Individus et communautés orientales dans la monarchie hispanique

Protection, domination et intégration (XVIIe - XVIIIesiècle)

4JUNHO 2019
Real Academia de España - Rome
Seminário

Coord. : Paola BIANCHI (Università della Valle d’Aosta), Thomas GLESENER (Aix-Marseille Université, Institut universitaire de France), Óscar RECIO MORALES (Universidad Complutense de Madrid)
Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Real Academia de España en Roma, UMR 7303 TELEMMe (Aix-Marseille Université, CNRS), Universidad Complutense de Madrid, Universidad de Alicante
Coll. : EUROEST: MINECO / FEDER Research project ‘The Other Europe: Eastern Europeans Communities in Spain and Its Wider World’, HAR2015-64574-C2-1-P (Universidad Complutense de Madrid), ‘Trans-Imperial Life Trajectories. Safavid Communities and Individuals in Early Modern Spain and Portugal’, HAR2015-64574-C2-2-P (Universidad de Alicante), Institut universitaire de France, Proyecto MINECO “El Reino de Granada en el siglo XVII: Sociedad, economía e instituciones”, HAR2016-76614-P

Lieu :
Real Academia de España
Piazza San Pietro in Montorio, 3 - Rome

Entrée libre et gratuite
 

Présentation 

En tant que précurseurs des empires maritimes, l’expansion des monarchies ibériques a généralement été étudiée depuis les espaces atlantiques et asiatiques. Le programme Iberorient se donne pour objectif de déplacer le regard des confins ultramarins vers des périphéries plus proches et généralement moins explorées. En effet, des rives de la Baltique, au nord, jusqu’au Golfe persique, au sud, en passant par le Caucase, l’orient euro-méditerranéen serait resté à l’écart de l’expansion ibérique.

Ce programme cherche donc à remembrer les histoires fragmentées des ramification orientales des royaumes ibériques et à les insérer dans une lecture globale de l’expansion de la monarchie catholique à l’époque moderne. Après Madrid et Oxford, cette troisième rencontre voudrait s’intéresser de façon symétrique aux communautés originaires de la Péninsule ibérique installées dans les empires perse et ottoman et à celles constituées par des sujets perses et ottomans implantées dans les territoires des monarchies ibériques.

L’enjeu est de comprendre comment, en dépit ou à cause de l’hostilité affichée entre les monarchies catholiques et musulmanes, des groupes se sont établis dans des territoires adverses et ont bénéficié de la protection des monarques. Est-il possible de dresser des parallélismes entre ces groupes, dans leur manière de négocier leur présence toujours fragile avec le pouvoir royal, dans les liens qu’ils entretiennent avec les sociétés d’origine, dans la manière dont ils construisent des liens dans les sociétés locales où ils sont installés ?