Annabelle MARIN

29 ans
Agrégée d’histoire
Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier
Universidad Complutense de Madrid (UCM)
Mail : annabelle.marin@casadevelazquez.org







Parcours universitaire

Depuis septembre 2014 : Doctorat d’histoire médiévale en co-tutelle à l’université Paris-Sorbonne et l’universidad de la Complutense de Madrid (UCM) sous la direction des professeures Élisabeth Crouzet-Pavan et María Asenjo González. Intitulé de la thèse : Des femmes de pouvoir ? La haute noblesse féminine en Castille au XVe siècle. Membre du projet JEURCAS (HAR2013-44014-P), “Jerarquías urbanas: ciudades y villas en Castilla (1400-1561)”, financé par el MINECO et coordonné par María Asenjo González.
2013 : Agrégation d’histoire (préparation en auditorat libre à l’École Normale Supérieure Paris-Ulm).
2013 : Capes d’histoire-géographie.
2011-2010 : Master 2 d’histoire médiévale à l’université Paris-Sorbonne sous la direction du Professeur Élisabeth Crouzet-Pavan, Mention Très bien. (Intitulé du Master 1: Les reines de Jérusalem. Intitulé du Master 2 : L’image de l’empereur byzantin dans les sources latines de la première croisade.)
Juin 2009 : Licence d’histoire et Licence de lettres modernes, Mention Bien.
2006-2009 : Classe préparatoire : Hypochartes et Chartes au Lycée Pierre de Fermat (Toulouse).


Activités de recherche et travaux scientifiques

Communications scientifiques dans des colloques et journées d'études
10 mars 2015 :
Enseignants-chercheurs et chercheurs enseignant, la pratique enseignante au service de l’écriture de l’histoire lors du colloque « Etre jeune chercher ou chercheure aujourd’hui : quelles réalités ? » à l’EHESS à Paris.
3-4 juillet 2015 : La périodisation ou le choix d’un événement : (des)illusions historiographiques et nouveaux regards sur Isabelle la Catholique lors des journées doctorales de LOGOS (école doctorale transfrontalière en sciences humaines et sociales) « Temporalités : continuités, transitions, ruptures » à Liège.
20 juin 2016 : Prefieriendo el varon a la hembra : préférence masculine et réalités féminines ? La haute noblesse féminine en Castille au XVe siècle lors des International Medieval Meeting Lleida à Lerida.
19 octobre 2016 : Administrar y heredar tierras en la Castilla del siglo XV: Las formas de autoridad de la alta nobleza femenina lors du XVIII coloquio internacional de la AEIHM « Autoridad, poder e influencia : mujeres que hacen historia » à Saragosse.
14 janvier 2017 : « De mère en fille : La transmission des savoir-faire dans la haute noblesse féminine en Castille au XVe siècle » lors de la journée de l'Ecole Doctorale « éducation, traduction, transmission » qui a eu lieu le 14 janvier 2017 de 9h30 à 16h10 à l'Amphi D035 à la Maison de la Recherche - 28 rue Serpente 75006 Paris.

Communications scientifiques dans des séminaires de recherche
17 janvier 2014 : Construire la faute : la perfidie de l’empereur byzantin dans les sources latines des la première croisade lors du séminaire de doctorants de Questes (association de jeunes chercheurs médiévistes) (Paris).
24 avril 2014 : Introduction aux reines de Castille : la construction d’un pouvoir royal au féminin à la fin du Moyen Âge dans le cadre du séminaire de master et doctorat du Professeur Élisabeth Crouzet-Pavan (Université Paris-Sorbonne).
19 mai 2015 : Primicias historicás de una realeza femenina : Castilla, mitad del siglo XIV, finales del siglo XV dans le cadre du Seminario doctoral de la línea de investigación de Historia Medieval de la Universidad de la Complutense Madrid. (Espagne).
5 février 2015 : Faire l’histoire des femmes après les gender studies : déraciner l’arbre qui cache la forêt. À Questes, dans le cadre d’un atelier de méthodologie autour de l’histoire des femmes (Paris).
22 janvier 2016 : « Penser et dire le pouvoir médiéval : où sont les femmes ? » à OUTHEPO (Séminaire organisé par les doctorants et post-doctorants de l'Institut d'histoire moderne et contemporaine (CNRS/ENS/Paris 1)) sur le thème « penser et dire le pouvoir » (Ecole Normale Supérieure).
20 mai 2016 : Poder o autoridad : ¿qué termino elegir para referirse a las mujeres de la alta nobleza castellana en el siglo XV?  dans le cadre du Simposio de Estudios medievales : Retos de Investigación, séminaire de doctorants de l’Universidad Complutense Madrid. (Espagne).
16 janvier 2017 : « ‘Para honra de vuestro cuerpo, e de vuestro virginidad, e estado de vuestro linaje’ : pratiques de transmission et de gestion des biens patrimoniaux dans la haute noblesse féminine en Castille au XVe siècle » dans le cadre « Séminaire Moyen Âge espagnol – Colegio de España (Paris) » animé par Jean-Pierre JARDIN : « Histoire, droit, politique sous les Trastamares (Castille, XIVe-XVe siècles) », Alexandra ODDO, « Langue et littérature espagnoles médiévales », Patricia ROCHWERT-ZUILI : « Légitimité et affirmation du pouvoir royal en Castille aux XIIIe et XIVe siècles: el Molinismo » et Hélène THIEULIN-PARDO: « Histoire culturelle de l’Espagne médiévale ».(CLEA, Université Paris-Sorbonne)
2 mars 2017: « Pouvoir en ville, pouvoir au féminin ? (Castille XVe siècle) » dans le cadre du séminaire de master et doctorat du Professeur Élisabeth Crouzet-Pavan (Université Paris-Sorbonne).
21 avril 2017 : Intervention dans le séminaire de paléographie espagnole pour Masters et doctorants du Professeur Béatrice Perez (CHECLA/CHAC, Université Paris-Sorbonne).

Bourses
Septembre 2015 :  obtention d’une bourse de recherche à la Casa de Velázquez.
Juin 2016 : obtention d’une bourse d’aide à la mobilité internationale des doctorants de l’Université Paris-Sorbonne.
Février 2017 : Lauréate du prix des jeunes chercheurs de la Fondation des Treilles.

Activités de diffusion et de vulgarisation scientifiques
Depuis 2016 : Co-auteur d’un blog de vulgarisation d’histoire médiévale, « Actuel Moyen Âge ».
Octobre 2016 : Participation à la fête de la science 2016. Stand à l’UPMC, « Le Moyen Âge est toujours d’actualité. » Mars 2016 : Participation à l’émission de radio « La Fabrique de l’Histoire » sur France Culture, « Vive les auditeurs ! Amateurs et professionnels », 9 mars 2016.
Depuis 2014 : Contributions à Nonfiction.fr : Chroniques et comptes rendus d’ouvrages.

Publications

Ouvrages publiés
- Co-direction avec Pauline Guéna du bulletin de Questes, n°33, Finir le Moyen Âge. Juin 2016. « introduction », « conclusion », « bibliographie ».
- César, une carrière exceptionnelle, collection « récits d’historien », Editions Hatier Paris, 2013.
- Actuel Moyen Âge. A paraître (éditions Arkhê/septembre 2017).

Articles publiés ou à paraître
- « Construire la faute : la perfidie de l’empereur byzantin dans les sources latines de la première croisade », Questes, n°30, 2015, 111-124.
- « Administrar y heredar tierras en la Castilla del siglo XV: Las formas de autoridad de la alta nobleza femenina. » A paraître (AEIHM).
- « Poder o autoridad : ¿ qué termino elegir para referirse a las mujeres de la alta nobleza castellana en el siglo XV ?» À paraître (Simposio de Estudios medievales : Retos de Investigación Edición Castellum).

Travail de recherche

Mes travaux portent sur les questions de pouvoir et d’autorité féminine dans la Castille d’avant Isabelle la Catholique dans un groupe social qui n’a jusqu’à présent fait l’objet d’aucune étude approfondie : celui de la haute noblesse féminine et plus précisément les épouses des hauts dignitaires à la cour des premiers rois Trastamare au XVe siècle. Je formule l’hypothèse de l’existence en son sein d’un ensemble de pratiques et de comportements communs. Ma thèse se propose d’analyser les pratiques de transmission et de gestion des biens patrimoniaux des femmes de la haute noblesse ainsi que leurs relations avec les autres acteurs politiques et sociaux de leur temps.

Pour ce faire, ma démarche se situe à la croisée de l’anthropologie de la parenté et de l’histoire sociale. Les bornes chronologiques de mon sujet sont définies par les évolutions du groupe nobiliaire que j’étudie. Le terminus a quo de l’étude est l’arrivée au pouvoir des Trastamare à la fin du XIVe siècle tandis que le terminus ad quem se situe quant à lui dans les années 1520, date de la création de la Grandeza. J’utilise les outils de la prosopographie pour mettre en valeur la structure sociale de mon groupe.

L’étude de ces femmes constitue donc un observatoire privilégié pour réévaluer le rôle de la femme noble à la fois à l’échelle de la sphère familiale en proposant des éléments pouvant enrichir l’étude de la famille noble castillane mais aussi, à l’échelle de la Castille, à travers l’étude de leurs interactions avec les acteurs du temps. En définitive, il s’agit d’étudier la praxis des femmes de la haute noblesse féminine pour voir si elles se révèlent être des femmes de pouvoir. Au-delà des fonctions qui lui sont traditionnellement assignées telles que la médiation ou encore le mécénat religieux et culturel, la femme noble transmet et gère des terres, acteur à part entière des changements politiques, sociaux et économiques de son temps.

Mots clés

Femmes, histoire des femmes, noblesse, Castille, pouvoir, transmission.