Brice CHAMOULEAU DE MATHA

27 ans
Agrégé d’espagnol
Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3
(EA 3656 Ameriber)
Mail : brice.chamouleau@casadevelazquez.org



Parcours universitaire et expérience professionnelle

Depuis 2009    thèse de doctorat sous la direction de François Godicheau, Bordeaux 3
2009/2012    Contrat doctoral, Bordeaux 3. Enseignant du département d’études ibériques
2008/2009    Master 2 en Études Hispaniques, Université Bordeaux 3 et enseignant d’espagnol au Lycée Montesquieu, Bordeaux
2007/2008    Agrégation externe d’espagnol
2006/2007    Master 1 LLCE Espagnol (Universidad de Sevilla /
Bordeaux 3, Erasmus)
2005/2006    Licence LLCE Espagnol (Bordeaux 3)
2003/2005    DEUG LLCE Espagnol (Bordeaux 3)

Ma thèsevise à comprendre la constitution d’espaces d’énonciation pour des identités politiques homosexuelles dans l’Espagne contemporaine.Les subjectivités agrégées autour de la dissidence à la masculinité – homosexuels, travestis, transsexuels – sont érigées en emblèmes esthétiques de la transition, connaissant un essor particulièrement fertile dans la démocratie qui écrit le récit de son avènement et de sa consolidation. Ces subjectivités posent pourtant problème : les lois répressives ne sont abrogées que progressivement (1979, article sur les homosexuels de la Ley de Peligrosidad y Rehabilitación Social et 1988, article sur le scandale public du Code Pénal) alors que la génération des jeunes de la transition, instituée comme désenchantée et faisant l’expérience de discours nouveaux sur la sexualité et le genre, est peu à peu décimée par la drogue et l’épidémie du sida.

Depuis un corpus divers (archives judiciaires de Peligrosidad Social, archives militantes, presse et fictions narratives), je me propose de comprendre la constitution de ces subjectivités qui renseignent sur la définition de la citoyenneté pendant la transition à partir d’une resignification des catégories du public et du privé telles que le franquisme les avait instituées. La question homosexuelle permet d’apporter un regard éclairant sur la constitution de la citoyenneté dans l’Espagne de la transition dans la mesure où les langages dans lesquels elle s’énonce mettent en question une catégorie d’intime élaborée par la morale et les institutions franquistes que la démocratie, une fois advenue, n’a pas révisées, au profit d’un espace public « ascétique ».

En tentant de montrer comment l’institution judiciaire de Peligrosidad Social produit un signifié sur ces identités de genre en les hybridant, à partir d’un discours sur la sexualité, avec un langage sur les classes sociales, il s’agit d’explorer cette tension entre l’esthétisation de figures locales (« la pluma ») et leur refoulement progressif dans les marges d’une démocratie qui se constitue autour des imaginaires d’une classe moyenne hérités du tardofranquismo. Avec cette analyse, mon propos est alors d’interroger la résurgence d’un signifié passé sur ces subjectivités dans l’Espagne contemporaine, mais également les usages de leur mémoire: au cœur du dispositif d’une historiographie célébrant la démocratie espagnole, la question homosexuelle permet de réviserles catégories d’intime, de privé et de public pendant la transition et de contribuer à interroger les paradigmes d’expression d’identités politiques de genre dans l’Espagne contemporaine –celui de
la « visibilité » principalement.

Principales publications

CHAMOULEAU, Brice, « Discontinuité : le fascisme à l’épreuve du corps monstrueux dans Intersecciones de Eduardo Haro Ibars », in ZAPATA, M. (coord.), Lectures du genre nº 7, 2010. http://www.lecturesdugenre.fr/Lectures_du_genre_7/Chamouleau.html

CHAMOULEAU, Brice, « L’affaire Jeremy Thorpe : l’homosexualité en Espagne et le miroir britannique dans la transition à la démocratie », in CHAPUT, M.C. (coord.), Regards nº 17 : Masculin/Féminin dans la transition espagnole, Paris Ouest Nanterre, 2011, p 185-199.

Mots clés

Transition démocratique, genre, homosexualité, espace public, intime