De fumées et de sang

Pollution minière et massacre de masse. Andalousie - XIXe siècle

  • 25 €
  • 2017
  • ISBN 9788490960905
  • 456 p.
  • 17 x 24 cms.
  • Broché
  • Bibliothèque de la Casa de Velázquez no 69

ACHETERVOTRE COMMANDE

Localiser ce titre dans une librairie

Minas de Riotinto, 4 février 1888 : des milliers de mineurs et d’habitants des villages alentour manifestent contre les calcinations de pyrites à l’air libre pratiquées par la Rio Tinto Company, dont les fumées toxiques affectent gravement la santé publique, l’agriculture, l’environnement. Placée au milieu d’une foule pacifique, l’armée tire sans sommation, faisant près de 200 morts, bilan travesti par les autorités, sans équivalent dans l’Europe du temps.
À partir de centaines de documents d’archives inédits, cet ouvrage inscrit le drame de « el año de los tiros » dans une décennie de luttes locales tout en décryptant les stratégies et responsabilités des différents pouvoirs, compagnie minière, politiques, experts. Le conflit et le massacre conduisent à une réflexion sur le fonctionnement même du régime de la Restauration et, au-delà de l’Espagne, sur les comportements des populations et de l’ensemble des acteurs devant une catastrophe environnementale.

Table des matières

Prologue

PREMIÈRE PARTIE. L’ INVASION DES FUMÉES
Chapitre premier. Río Tinto avant 1873. Une mine en désespoir de progrès
Chapitre II. Le désarmement libéral de l’État
Chapitre III. La protestation se lève à l’ouest
Chapitre IV. 1877-1880, le temps de l’expertise
Chapitre V. Les « pygmées » entrent en politique. La bataille madrilène de 1880
Chapitre VI. 1878-1887 : Bienvenue en enfer

DEUXIÈME PARTIE. L’ EMBRASEMENT DU BASSIN
Chapitre VII. Premiers rôles de la lutte. Les compagnies et la Liga
Chapitre VIII. Seconds rôles ? Le monde ouvrier et l’État
Chapitre IX. « Nous démontrerons à la nation entière que nous ne sommes pas serfs » (La tragédie, actes I et II )
Chapitre X. « Toutes mes sympathies sont du côté des villages » (La tragédie, acte III )

TROISIÈME PARTIE. LE MASSACRE
Chapitre XI. Rio Tinto coeur de cible (La tragédie, acte IV)
Chapitre XII. Tous à la manif ! (La tragédie, acte V, scène 1)
Chapitre XIII. « Muchos muertos, infinidad de heridos » (La tragédie, acte V, scène 2)

QUATRIÈME PARTIE. DE LA STUPEUR À L’OUBLI
Chapitre XIV. « Tout le sang versé retombe sur le banc bleu »
Chapitre XV. « Un féodalisme industriel jamais vu »
Chapitre XVI. « Les victimes seront oubliées »

CINQUIÈME PARTIE. SORTIR DU DÉCRET, SORTIR DES FUMÉES
Chapitre XVII. De l’écrasement à la marginalisation
Chapitre XVIII. Dans l’attente de la première application du décret « Albareda ». L’offensive madrilène des compagnies
Chapitre XIX. En finir avec 1888. D’abord dégager le terrain
Chapitre XX. La convergence des fronts. L’assaut final contre le décret

Épilogue. Du massacre inutile mais révélateur aux risques de la mémoire
Sources
Bibliographie
Annexes