La censure des livres en Espagne à la fin de l'Ancien Régime

  • 38 €
  • 1996
  • ISBN 9788486839635
  • 354 p.
  • 17 x 24 cms.
  • Cartonné
  • Bibliothèque de la Casa de Velázquez no 13

ACHETERVOTRE COMMANDE

Localiser ce titre dans une librairie

Si on l'examine dans le contexte européen, le phénomène de la censure espagnole, au crépuscule de l'Ancien Régime, prend un contour plus marqué. Alors que partout s'ébauche ou se précise une tendance à prôner la liberté de presse, la monarchie espagnole est marquée d'abord au sceau de l'originalité. Cette différence a nom Inquisition. L'arsenal répressif étant bien en place après trois siècles de fonctionnement, il suffit du traumatisme que supposait - chez les puissants qui entouraient un Floridablanca ou un Godoy - la Révolution française pour faire basculer le royaume dans l'immobilisme. La Censure fut-elle aussi efficace que les autorités qui la commanditaient l'auraient souhaité ? Les ouvrages finissaient par passer, mais au prix de quels tourments ! L'autocensure joue à plein et grâce à l'art de composer avec la Censure nous pouvons aujourd'hui disposer de quelques-uns des plus beaux monuments classiques : toute la subtilité de la grande littérature d'antan, les jeux de miroirs des segundas intenciones, la profondeur de l'œuvre cervantine par exemple. Par signes ou par pirouettes verbales, par chistes, a longtemps parlé le peuple d'Espagne.

ONIX 3.0