Davide ALIBERTI

32 ans
LabexMed
Recherche postdoctorale





Parcours universitaire

2016 : Qualifié aux fonctions du maître de conférences. CNU Section 14.
2015 : Docteur en études romanes, spécialité : études hispaniques / Dottore di ricerca in Culture dei Paesi di Lingue Iberiche e Iberoamericane. Thèse : Sefarad une communauté imaginée (1924-2015), mention : très honorable avec les félicitations du jury à l'unanimité. (dir. P. Aubert, Université d’Aix-Marseille et P. L. Gorla, Université de Naples “L’Orientale” - cotutelle internationale Italie-France)
2011 : Master II recherche en Langues et communication interculturelle dans la zone euroméditerranéenne à l'Université de Naples "l'Orientale". Mémoire : La langue de la diaspora : les séfarades et le judéo-espagnol, (dir. P. L. Gorla)
2009 : Licence en Langue et Culture Moderne à L’Université de Salerno. Mémoire : Syncrétisme et magie dans “El reino de este mundo” de Alejo Carpentier, (dir. R. M. Grillo)

Recherches en cours

En 1492, les juifs sont effacés physiquement et culturellement de l'Espagne. Au cours des années suivantes, le traumatisme de l’expulsion produit un nombre croissant de narrations et de mythes relatifs à la notion de « Sefarad ». En effet, cet espace imaginaire commence à être perçu, par les différentes générations de juifs de la diaspora, comme un paradis perdu. Au début du XIXe siècle, par exemple, les membres de la Wissenschaft des Judentums (Science du judaïsme) décident d’utiliser le paradigme sépharade en tant que modèle d’intégration, et d’exemple de l’apport scientifique et culturel que les juifs peuvent fournir au développement des sociétés d’accueil. C’est pour cette raison que, quelques années après, la question sépharade est aussi utilisée par les libéraux espagnols, afin de revendiquer la liberté de conscience dans leur pays. L’expulsion des juifs et les persécutions de l’inquisition au détriment des convertis, avaient contribué à tracer l’image d’une Espagne intolérante, fanatique et obscurantite. Les sépharades, ces juifs injustement expulsés, qui avaient beaucoup contribué au développement culturel de l’Espagne médiévale, devenaient l’archétype des victimes de l’intolérance. Pour cette raison, l’abolition de l’édit d’expulsion et l’introduction de la liberté de conscience auraient constitué un premier pas vers la modernisation de l’Espagne. Cependant, les élites politiques et intellectuelles espagnoles étaient obligées de reconstruire le « juif », car, après trois siècles d’absence, il avait disparu de la culture espagnole.

Cette reconstruction, qui a été un processus essentiellement politique, a eu une forte résonance dans les cercles intellectuels juifs européens et méditerranéens. Par conséquent, les différents acteurs espagnols ont été obligés de dialoguer avec les élites culturelles étrangères. La construction du « Juif » en Espagne est donc devenue un processus collaboratif, auquel ont participé plusieurs acteurs. Les échanges entre ces acteurs ont contribué à tisser un réseau dense de relations politiques et culturelles, dont l'effet concret se fera sentir au niveau de l'État. Ce processus politique atteint son apogée au début du XXe siècle, avec la campagne du sénateur libéral et médecin Ángel Pulido y Fernández (1852-1932), qui visait à favoriser le retour des sépharades en Espagne. Pulido réussit à créer un réseau de correspondants stable avec des intellectuels sépharades de la Méditerranée orientale, mais aussi avec les communautés juives de rite hispano-portugais de Paris et avec le Comité central de l’Alliance Israélite Universelle, comme démontrent ses voyages dans la capitale française en 1919 et en 1920 respectivement.

La campagne de Pulido se révèle être une véritable activité de lobbying, visant à créer un réseau d’influence capable d’obtenir des résultats remarquables sur le plan national, tels que, par exemple, la création de l’Alianza Hispano-Hebrea en 1910 et la Casa Universal de los Sefardíes en 1920 à Madrid. Plusieurs intellectuels et politiciens espagnols, y compris le banquier et entrepreneur Ignacio Bauer y Landauer (1891-1961), adhèrent au philo-séphardisme, en contribuant avec leurs idées et leur influence politique au développement du « lobby » créé par Pulido à partir de l’image stéréotypée qu’il avait des sépharades. Toutefois, la présence en Espagne de penseurs juifs comme Max Nordau (1849-1923) et Abraham Yahuda (1877–1951) donne lieu à un courant d'opposition au philo-séphardisme du sénateur, qui propose une vision moins stéréotypée des sépharades. À ce courant adhère, entre autres, l’écrivain Rafael Cansinos Assens (1882-1964), qui suggère une approche plus culturelle et moins « économique » de la « cause sépharade ». Le présent projet de recherche propose de considérer le mouvement philo-sépharade comme un groupe de pression, avec des aspirations politiques et économiques d’intérêt euroméditerranéennes. Ce « lobby », malgré la vision stéréotypée des sépharades et les dérives idéologiques « régénérationnistes » de Pulido, aurait pu contribuer à l’ouverture démocratique et pluraliste du pays, si toutes ses ambitions n’avaient pas échoué avec la « farce » du Décret Royal de 1924. L’importance politique du mouvement philo-sépharade en tant que groupe de pression dans le contexte politique espagnole du premier quarte du XXe siècle est donc notable, mais peu étudiée. 

Le présent projet se propose, donc, de reconstruire le réseau d’influence qui a permis le développement du mouvement philo-sépharade entre 1905 (date de parution de Los españoles sin patria y la raza sefardí) et 1924. L’analyse du réseau politique et des initiatives menées dans le cadre de la campagne de Pulido, accordera une attention particulière à l'activité de Ignacio Bauer y Landauer. Bauer y Landauer était un banquier et entrepreneur juif espagnol, avec plusieurs intérêts politiques et économiques dans le pays. Il est élu député aux Cortes en 1923 et fonde la CIAP (Compañía Iberoamericana de Publicaciones) en 1924, qui devient une des plus importantes maisons d’éditons espagnoles de la première moitié du XXe siècle. Dans l’édifice de la famille Bauer de la rue Príncipe étaient concentrées toutes les organisations juives et philo-sépharades de Madrid. Il s’agit donc d’une figure centrale dans la construction du mouvement philo-sépharade, avec un solide ancrage institutionnel.

Le travail de recherche que l’on se propose d’effectuer vise donc à analyser l’entrelacs des relations et les enjeux politiques à l’échelle nationale et internationale qui ont contribué à la création et au développement du mouvement philo-sépharade en Espagne : ces interactions entre acteurs sociaux, issus des élites politiques et intellectuelles espagnoles et européennes et méditerranéennes. La recherche s’orientera notamment sur l’analyse du rôle joué par Ignacio Bauer y Landauer au sein du mouvement de Pulido, en partant du principe qu’il s’agit d’une construction politique, visant à atteindre les objectifs tactiques d’une élite particulière.  


Publications

Monographie
- Davide Aliberti, Sefarad : una comunidad imaginada (1924-2015), Madrid, Marcial Pons (en voie de publication, date de parution : septembre/octobre 2016).

Articles 
- “Adio Kerida: l’identità sefardita nel viaggio di Ruth Behar” in Confluenze. Rivista di Studi Iberoamericani, Università degli Studi di Bologna, Vol. 4, n. 1, maggio 2012.
- “Ecos de Sefarad: Identidad y Tradición en la Música de Yasmin Levy” in Cultura Latinoamericana. Revista de Estudios Interculturales, Bogotá, Editorial Planeta, Año 2011 (I), número 13.- “El vacío de la historia: los sefardíes y la novela negra” in Polifonía. Revista académica de estudios hispánicos, Clarksville, Austin Peay State University, Vol. 3, n. 1, 2013.
- “Cuartos tangerinos: las múltiples realidades de La vida perra de Juanita Narboni” in Bárbara Greco y Laura Pache Carballo (Eds.), Variaciones de lo metarreal en la España de los siglos XX y XXI, Madrid, Editorial Biblioteca Nueva, Vol. 2, 2014, pags. 159-166.
- “Ricostruire l'identità per redimere il passato: En el último azul di Carme Riera” in Augusto Guarino (Ed.), Le geometrie dell’essere. Identità, identificazione, diversità nella recente letteratura spagnola, Napoli, Tullio Pironti Editore, 2014, pags. 83-93.
- “The Ladino Players: dalla narrazione orale alla performance nel teatro sefardita statunitense” in Maria Arpaia, Angela Albanese e Carla Russo (Ed.), L’oralità sulla scena. Adattamenti e transcodificazioni dal racconto orale al linguaggio del teatro, Napoli, Orientale University Press, 2015, pags. 291-298.
- “I Sefarditi, soggetto tradotto/traduttore attraverso il Mediterraneo” in Oriana Palusci and Katherine E. Russo (Ed.), Translating East and West, Trento, Tangram Edizioni Scientifiche, 2016, pags. 337-347.

Communications

- Translating East and West (Università degli studi di Napoli “L’Orientale”, 8-10 novembre 2012), titre de la communication : “Da Sefarad alla Sublime Porta. I Sefarditi, soggetto tradotto/traduttore attraverso il Mediterraneo”.
- Identità, identificazione, diversità nella letteratura spagnola degli ultimi venti anni (Università degli Studi di Napoli “L’Orientale”, 28-30 novembre 2012), titre de la communication : “Ricostruire l'identità per redimere il passato: En el último azul di Carme Riera”.
- Metarreal y sobrenatural en la literatura hispánica (Università degli studi di Torino, 14-18 maggio 2013), titre de la communication: “Cuartos tangerinos: las múltiples realidades de La vida perra de Juanita Narboni”.
- L’oralità sulla scena. Adattamenti e transcodificazioni dal racconto orale al linguaggio del teatro (Università degli Studi di Napoli “L’Orientale”, 3-4 ottobre 2013), titre de la communication: “The Ladino Players: dalla narrazione orale alla performance nel teatro sefardita statunitense”.
- Ramonismo: tradizione e avanguardie. A cinquant'anni dalla scomparsa di Ramón Gómez de la Serna (Università degli Studi di Napoli “L’Orientale”, 7-8 novembre 2013), titre de la communication : “Jazzbandismo: Ramón Gómez de la Serna e il Jazz”.
- Testimonios del desastre: periodistas y escritores en el campo de batalla (Universidad de Valladolid, 26-28 novembre 2013), titre de la communication : “La prensa judía en la Guerra Civil Española: el Botwin”.
- Journée de présentation des posters scientifiques des doctorants TELEMME dans le cadre des 20 ans du laboratoire TELEMME (Université d’Aix-Marseille, Maison Méditerranéenne de Sciences de l’Homme, 16 octobre 2014), titre de la communication : “L’identité séfarade à l’époque contemporaine. Politiques globales et nouvelles frontières identitaires”
- Renaissances culturelles et politiques en Europe méridionale (Université d’Aix-Marseille, Maison Méditerranéenne de Sciences de l’Homme, 24 ottobre 2014), titre de la communication : “España y el renacimiento sefardí. Perspectivas políticas y lazos culturales”.