Leonardo Ariel CARRIÓ CATALDI

1986
Recherche post-doctorale

 

 

Parcours universitaire

2011-2015: Doctorat en histoire. Istituto di Scienze Umane e Sociali, Scuola Normale Superiore, Florence – École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris.
Contrat doctoral, programme de doctorat européen : Europe et l’invention de la modernité
Direction : Antonella Romano (SNS) et François Hartog (EHESS). Titre : Temps, science et empire. Conceptions du temps au XVIe siècle dans les monarchies ibériques
Jury : Jean-Marc Besse (CNRS) – président –, José Pardo Tomás (CSIC), Rafael Mandressi (CNRS), François Hartog (EHESS), Antonella Romano (SNS), Dejanirah Couto (EPHE). Thèse soutenue le 16 octobre 2015
* Mention très honorable, avec les félicitations du jury à l’unanimité.
Résumé et table de matières de la thèse : acrh.revues.org
2010/2011: Master européen en histoire. Université Pablo de Olavide, Séville - École pratique des hautes études, Paris
Direction : Dejanirah Couto et Bethany Aram
*Mention très bien à l’unanimité. 60 crédits ECTS
2009-2010: Master en histoire. Université Pablo de Olavide, Séville
Direction : Giovanni Levi et Bethany Aram.
*Mention très bien à l’unanimité. 60 crédits ECTS
2009: Cours de spécialisation. Université de Santiago de Compostela, Saint Jacques de Compostelle. Historia, Teoría y Método de las Humanidades y las Ciencias Sociales. 25 crédits ECTS
2003-2009: Licence en Histoire, Université de Granada. Ancien cycle de cinq ans d’études 2006-2007, programme d’échange Erasmus, Université de Coimbra, Portugal. 300 crédits ECTS

Expériences professionnelles

2017-2018: Max Weber Fellow, Deparment of History and Civilization, European University Institute, Florence 2016-2017: Contrat postdoctoral, Labex Hastec, Centre Alexandre-Koyré, Paris
2016 (avril-juin): Professeur d’histoire et géographie Collège et lycée Notre-Dame de Sion, Évry, France 2015-2016 (déc.- avril): Responsable des travaux dirigés Éthique Histoire et Philosophie des Sciences ParisTech

Recherches en cours

Historien de formation, mes recherches portent sur les sociétés ibériques d’Ancien Régime analysées par le prisme d’une histoire sociale des sciences et des techniques. Je m’intéresse ainsi notamment aux différents (mi)lieux, dans leurs dimensions humaines et physiques, me permettant de développer une enquête sur les dynamiques intellectuelles, matérielles et sociales participant à la fabrique des savoirs au long de l’époque moderne.

J’ai consacré ma recherche doctorale à l’étude de la cosmographie au XVIe siècle dans les empires ibériques. Ma thèse interroge la constitution intellectuelle et sociale de la cosmographie en tant que savoir de l’espace. Elle éclaire les enjeux sociaux, épistémologiques et politiques de son développement en proposant comme guide de lecture une hypothèse centrale : le calcul du temps et la mobilisation de différentes temporalités ont constitué un élément crucial dans la mise en pratique de la description du monde à l’époque moderne.

Depuis lors, je prolonge et creuse ces recherches par l’intégration de nouvelles sources, approches et problématiques. De manière ponctuelle, je continue à travailler sur le temps à l’époque moderne à partir de la question de sa « synchronisation » et de sa « traduction ». Je m’intéresse notamment aux enjeux techniques, religieux et politiques que ces démarches pratiques et intellectuelles soulèvent dans un contexte de concurrence impériale et d’une nouvelle culture matérielle autour du voyage.

Le projet que je développerai à la Casa de Velázquez s’inscrit dans la continuité de ces travaux et intérêts. Intitulé Cultures mathématiques et cosmographiques dans le Portugal de l’Union de couronnes : savoirs, réseaux et espaces, il propose une interrogation approfondie sur l’essor des savoirs cosmographiques et mathématiques pendant l’Union de couronnes en les intégrant dans les processus politico-culturels des sociétés d’Ancien Régime et dans les dynamiques d’expansion impériales. Dans ce projet, je considère le rôle fondamental joué par l’Inquisition, en tant qu’institution de pouvoir, dans la constitution de ces savoirs et dans l’arbitrage des héritages des cultures savantes chrétiennes, juives et arabes.

Pour ce faire, je propose de revenir sur un ensemble hétérogène de sources telles que des traités mathématiques, cosmographiques, des notes de cours universitaires, des procès inquisitoriaux, entre autres. Je privilégierai trois axes de travail: savoirs en construction et traditions savantes ; lieux de savoirs ; réseaux croyants, réseaux savants. À partir de dossiers précis, ce travail explore l’historicité des périmètres des savoirs à l’époque moderne en renvoyant à des questions cruciales déjà abordées par l’historiographie autour de la construction et la labilité des frontières entre science, superstition, croyance et religion.

Publications

Articles et chapitres d’ouvrage
-2018 « Penser le monde au XVIe siècle : acteurs, savoirs et projets », dans Étienne Bourdon and Axelle Chassagnette (eds.), Penser le savoir géographique, XVe-XIXe siècle. [titre provisoire]. Soumis
-2018 “Chronology and Cosmography in Early Modern Peninsula”, in Michal Choptiany (ed.), Early Modern Chronologies, Leiden, Brill. Soumis. À paraitre 2018
-2018 “André de Avelar (1546-1623) and the city of Coimbra: mathematics, religion and superstition” in Bert De Munck & Antonella Romano (eds.), Knowledge and the Early Modern City, vol. 1, Routledge. En cours. Date de soumission janvier 2018
-2017 « Temps et espaces de l'Art de naviguer. Nouvelles réflexions autour de Pedro de Medina », XII, Revue Le Verger, 2017, p. 1-21  [online]
-2017 Avec Andrés Vélez Posada, introduction au volume collectif « Entre le ciel et la terre : cosmographie et savoirs à la Renaissance - Introduction », L’Atelier du Centre de recherches historiques, 17, 2017 [online]
-2016 « Mesurer le temps en mer : instruments, voyages et échelles des mondes ibériques au XVIe siècle », in Catherine Cardinal, Liliane Hilaire-Pérez, Delphine Spicq et al. (dirs.), L’Europe technicienne (XVe-XVIII siècle), Artefact. Techniques, Histoire et Sciences Humaines, Presses Universitaires de Rennes, 4, 2016, p. 235-247 [online version]
-2010 « Teoria decolonial e movimento afrocolombiano », 9/10, Asteriskos: Revista de Estudos Internacionais e da Paz, 2010, p. 27-55

Volumes co-édités
-2017 Avec Andrés Vélez Posada et Jean-Marc Besse (éds.), Entre le ciel et la terre : cosmographie et savoirs à la Renaissance, L’Atelier du Centre de recherches historiques, 17, 2017  [online]

Comptes-rendus
-2018 Marica Milanesi, Vincenzo Coronelli, Cosmographer (1650-1718), Turnhout, Brepols, 2016 pour Dix-septième siècle, n°279, 2, 2018, p. 357-358

Livre
-2018 Temps, science et empire. Conceptions du temps au XVIe siècle dans les monarchies ibériques, ENS Lyon éditions. Manuscrit en cours de préparation, 2018

PODCASTS
29/05/2018 - 38min 19s - Anglais