Migrations et fondations en Méditerranée (IXe-VIe siècle)

18JUIN - 21JUIN 2012
MADRID
École thématique

Coord. : DIRCE MARZOLI (DAI, Madrid), ÉRIC GAILLEDRAT (CNRS-UMR 5140, Lattes)
Org. : Deutsches Archäologisches Institut (Madrid), École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)

Instituto Arqueológico Alemán de Madrid, C/ Serrano 159
Casa de Velázquez, Ciudad Universitaria, C/ Paul Guinard 3

ATTENTION : participation uniquement sur inscription. Les inscriptions sont closes.

Présentation


L’époque archaïque est synonyme pour le bassin méditerranéen d’un foisonnement culturel et commercial lié à ce qu’il est convenu d’appeler le phénomène colonial. Les hommes, les biens et les idées circulent ainsi selon des trajectoires variées, intégrant à des degrés divers les régions périphériques dans ce que certains désignent, suivant le modèle édifié par Fernand Braudel pour l’époque moderne, comme étant une « économie-monde » centrée sur la Méditerranée.

Phéniciens et Grecs sont les acteurs principaux de ce mouvement qui concerne également d’autres intervenants, au premier rang desquels se trouvent les Étrusques, mais le tissu complexe de relation qui se met en place d’un bout à l’autre de la Méditerranée traduit l’existence de dynamiques croisées où les mondes
« indigènes » sont loin d’être passifs.

L’histoire de la colonisation d’époque archaïque ne se limite donc plus à celle des grandes civilisations méditerranéennes mais inclut celle, parfois obscure, des peuples avec lesquels ces dernières sont rentrées en contact.

Face à l’Histoire, l’Archéologie a apporté au cours des dernières décennies son lot de données nouvelles permettant de remettre en perspective, voire même de contredire la vision classique, parfois stéréotypée, d’un mouvement qui s’avère être multiforme. Le schéma désormais ancien reposant sur une bipartition entre colonies dites « commerciales » et celles dites « agraires » ou « de peuplement » ne suffit plus à expliciter aujourd’hui une réalité faite de nuances culturelles, chronologiques et géographiques, tandis que l’ambiguïté même des termes « colonisation » et « colons » a été soulignée.

Au-delà du vocabulaire, la réalité de déplacements humains n’en demeure pas moins incontournable, mais cette réalité est elle-même multiple et appelle aujourd’hui un regard renouvelé. Entre déplacements individuels ou collectifs d’un côté, temporaires ou définitifs de l’autre, les enjeux actuels de la recherche mettent ainsi en avant les causes de ces migrations ainsi que leur traduction dans le registre archéologique.

Entre nécessité du commerce, pression démographique, fuite d’une terre devenue hostile ou encore simple aventure individuelle, ces déplacements aboutissent à la présence de migrants dans des contextes variés allant de la cité coloniale à l’emporion sous contrôle indigène. La notion d’espace est alors fondamentale pour pouvoir saisir la réalité de ces fondations ou de ces installations qui répondent à un ensemble de choix et de contraintes, à la fois économiques, sociales et géographiques.

À travers ce thème des « migrations et fondations », il s’agit d’explorer un certain nombre de pistes mettant en avant la diversité du phénomène colonial dans le bassin occidental de la Méditerranée, en tenant compte des acquis les plus récents de l’archéologie où habitats, nécropoles et culture matérielle sont mis à contribution.

Programme


Formation

MARIA EUGENIA AUBET
Universitat Pompeu-Fabra, Barcelona

MARTIN BENTZ
Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn

MARIO DENTI
Université Rennes II

ADOLFO DOMINGUEZ MONEDERO
Universidad Autónoma de Madrid

MICHEL GRAS
Maison René-Ginouvès, Nanterre

EMANUELE GRECO
Scuola archeologica italiana di Atene

MARIO LOMBARDO
Università del Salento

Participants

IMMACOLATA BALENA
Università degli Studi del Salento - LECCE
L’espansione della presenza greca nel Mar Nero nord-occidentale: una riflessione sulle fondazioni secondarie

BRUNO D'ANDREA
Università degli Studi di Napoli - "L'Orientale"
I tofet del Nord Africa dell'età arcaica alla prima età romana (VIII sec. a.C. - II sec. d.C.)

MOHAMED EL MHASSANI
Universitat Pompeu Fabra
El sistema colonial fenicio en las costas Mediterráneas y Atlánticas de Marruecos: Nuevas perspectivas a la luz de las investigaciones arqueológicas

JUAN GARRIDO ANGUITA
Universidad de Córboda
Península y Mediterráneo: relaciones en la cuenca occidental a finales del II milenio a. C.

LARA GELABERT
Universitat Autònoma de Barcelona
Indigenismo y colonialismo en la Prehistoria balear: de las relaciones de intercambio del Bronce FInal al comercio imperial romano. El caso del yacimiento de Son Fornés a partir del análisis de la materialidad anfórica

SARA GIARDINO
Università "Sapienza" di Roma
La ceramica fenicia da mensa: un indicatore culturale e cronologico delle relazioni tra la madrepatria e la Penisola Iberica nei
secoli X - VI a.C.


FRANCISCO GOMES
Faculdade de Letras - Universidade de Lisboa
Transiting Identities. Cultural contacts and identity discourses in the Orientalizing and Post-Orientalizing Iron Age of southern Portugal

BARBARA LEONE
Università del Salento
Le peculiarità della colonizzazione greca nella penisola Calcidica

EMANUELE MADRIGALI
Università degli studi di Sassari
Il primo colonialismo in Sardegna

ELODIE MARTIN-KOBIERZYKI
Aix-Marseille Université/Centre Camille Jullian
Echanges commerciaux et dynamiques culturelles en Provence Occidentale durant le Premier Age du Fer

BARBARA MURA
Universidad Pompeu Fabra, Barcelona
Análisis social del registro funerario de las necrópolis fenicias del Líbano

ADRIANO ORSINGHER
Sapienza Università di Roma
La ceramica dagli scavi di Antonia Ciasca al Tofet di Mozia (1964-1973)

FRANCESCO QUONDAM
Sapienza Università di Roma
Social organization in Southern Italy and Sicily during the Early Iron Age: the impact of Greek colonization

ESTHER RODRÍGUEZ GONZÁLEZ
CSIC-IAM / Universidad de Sevilla
El poblamiento orientalizante en los territorios periféricos de Tarteso: los valles medios del Guadiana y del Tajo

CELSO MIGUEL SÁNCHEZ MONDÉJAR
Universidad de Alicante
Migraciones y devociones. La vertiente religiosa de la migración fenicio-púnica y su impacto en los pueblos del sureste ibérico

JOSÉ SUÁREZ PADILLA
Universidad Complutense de Madrid
Comunidades autóctonas y expansión fenicia a las puertas del Estrecho de Gibraltar (siglos XII-VII a.C.)

VANESA TOSCANO
Universidad Autónoma de Madrid
Apoikia, aproximación histórica a la formaciónMagna Grecia y Sicilia

MATHILDE VILLETTE
Université de Rennes II
Espaces artisanaux et modes de production de la céramique, le long de la mer ionienne ( Italie méridionale ), aux périodes
proto-archaïque et archaïque (VIIIe-VIe s. av. J.-C.)