Anne-Sophie COUDRAY

1992
École des hautes études en sciences sociales (EHESS, Paris)
anne-sophie.coudray@casadevelazquez.org

  

Parcours universitaire et expérience professionnelle

Depuis septembre 2018 : allocataire de recherche Casa de Velázquez (EHEHI)- École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Dans le cadre du dispositif de contrats doctoraux fléchés à l’international (ACI), préparation d’une thèse de doctorat en histoire sous la direction de Myriam Cottias en co-direction avec Antonio De Almeida Mendes sur le sujet : « L’émigration des travailleurs capverdiens (îles de Brava et de Fogo) dans les États de New York, du Rhode Island et du Massachusetts aux Etats-Unis (1760-1880) ».

Depuis 2018 : membre du projet SLAFNET, Slavery in Africa : A dialogue between Europe and Africa.

2017/2018 :
Master 2 Métiers des Archives, Université Paris VIII-Vincennes St Denis.

2016/2017 :
Master 2 de sciences humaines et sociales à finalité recherche mention histoire et histoire de l’art spécialité relations internationales et histoire du monde atlantique. Rédaction d’un mémoire de recherche intitulé « À la recherche de l’Eden canadien, l’émigration des anciens esclaves états-uniens dans les bourgs de Windsor, London et Saint Catherines 1850-1865 », Université de Nantes.

2015/2016 :
Master 1 de sciences humaines et sociales mention histoire et histoire de l’art. Rédaction d’un mémoire de recherche intitulé « Les fuites d’esclaves en Virginie, être esclave dans une société esclavagiste 1750-1850 », Université de Nantes.

2012/2015 :
Licence d’histoire, Université François Rabelais (Tours). Dernier semestre de licence à l’université Royal Holloway (Londres).

2011/2012 : Classes préparatoires littéraires, lycée Descartes (Tours).

Recherche en cours

Sujet de thèse : L’émigration des travailleurs capverdiens (îles de Brava et de Fogo) dans les États de New York, du Rhode Island et du Massachusetts aux Etats-Unis (1760-1880).

Dès le XVIIIe siècle, les îles de Brava et de Fogo sont fortement touchées par les mouvements de migration humains. Elles deviennent des escales régulières pour les capitaines et marins états-uniens cherchant à accroitre leur équipage. Si certains émigrés retournent dans l’archipel du Cap-Vert après avoir vécu quelque temps en mer ou aux Etats-Unis, nombreux sont ceux qui s’installent de manière pérenne dans les États de New York, du Rhode Island et dans le Massachusetts, malgré un contexte d’intensification des tensions raciales.

La démarche proposée, entre la sociologie et l’histoire culturelle, invite à repenser les espaces de mobilités et les modes circulatoires des habitants des colonies portugaises.

En étudiant les profils et les parcours des acteurs de cette émigration, on s’interrogera sur les différents facteurs de cette émigration volontaire ainsi que sur les modalités de recrutement et sur les conditions de travail de ces derniers à bord de ces navires.

Dans un contexte de classification biologique opérant une dichotomie entre Noirs et Blancs il s’agira d’étudier les processus de racialisation à l’oeuvre des deux côtés de l’Atlantique et la manière dont ces « catégories » fortement assimilées à une culture portugaise mais aussi états-unienne, se sont distancées de la communauté noire et/ou ont rejeté leur africanité pour s’identifier à la communauté portugaise des Etats-Unis. Dans ce sens, on analysera leurs rapports sociaux avec la communauté portugaise des Etats-Unis mais aussi avec les afro-américains des États du Nord.

Il s’agira de mener une réflexion sur l’existence d’autres facteurs d’appartenance ou de distanciation sociale, de nature religieuse, politique, juridique ou culturelle. On élargira notre étude aux représentations raciales dont font l’objet ces nouveaux immigrés.

En s’intéressant aux différents critères subjectifs inventés par la société esclavagiste, tels que la réussite professionnelle, financière, l'acquisition d’une propriété (et autres) qui ont participé à la structuration de rapports sociaux entre les Noirs et les Blancs mais entre les Blancs eux-mêmes et qui ont favorisé la destruction des préjugés raciaux à l’égard de ces immigrants, on s’interrogera sur la façon dont ces sociétés esclavagistes ouvertes à l’émigration mais dont la tolérance raciale est transformée, pensent l’inégalité au-delà de la couleur de peau.

Thèmes de recherche

- Histoire de l’esclavage et des traites négrières 
- Insertion et assimilation des esclaves et des descendants d’esclaves dans les sociétés américaines (XVIII-XIXe siècles) 
- Mobilité libre et contrainte des habitants de l’espace lusophone (XVII-XIXe siècles)

Activités de communication et de valorisation

-Invitée de l’émission de radio « les anneaux de la mémoire : une histoire des esclavages » sur Radio Fidélité (saison 1, 2016-2017), communications relatives aux « Résistances : les fuites d’esclaves » diffusées les 6 et 13 mai 2017.
- « De l'esclavage à la liberté : Les esclaves fugitifs de Virginie aux XVIII et XIXe siècles » : Colloque international « Frontières d’outre-mer et cultures urbaines XVe, XIXe siècles. », organisé par le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA) et par le programme Staraco, Nantes, 4 novembre 2016.

 

 

PODCASTS

Conclusiones

Laura GIRAUDO
11/11/2016 - 5min 34s - Espagnol