Diego MIRALLES BUIL

27 ans 
Doctorant en Géographie, Aménagement et Urbanisme  

 

 

 

Parcours universitaire

Depuis 2015 : Doctorant en « Géographie, Aménagement et Urbanisme » à l'Université Lumière Lyon 2. Sujet de thèse : La reterritorialisation des politiques de logement en Espagne depuis les années 2000. Entre réaffirmation du rôle des régions et réappropriation citoyenne et locale de l’habitat. Dir. Lydia Coudroy de Lille.
2014 – 2015 : Master 2 Recherche « Villes et Sociétés » à l'Institut d'Urbanisme de Lyon, Université Lumière Lyon 2. Mention Très Bien.
Sujet de mémoire : Les coopératives d'habitation en cession d'usage à Barcelone. La réémergence de l’habitat alternatif comme solution viable face à la crise du logement à Barcelone ? Dir. Lydia Coudroy de Lille.
2013 – 2014 : Master « Géographie, Environnement, Territoires » à l'Université Lumière Lyon 2. Mention Très Bien.
Sujet de mémoire : Calafou, une coopérative d’habitants en devenir. Dir. Lydia Coudroy de Lille.
2011 – 2013 : Licence Géographie et Aménagement à l'Université Lumière Lyon 2. Mention Bien.

Expériences professionnelles dans l’enseignement et la recherche


2016-2018 : Moniteur à l'Université Lumière Lyon 2, UFR Temps et Territoire (Géographie et Aménagement, Histoire, Histoire de l'art et Archéologie, Tourisme, Urbanisme). Niveau Licence 1, 2, 3 et Master 1.
2015-2018 : Coorganisateur du séminaire "Espaces Critiques" intégré à l'Atelier 7 "Épistémologie et heuristique" de l'UMR 5600 EVS.
2015-2017 : Modérateur des carnets de recherche (blogs de recherche) « La ville juste » et « Faire territoire, faire société », UMR 5600 EVS.
2015-2016 : Complément d’activité dans le cadre du contrat doctoral : doctorant conseil au sein de la Chaire IMU "Habiter ensemble la ville de demain".
imu.universite-lyon.fr/chaire/
2015 : Coorganisateur des journées d'études "Les Outils des Géographes" réalisées du 28 au 29 avril 2015 dans le cadre de l'Atelier 4 "Formations et expérimentations pédagogiques" du LabEx IMU, l'UMR 5600 EVS et l'UMR 5206 Triangle.
2012-2013 : Assistant ingénieur en traitement de données (CDD de 4 mois). CNRS.

 

Prix, bourses, distinctions


2017 : Bourse (« aide spécifique ») de l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques (EHEHI). Casa de Velázquez, Madrid. 1 mois.
2016 : 3e prix de la Recherche Coopérative, remis par le Crédit Mutuel et la Revue RECMA (Revue internationale de l'économie sociale) récompensant les meilleurs mémoires de Master 2 portant sur les coopératives. URL: recma.org/actualite/les-laureats-du-7e-prix-de-la-recherche-cooperative
2015 : Bourse de mobilité internationale de la région Rhône-Alpes (EXPLO’RA Sup). 3 mois.

 

Recherches en cours 

« La reterritorialisation des politiques de logement en Espagne depuis les années 2000. Entre réaffirmation du rôle des régions et réappropriation citoyenne et locale de l’habitat ».


La Constitution espagnole de 1978 a décentralisé les compétences en matière de logement, donnant ainsi un rôle déterminant aux régions ainsi qu’une forte autonomie aux communes. Pourtant, la plupart des recherches sur le logement en Espagne abordent le rôle de l’État et des communes et ont souvent délaissé le niveau régional. Cette thèse de géographie sociale et politique entend pallier ce manque et propose d’analyser le processus de reterritorialisation du secteur du logement en Espagne depuis les années 2000 afin d’appréhender l’actuelle reconfiguration des acteurs du logement aux niveaux régional et local. Cette reterritorialisation du logement et de l’habitat peut être à la fois vue comme une réaffirmation des acteurs publics au travers de politiques publiques territorialisées mais aussi comme une réappropriation locale du thème du logement et de l’habitat par les citoyen·e·s eux-mêmes. Ainsi, cette thèse vise à questionner comment, depuis l’éclatement de la bulle immobilière espagnole, le logement redevient une question politique, notamment au niveau des régions (communautés autonomes). Dans cette thèse, nous nous demandons donc si l’institutionnalisation des mouvements sociaux pour le droit au logement (notamment au sein des "municipalités du changement" de Barcelone et Madrid), la réappropriation locale collective et la réaffirmation du rôle des régions témoignent d’une reterritorialisation du secteur du logement et de l’habitat et d’une nouvelle gouvernance locale du logement en Espagne. La structure de l’État espagnol impose alors de mener la réflexion en plusieurs points du territoire afin de saisir la diversité des trajectoires empruntées par les communautés autonomes et les municipalités. Comment les différentes communautés autonomes d’Espagne font-elles face à l’effondrement du modèle conventionnel de logement espagnol ? Comment l’actuelle reprise en main du secteur du logement par les acteurs publics s’articule-t-elle avec les volontés de réappropriation locale de l’habitat par les habitant·e·s ? En quoi cette articulation témoigne-t-elle d’un processus de reterritorialisation du secteur du logement posant les bases d’une nouvelle forme de gouvernance urbaine de l’habitat ?

Dans l’optique de répondre à ces questions, cette thèse, résolument multiscalaire, se propose d’analyser la reconfiguration des acteurs du logement aux échelles régionales, municipales et locales. Premièrement, elle étudie le repositionnement différencié des régions sur le thème du logement : le développement de nouvelles politiques publiques de logement au niveau régional, le lien entre politiques de logement et stratégies régionalistes et/ou indépendantistes des régions d’Espagne, etc. Deuxièmement, la thèse analyse l’échelle municipale afin de comprendre comment les différentes municipalités tentent de proposer des solutions face à la crise du logement de 2008. Le cas des « municipalités du changement » de Madrid et Barcelone, provenant de candidatures citoyennes et se revendiquant d’un « nouveau municipalisme », sont tout particulièrement analysés. Enfin, au niveau local, ce travail de recherche aborde les volontés des citoyens de reprendre en main le thème du logement. Cela peut se matérialiser par des mobilisations sociales luttant pour le droit au logement ou encore par le développement par les citoyen·ne·s de projets d’habitat participatif autonomes afin de trouver des solutions d’accès au logement abordable par eux-mêmes (coopératives d’habitant·e·s, cohousing, etc.). Beaucoup de citoyen·ne·s voient dans ces projets un moyen de s’autonomiser vis-à-vis du secteur financier ainsi que plus largement un moyen de se réapproprier le territoire local, en premier lieu leur quartier.

Ce travail de thèse se base en grande partie sur le processus de territorialisation-déterritorialisation-reterritorialisation (TDR) développé par G. Deleuze et F. Guattari mais également fortement mobilisé en géographie, notamment par C. Raffestin. Ainsi, suite à la déterritorialisation du secteur du logement en Espagne, ce travail de thèse analyse l’actuel processus de reterritorialisation du logement et de l’habitat. Ce processus témoigne d’un ré-ancrage de ce secteur à un niveau régional et local, ce qui permet de questionner l’actuelle reconfiguration des cadres de l’action publique sur le thème du logement ainsi que l’articulation entre les citoyens mobilisés et les administrations publiques.

 

Principales publications

Réseaux et programmes de recherche

Depuis 2016 : Membre du Réseau des chercheurs sur le logement et l'habitat : REHAL. blogs.univ-tlse2.fr/rehal/
Depuis 2015 : Membre de la Chaire IMU "Habiter ensemble la ville de demain", Axe 4 "Innovations / réinventions dans l’habitat participatif en Europe". imu.universite-lyon.fr/chaire/

Chapitres d'ouvrages scientifiques

- Miralles Buil D., 2018, « El hábitat cooperativo, de la innovación social hasta la creación de nuevos comunes territoriales. El caso de la cesión de uso y del concurso municipal de cohabitatge de Barcelona », in Baron N., Romero J. (dirs.), Cultura territorial e innovación social. ¿Hacia un nuevo modelo metropolitano en Europa del Sur?, Valencia, PUV (Desarrollo territorial (Estudios y Documentos)), p. 143‑154.
- Miralles Buil D., 2017, « Habitat participatif », in Cornu M., Orsi F., Rochfeld J. (dir.), Dictionnaire des Biens communs, Paris, Presses Universitaires de France, p. 611-614.

Articles de revues 

- Miralles Buil D., (à paraître), « La reterritorialisation du secteur du logement et de l'habitat à Barcelone et Madrid. Vers une nouvelle gouvernance urbaine de l'habitat ? », Sud-Ouest Européen.
- Miralles Buil D., 2018 (à paraître), « L’habitat coopératif en cession d’usage, vecteur de nouveaux communs territoriaux à Barcelone », Espaces et Sociétés.
- Miralles Buil D., 2015, « Le quartier de l’Arsenal, un "village dans la ville" entre patrimonialisation et normalisation », EchoGéo, n°33. [En ligne] mis en ligne le 30/09/15. URL : echogeo.revues.org/14326

Autres publications

- Miralles Buil D., 2017, « Les "nouveaux municipalismes" de Madrid et Barcelone », Revue Silence, n°460 (octobre 2017). 

 

Mots-clés

Espagne, Habitat, Politiques de logement, Habitat participatif, Participation, Logement social, Mouvements sociaux, Communs, Reterritorialisation, Municipalisme, Urbanisme.