Anne-Laure BONVALOT

29 ans
Agrégée d'espagnol
Université Paul Valéry-Montpellier III, LLACS
(Langues, littératures, arts et cultures des Suds,
EA 4582)
Mail : anne-laure.bonvalot@casadevelazquez.org


Parcours universitaire et expériences professionnelles

Depuis 2009 :  Doctorante à l'université Paul Valéry-Montpellier III, sous la direction de Jean-François Carcelen. Sujet : « Formes nouvelles de l'engagement dans le roman espagnol actuel : Belén Gopegui, Alfons Cervera, Isaac Rosa ».
2009-2012 : Allocataire Monitrice au département d'espagnol de l'Université Paul Valéry-Montpellier III.
2008-2009 :

  • Master 2 d'études hispanophones et lusophones (ENS LSH). Mémoire effectué sous la direction de Jean-François Carcelen, intitulé « Le renouvellement de l'écriture engagée dans La conquista del aire et El lado frío de la almohada de Belén Gopegui ».
  • Chargée de cours d'espagnol (civilisation de l'Espagne contemporaine) à l'Institut d'études politiques de Lyon.
  • Licence 3 de portugais (Université Lumière - Lyon II).

2007-2008 : Lectrice de français à l'UNICAMP (Universidade Estadual de Campinas, Brésil).
2006-2007 : Agrégation d'espagnol préparée à l'ENS LSH.
2005-2006 : Master 1 d'études hispanophones et lusophones (ENS-LSH / Universidad de Salamanca - échange ERASMUS). Mémoire effectué sous la direction de Jean-François Carcelen, intitulé « Heterogeneidad y nuevo realismo en El día del Watusi de Francisco Casavella ».
2004-2005 : Licence 3 d'espagnol (ENS-LSH / Université Lumière -
Lyon II).
2004 : Reçue au concours d'entrée de l'École Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines de Lyon.
2001-2004 : Hypokhâgne et khâgne au lycée Paul Cézanne
(Aix-en-Provence).

Recherches en cours

Mon projet de recherche porte sur les formes nouvelles de l'écriture engagée dans le roman espagnol contemporain (1995-2011). À l'heure de la très postmoderne proclamation de la fin des idéologies, quelle place y a-t-il en Espagne pour une littérature qui se veut politique, et cherche, plus qu'à se maintenir dans l'écart, à provoquer le dissensus ? Quelles sont les modalités particulières de ce renouveau d'une littérature qui entend sortir du domaine de l'exquise innocuité dans lequel elle est traditionnellement cantonnée ? À la croisée de l'analyse textuelle et de l'approche philosophique, mon travail entend dégager les enjeux, les formes et les figures de cette reconfiguration inattendue du roman politique. Entre resignification du roman mémoriel et renouvellement du réalisme critique se dessine peut-être un nouveau paradigme pour l'écriture engagée. Pour en cerner les contours, je prendrai appui sur la production romanesque d'Alfons Cervera, de Belén Gopegui et d'Isaac Rosa.

Principales publications

« Entre la espada y la pared : nouvelles écritures engagées dans le roman espagnol contemporain (Belés Gopegui, Isaac Rosa) », dans : Langues néo-latines : Revue des langues vivantes romanes, numéro 354, septembre 2010, « Aspects du roman espagnol actuel
(1990-2010) », p. 25-44.

« En Espagne, l'écriture qui jaillit du conflit ne jouit pas de la même reconnaissance que l'écriture de l'apaisement », entretien avec Alfons Cervera, dans : Tête-à-tête. Revue d'art et d'esthétique, numéro 1, printemps 2011, « Résister », p. 39-50.

« Je crois que la littérature qui prétend être seulement morale, exempte de politique, est une littérature tronquée, une littérature à demi », entretien avec Belén Gopegui, dans : ête-à-tête. Revue d'art et d'esthétique, numéro 3, printemps 2012, « Images du pouvoir »,
p. 68-75.

« Poétique de l'événement et renouvellement de l'écriture engagée : l'écriture performative dans le roman en marche d'Isaac Rosa », dans : Marie-Laure Acquier et Philippe Merlo (dir.), La Relation de la littérature à l'événement (XIXe-XXIe siècles), Paris, L'Harmattan, 2012,
p. 103-119.

Mots clés

Littérature, roman, engagement, XX-XXIe siècles, Espagne, Belén Gopegui, Alfons Cervera, Isaac Rosa.