L’Histoire à l’ère numérique

Mapa del Ponente (detalle), Jean-François Roussin (1673). Dibujo a plumilla.

28JANVIER - 29JANVIER 2015
Madrid
École thématique

Coord. : Antonio NIÑO (Universidad Complutense de Madrid), Stéphane MICHONNEAU (École des hautes études hispaniques et ibériques, Casa de Velázquez)
Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Departamento de Historia Contemporánea (Universidad Complutense de Madrid), Programa de Doctorado Interuniversitario en Historia Contemporánea


Lieu de célébration :
Casa de Velázquez
C/ de Paul Guinard, 3
28040 Madrid

Présentation 

L’atelier se situe dans la continuité des ateliers doctoraux réalisés en collaboration par l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velazquez) et le programme de doctorat interuniversitaire en histoire contemporaine.

Ce nouvel atelier est consacré aux bouleversements qu’implique l’ère numérique dans le travail de l’historien : recherche et consultation des sources, manipulation des données et articulation de l’information, méthode de collaboration dans la recherche collective, supports multimédia dans la présentation des résultats, etc.

L’atelier n’est pas destiné à à traiter de l’histoire numérique comme une branche des humanités digitales ou d’une nouvelle spécialité ou sous-discipline, ni à dessiner l’histoire de l’impact de l’informatique sur les recherches historiques. Le propos est éminemment pratique ; susciter la réflexion des jeunes chercheurs sur un type de pratiques qui sont désormais habituelles, et découvrir les nouvelles possibilités sans cesse offertes sur ce terrain.

D'un point de vue général, l'atelier traitera de l'impact des nouvelles technologies de l'information et de la communication dans le travail de l'historien, c'est-à-dire de la manière dont la révolution technologique altère les formes de production et de communication de la connaissance historique. Ces problèmes s'envisageront à deux niveaux : au niveau méthodologique, par des conférences matinales à la charge des intervenants, et au niveau technique, lors des ateliers de l'après midi. Durant les conférences matinales, il sera question de la signification de ces changements et leurs implications dans les méthodes traditionnelles d'analyse historique. Lors des ateliers, il s'agira de démontrer l'application de ces technologies à des applications concrètes en lien avec la recherche.

Les lignes thémathiques développées seront les suivantes:

1. La digitalisation de la documentation historique et l'accès en ligne aux fonds d'archive. Il sera question de ce qu'implique le changement de support dans la conversion et le classement des archives, et des facilités que cela suppose pour la localisation et la consultation de la documentation historique.
2. L'archive de l'historien: la compilation documentaire et le traitement de l'information avec les nouvelles technologies. Que signifie le passage des notices aux bases de données, les possibilités de quantification de l'information, les nouvelles modalités du traitement textuel, etc. ?
3.  Les nouveaux modes de lecture et d'écriture. Les implications de l'usage des traitements de texte, les possibilités d'hypertexte, les programmes de gestion des références bibliographiques, etc.
4. La diffusion des connaissances historiques. Les nouvelles formes d'édition et de publication des résultats de la recherche, la diffusion multimédia, les blogs spécialisés, le travail coopératif, etc.

Intervenants

Julio Cerdá (Director del Archivo de Arganda del Rey, Profesor de la Universidad Carlos III)
Jean-Pierre Dedieu (CNRS)
Anaclet Pons (Universitat de València):
Carlos Sanz (Universidad Complutense de Madrid)
Frédérique Langue (CNRS)

Organisation de l’atelier

L’atelier consiste en deux jours de travail au cours desquels seront conviés des spécialistes reconnus de cette thématique et dont les travaux sont fondamentaux pour la formation et la rénovation de la recherche en histoire. Conçu comme une activité de formation destinée à des étudiants doctorants, l’atelier est ouvert à un public divers de chercheurs, d’étudiants et de professeurs.

Les participants (25 maximum) partageront leur temps entre des conférences méthodologiques ou historiographies et des ateliers pratiques de 8 personnes, dirigés par les conférenciers et les formateurs. L’atelier se déroulera en castillan.

Conditions pratiques

Les organisateurs offrent aux participants qui ne résident pas à Madrid le logement en chambre double et en demi-pension à la Casa de Velázquez. Ils offrent également les déjeuners à tous les participants. Les déplacements seront à la charge des participants.

Le coût de l’inscription à l’atelier est de 100 euros. Le règlement s’effectuera au commencement de l’atelier (par CB).

La Casa de Velázquez offre 4 bourses de 300 euros à des étudiants inscrits dans des établissements supérieurs du Maghreb et d’Amérique latine qui en feront la demande.

NB : Le Doctorat en histoire contemporaine de l’Université autonome de Madrid, ainsi que les autres univerités participant à ce programme interuniversitaire (Universidad de Cantabria, Universidad Complutense de Madrid, Universidad del País Vasco, Universidade de Santiago de Compostela, Universidad de Valencia y Universidad de Zaragoza) offre des bourses pour leurs étudiants désirant de participer à l’atelier (Consulter les responsables de chaque institution).


PODCASTS
06/06/2019 - 3min 3s - Français