La diplomatie des mobilités culturelles

Normes, pratiques et protagonistes (XVIIe – XIXe)

21NOVEMBRO - 22NOVEMBRO 2019
MADRID
Seminário

Org. : Grupo de investigación INSADE XVIII, Instituciones y Administración en la España Moderna (Universidad Complutense de Madrid), Programme ADMINETR : Administrer l’étranger. Mobilités, diplomaties et hospitalité Italie - Europe (XIVe – mi XIXe siècle) (École Française de Rome), LUHCIE (Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe) (Université Grenoble Alpes), Proyecto de Investigación HAR2016-77344-R (Universidad de Zaragoza), Casa de Velázquez

Coord. : Teresa NAVA RODRÍGUEZ (Universidad Complutense de Madrid), María Dolores GIMENO PUYOL (Universitat Rovira i Virgili), Gilles MONTÈGRE (Université Grenoble Alpes)

Coll. : Facultad de Geografía e Historia (UCM), Master en Historia de la Monarquía Hispánica (UCM), Doctorado en Historia y Arqueología (UCM), Casa del Estudiante (UCM)

Comité scientifique : Jesús ASTIGARRAGA (Universidad de Zaragoza), Gilles BERTRAND (Université Grenoble Alpes), María Victoria LÓPEZ-CORDÓN (Universidad Complutense de Madrid), Anna Maria RAO (Università degli studi di Napoli Federico II), Catriona SETH (Oxford University), Maria Antonietta VISCEGLIA (Università degli studi di Roma La Sapienza)

Secrétariat technique : Ana María CUESTA SÁNCHEZ, Sofía GÓMEZ ROBISCO, Valentina Marguerite KOZÁK (Universidad Complutense de Madrid)
 

Lieu : Universidad Complutenses de Madrid
Aula de Grados, Facultad de Geografía e Historia
Ciudad Universitaria, 28040, Madrid

 

Présentation 

Ce colloque s’inscrit dans le cadre du programme quinquennal de l’École Française de Rome «Administrer l’étranger. Mobilités, diplomaties et hospitalité, Italie - Europe (XIVe-mi XIXe siècle)», auquel collaborent diverses universités et laboratoires de recherche français, italiens et espagnols afin d’enquêter sur la prise en charge institutionnelle et diplomatique des étrangers dans l’espace européen de la fin du Moyen Age au début de l’époque contemporaine.

L’histoire diplomatique et l’histoire culturelle ont connu depuis deux décennies des points de rencontre féconds, contribuant progressivement à l’hybridation de deux historiographies restées longtemps peu perméables l’une à l’autre. Le colloque madrilène se donne pour objectif d’envisager non pas la culture diplomatique ou la culture des diplomates en tant que telles, mais la manière dont les acteurs diplomatiques ont utilisé à des fins politiques les gens de culture entendus au sens large (artistes, scientifiques, musiciens, auteurs, décorateurs, comédiens, etc.) en favorisant leur circulation à travers l’espace européen.

Partant d’une perspective résolument transnationale et interdisciplinaire, il s’agira de se demander comment les réseaux diplomatiques saisissent et administrent des pratiques culturelles, celles-ci pouvant relever de groupes aussi bien que d’individus, de structures institutionnelles telles que les Académies nationales créées à l’étranger aussi bien que de réalités plus informelles. Proposer une archéologie des rapports entre diplomatie et culture permettra aussi de réfléchir à la manière dont l’Europe s’est concrètement construite de l’âge classique au début du XIXe siècle, avant que l’éclosion de nationalités n’engendre une certaine segmentation de ses horizons culturels.