella Napoli della prima restaurazione (1799 – 1805) », in Viaggi e soggiorni in Europa nel primo Ottocento. Oltre Napoli verso Amalfi e Sorrento, (actes du colloque), à paraître
- « Il malessere di stare nell’ombra. Repubblicanesimo e clandestinità politica in epoca rivoluzionaria e napoleonica (1789 – 1806) », Gnosis, rivista italiana di intelligence, 2/2017 (juillet), p. 58 – 65. « L’espionnage de l’Empire envers un Royaume fédéré, le cas de Naples en 1811 », Le Royaume de Naples à l’heure française (actes du colloque), Lille, Presses du Septentrion, à paraître
- « Una guerra di spie nella Napoli neutrale durante la pace forzata tra regno borbonico, Francia e Inghilterra (1802 – 1805) », Gnosis. Rivista Italiana di Intelligence, 3 (ottobre), 2016, p. 88 – 97
- « Rasponi Pietro », voix biographique, Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, à paraître
- « Ricciardi Giuseppe », voix biographique, Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, à paraître
- « Robertert Darnton, les caractères communs (et inattendus) de la censure à travers les temps et les lieux », Raisons politiques, novembre 2015
- « Progetti di educazione militare della gioventù nella Napoli repubblicana : principio di uguaglianza ed efficacia bellica », Rivista Italiana di Studi Napoleonici, n. 1/2 – 09, avril 2013
- « L’échec d’une révolution exclusivement politique : Naples en 1799 », La revue du projet, n. 29, septembre 2013
- « Paris, capitale insurgée », Il Mestiere di Storico, IV, 1, 2012.

 

Projets collaboratifs 

2012 – 2016 : Membre de l’équipe du projet Re-imagining democracy in the Mediterranean 1750 – 1860, et participation aux colloques de Pise le 18 décembre 2012 et le 16 et 17 décembre 2013
re-imaginingdemocracy.com
2012 – 2016 : Participation à la mise en forme des textes du concours de l'Institut de France « Jusqu'à quel point les traitements barbares exercés sur les animaux, intéressent-ils la morale publique ? Et conviendrait-il de faire des lois à cet égards ? » de 1802, sous la direction de M. Pierre Serna
blogs.editions-anacharsis.com/animal
2008 : Membre du comité d’organisation du colloque Garibaldi et les garibaldiens en France. Images, héritages et réseaux du XIXe au XXIe siècle, organisé par l’Ecole Normale Supérieure, l’Ecole Pratique des Hautes Etudes et l’Istituto Italiano di Cultura le 14, 15 et 16 février 2008

 

Mots-clés

Révolution Française - Risorgimento italien – Espace méditerranéen - Secret - Clandestinité politique – Sociétés secrètes - Trienio Liberal – Carbonari – Comuneros - Libéralisme.