Artistes de la Casa de Velázquez

16
Março
-
30
Abril 2017
Manoir de la Touche, Nantes
Exposição

Vernissage : mercredi 15 mars - 18h30

Charles-Élie DELPRAT, Romuald DUMAS-JANDOLO, Thierry GILOTTE, Vir Andres HERA, Vicky MÉNDIZ, Miguel MORAES CABRAL, Aurélia NARDINI, Maria-do-Mar RÊGO, Linda SANCHEZ, Anna-Katharina SCHEIDEGGER, Marjan SEYEDIN, Aurore VALADE, Nelo VINUESA, Samuel YAL

Org: Département de Loire-Atlantique et Casa de Velázquez - Académie de France à Madrid

Vernissage mercredi 15 mars à 18h30.

Exposition ouverte du 16 mars au 30 avril 2017
Du mercredi au dimanche, de 14h à 18h
Le vendredi : ouvert dès 12h30

Manoir de la Touche - Musée Dobrée
18 rue Voltaire - Nantes

Entrée libre et gratuite

Médiation pour les publics scolaires : 
Sur rendez-vous les jeudis et vendredis après-midis
Pour les groupes : sur rendez-vous
Contact : actionculturellepatrimoine@loire-atlantique.fr


Présentation

L’exposition présentée à partir du 16 mars au Musée Dobrée regroupe les travaux des membres artistes de l’Académie de France à Madrid, issus de la promotion 2015-2016.

Les œuvres exposées, fruit d’une année de travail et de création dans les ateliers de la Casa de Velázquez, nous invitent à découvrir les univers propres à chacun des artistes. Elles rendent également compte des nouveaux champs d’exploration de la création contemporaine actuelle et des perspectives nouvelles qui en émergent.

À leur côté, sera également présente Aurélia Nardini, artiste nantaise ayant bénéficié d'une résidence de trois mois à la Casa de Velázquez en 2016.

Manifestation de l’art contemporain et témoignage des puissants liens culturels unissant la France et l’Espagne, l’exposition s’inscrit de plus dans le cadre de la politique de soutien à la création contemporaine et aux jeunes artistes du département de Loire-Atlantique.

Exposition dans le cadre de la programmation du 27e Festival du Cinéma Espagnol de Nantes.

Artistes

Les treize membres artistes présentés ont développé, durant un an, le projet artistique pour lequel ils ont été sélectionnés en résidence. À travers cette exposition, les artistes de la Casa de Velázquez présentent ainsi les oeuvres résultant du travail développé pendant leur année de résidence, entre 2015 et 2016.


Charles-Élie DELPRAT (1987) - Architecture
Charles-Élie Delprat, architecte de formation, a fait de la gravure, de la peinture et du dessin ses moyens d’expression privilégiés pour s’approcher de la réalité des choses.

Affranchi d’un discours architectural qui chercherait à transformer le monde, il cherche à travers son oeuvre à lui faire face et à en saisir l’essence. Dans son projet artistique, il s’approche des villes fantômes qui peuplent l’Espagne, en les appréhendant comme une réalité historique et sociale qui fait désormais partie intégrante du monde contemporain.


Romuald DUMAS-JANDOLO (1988) - Arts plastiques
Le monde de Romuald Dumas-Jandolo résonne d’explosions visuelles. À travers ses installations, qui plongent le spectateur au coeur d’une vision lyrique et magique d’un espace aux frontières de la rêverie, l’artiste embrasse l’espace d’exposition d’un geste théâtralisé, au moyen de représentations hybrides entre public et privé.

Dans son projet, il s’intéresse au multiculturalisme du sud de l’Espagne pour en analyser la symbolique sacrée et s’en approprier la superstition qui en découle.

Thierry GILOTTE (1984) - Arts plastiques
Thierry Gilotte s’intéresse à la ville comme matière tissée et figée, mise en mouvement par ses habitants, leurs initiatives, la façon dont est investi l’espace public. Ses sculptures sont souvent activées lors de performances et pièces de théâtre qui construisent par ces actions un théâtre de la technique.

Sa pratique artistique est liée aux particularités de son parcours. Ingénieur civil des Mines, il a été amené à voir la technique comme un lien fondamental que l’on tisse pour se relier au monde et à nous-mêmes. Ce point de vue lui permet d’explorer notre humanité technicienne dans sa beauté ou sa démesure.


Vir Andres HERA (1990) - Art vidéo
La démarche artistique de Vir Andres Hera est étroitement liée à des éléments de littérature et d’histoire: il définit des liens de parenté sous-jascents dans diverses iconographies (art précolombien, colonial et moderne) et questionne ainsi les formes de l’image et les limites de sa représentation.

Dans son projet Piramidal, il travaille sur une installation vidéo sur trois écrans, qui reprend la forme d’un retable religieux. C’est à la fois un jeu de translittérations linguistiques qui prend comme départ la poésie baroque de Sor Juana Inés de la Cruz, et les images documentées de la Semaine Sainte en Andalousie.


Miguel MORAES CABRAL (1984) - Cinéma
Particulièrement intéressé par le traitement du son comme vecteur narratif, le cinéma de Miguel Moraes Cabral se constitue autour de la confrontation entre imagination et réalité.

Dans le film qu’il développe cette année, il raconte l’histoire d’une équipe de tournage à la recherche de professions en voie de disparition. Ils suivent alors un étrange homme à dos d’âne qui transforme le voyage en odyssée dans le grand nord du Portugal.


Vicky MÉNDIZ (1978) - Arts plastiques
Plasticienne originaire de Saragosse, Vicky Méndiz situe sa création autour du quotidien, et de la relation intime qu’entretient l’être humain avec la nature et la mémoire.

Elle met en œuvre ses projets depuis une perspective croisée, où se mêlent anthropologie, art et histoire. À travers la photographie, elle questionne les limites du visible et de l’invisible. Dans son projet, elle se tourne vers la relation qu’entretiennent les individus dans leur rapport au lieu, interrogeant les thème du voyage et des expériences premières.


Maria-do-mar RÊGO (1983) - Photographie
Photographe portugaise ayant vécu en Espagne, en France et en Allemagne, Maria do Mar Rêgo compose ses photographies comme des témoignages abordables et tangibles, que le spectateur doit approcher et toucher pour pouvoir les appréhender dans leur continuité.

Elle développe un projet photographique irrigué de quatre fleuves – Douro, Minho, Tage et Guadiana – dressant une cartographie du vivant autour de ce territoire partagé entre l’Espagne et le Portugal.


Linda SANCHEZ (1983) - Arts plastiques
Linda Sanchez joue avec des phénomènes physiques (propriétés de matériaux, combinaisons, changements d’état) qu’elle déplace, réactive, ralentit ou accélère, à l’échelle des espaces d’exposition.

Depuis un an, axée sur la question de la surface et du plan et des phénomènes interfaciaux, elle explore de nouvelles méthodes de travail, jouant aussi sur des codes culturels et éthiques (réponses in situ, mise en scène et représentations).


Anna Katharina SCHEIDEGGER (1976) - Photographie
Le travail d’Anna Katharina Scheidegger s’articule en particulier autour des phénomè- nes urbains et des signes architecturaux. Elle met ainsi en lumière les liens entre architecture, pouvoir et société, posant également la question de la relation entre passé et futur.

Autour de ce thème, elle travaille en photographie, en film et en vidéo, affirmant la primauté du documentaire – qu’elle n’a de cesse de redéfinir et de préciser. Son projet actuel l’amène à faire la portrait de la Cañada Real de Madrid, véritable ville dans la ville, et plus grand bidonville d’Europe.


Marjan SEYEDIN (1979) - Gravure
Marjan Seyedin pose l’animal comme thème central de son travail de gravure. À travers son œuvre, elle confronte le regard du spectateur à l’altérité animale, pour mieux soulever la question de la place de l’homme.

Ses représentations allégoriques soulignent les caractères, les types, la spécificité. Sans jamais être représentée, c’est la nature humaine qui se laisse entrevoir sous les traits d’autres espèces.


Aurore VALADE (1981) - Photographie
Les photographies d’Aurore Valade racontent l’identité en creux de personnages qui se dé- voilent et se confondent à travers leur environnement. Elle reconstruit, avec ses modèles, des situations où prédominent l’inventaire, pour dessiner un territoire intime, inspiré de leur quotidien.

Laissant les histoires se développer dans l’accumulation, son œuvre s’approprie les clichés, reflets significatifs d’une situation sociale, économique ou culturelle de notre époque mais aussi certaines valeurs qui questionnent les limites du privé.


Nelo VINUESA (1980) - Arts plastiques
Dans ses peintures, Nelo Vinuesa explore le paysage comme thème central, à travers un processus de démembrement et de réajustement. Il reconstruit l’espace au travers d’éléments symboliques, s’inspirant des éléments naturels autant que de l’architecture.

Son œuvre interroge ainsi l’organique et le géométrique, pour créer des lieux imaginaires dont la charge romantique évoque un désir d’inconnu, de lointain, de spirituel et d’infini.


Samuel YAL (1982) - Arts plastiques
Sculpteur et réalisateur, Samuel Yal concentre sa recherche artistique sur les questions liées au corps, au visage, et à leur dimension impalpable. Son œuvre est notamment axée sur le travail de la porcelaine et de la céramique, s’intéressant particulièrement aux processus de mutations de la forme.

Dans sa démarche plastique, c’est aussi l’énergie qui est mise en question, celle qui meut, qui soutient, qui dé- truit, qui suspend, qui éclate ou qui dissout.


En plus du travail des membres de l'Académie de France à Madrid, l'exposition mettra à l'honneur le travail de l'artiste nantaise Aurélia NARDINI, bénéficiaire d'une bourse en collaboration avec le département Loire-Atlantique. Grâce à cette bourse, elle a été accueillie pendant trois mois en résidence à la Casa de Velázquez.


Aurélia NARDINI (1989) - Arts plastiques
À travers une pratique trans-disciplinaire, le travail d'Aurélia Nardini bouscule les situations d’écoute classique. Son travail se caractérise par l’utilisation du médium sonore selon les liens qu’il tisse avec un milieu particulier, hybridant ainsi performance sonore, musique électroacoustique et installation.

Préférant désigner le monde par l'approche de l'individu, elle s’inspire des situations et personnes qu'elle rencontre pour créer des espaces oscillant entre documentaire et fiction.