Albert Cohen : identité juive et altérités dans son œuvre

19AVRIL 2017
Institut français - Madrid
Table ronde

Table ronde dans le cadre des activités du séminaire De l'Espagne au Levant : Vie et destin des communautés sépharades

Mercredi 19 avril, à 19h00
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Réservation recommandée

Avec : Esther BENDAHAN (Centro Sefarad-Israel, Madrid), Odette VARON-VASSARD (Université Grecque Ouverte) et Abraham BENGIO (Directeur général adjoint honoraire de la Région Rhône-Alpes)


Lieu de la manifestation : 
Théâtre de l’Institut français de Madrid
C/ Marqués de la Ensenada, 12
28004 Madrid


En français y en espagnol avec traduction simultanée


Présentation

L’Institut français de Madrid, la Maison d’Izieu, el Centro Sefarad-Israel y la Casa de Velázquez rendront hommage à Albert Cohen, en organisant une table ronde qui réunira, le mercredi 19 avril à 19h00, trois spécialistes de l’œuvre de l’écrivain et dramaturge suisse : Esther Bendahan (auteure, journaliste et directrice de programmation culturelle du Centre Sefarad-Israel), Odette Varon-Vassard (historienne, professeure d’histoire et traductrice) et Abraham Bengio (professeur de lettres et ancien haut-fonctionnaire).

L’événement est organisé dans le cadre du Séminaire De l’Espagne au Levant: vie et destin des communautés sépharades, qui aura lieu à Madrid, Tolède et Cordoue du 19 au 25 avril.


Albert Cohen

Né à Corfou, Albert Cohen vient vivre à Marseille avec sa famille et adopte le français comme langue d’écriture. Malgré l’exil, son lien avec la Grèce et avec le judaïsme reste fort, au point qu’il rentre à Corfou pour célébrer sa Bar Mitsvá en compagnie de son grand-père, rabbin. Albert Cohen, qui aimait déclarer qu’il était « un arbre de Judée dans la forêt française », illustre à merveille cette dualité qui définit l’âme souvent inquiète et parfois tourmentée de ces juifs sépharades tiraillés entre leur amour de Jérusalem et leur fascination envers Athènes.

En plus de sa carrière littéraire il est connu comme haut fonctionnaire et comme délégué du mouvement sioniste pour la Société des nations. Son œuvre littéraire est devenue une référence de la littérature francophone et a été traduite dans le monde entier, notamment Belle du Seigneur, Solal, Le livre de ma mère ou Mangeclous.



 

PODCASTS
08/02/2016 - 43min 50s - Français