Les débats de l'histoire économique

Capitalisme en perspective historique. Approches et débats

29MAI - 2JUIN 2023
MADRID
École thématique
Candidatures jusqu'au 21 février 2023


COORD. : Zacarías MOUTOUKIAS (Université de Paris Cité - UMR 8236 LIED), Juan CARMONA (Universidad Carlos III de Madrid, Instituto Figuerola de Historia y Ciencias Sociales), Elisa GRANDI (Université de Paris Cité - UMR 8236 LIED)

ORG. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Instituto Figuerola de Historia y Ciencias Sociales - Universidad Carlos III de Madrid, Paris School of Economics – Centre Simiand, Laboratoire Interdisciplinaire des Énergies de Demain (LIED)/ Université  de Paris Cité

COLL. : ED 624 « Sciences des sociétés »/ Université de Paris Cité, Université de Genève.


DATES : Du lundi 29 mai au vendredi 2 juin 2023
LIEUX : Casa de de Velázquez, Madrid / Universidad Carlos III de Madrid
 

Date limite d’inscription : mardi 21 février 2023 (17h, heure de Madrid)
À travers le formulaire en ligne

 

Présentation

L’école thématique « Histoire et sciences sociales : les débats de l’histoire économique » est organisée, comme lors de ses précédentes éditions (2016, 2018 et 2021), sous forme d’atelier. Elle est destinée à un public de doctorant.e.s et de jeunes chercheur.se.s. Son objectif est de créer un espace permettant de discuter et d’approfondir certaines des principales approches en histoire économique. À vocation interdisciplinaire, elle se propose également d’aborder la diversité des débats actuels — et de rendre compte du profond renouvellement dans ce domaine — dans le contexte des relations entre histoire et sciences sociales.

Suivant ces objectifs, l’école thématique entend privilégier la participation active et les échanges entre participant.e.s, afin d’alimenter une réflexion scientifique et méthodologique collective sur les rapports entre histoire et sciences sociales, ainsi que sur les pratiques de recherche dans différents contextes géographiques.

Les candidat.e.s sélectionné.e.s seront ainsi invité.e.s à présenter et à discuter leur projet de recherche en cours, dans le cadre de blocs historiographiques animés par des spécialistes reconnu.e.s.

Cette volonté d’établir un dialogue entre histoire économique, histoire et sciences sociales naît du constat que chaque discipline — ou aire de spécialisation — perçoit les autres selon des stéréotypes dans lesquels aucune ne se reconnaît finalement. Le contrepoint entre « économie historique » et « histoire narrative » n’explique pas ces différences de perception, car les concepts et méthodes ont largement circulé parmi les différentes branches de l’histoire économique. Le renouvellement mentionné a touché tous ses domaines, aussi bien ceux qui utilisent des outils mathématisés ou axiomatiques, que ceux dont les approches sont au contraire plus qualitatives et narratives. C’est pourquoi les organisateurs de l’atelier tiennent à intégrer dans ce dialogue les méthodes quantitatives, aussi bien que les analyses soucieuses des constructions sociales et culturelles autour des dynamiques économiques.
 

Contenu

Dans sa quatrième édition, l’école se décline autour de la thématique « Capitalisme en perspective historique. Approches et débats ».

L’histoire du capitalisme a reçu ces dernières années une importante attention provenant de différents horizons. Elle a largement enrichi les questionnaires dressés par les grands classiques, depuis Marx et Schumpeter jusqu’à Polanyi, Braudel et North – pour ne citer que les références les plus marquantes. Si les discussions sur l’origine, la nature et l’historicité du capitalisme prolongent en partie les grands débats classiques, les nouvelles approches sortent souvent du périmètre tracé par ces auteurs, tout en intégrant quelques-unes de leurs problématiques. Par exemple, une attention plus fine sur les différentes temporalités et déterminants historiques aux origines du capitalisme moderne ont fourni des nouvelles clefs de lecture des conceptualisations classiques sur l’émergence de nouvelles institutions. On peut en faire une affirmation similaire sur l’impact des études sur les transitions énergétiques ou le rôle des ressources naturelles. Un des effets des débats sur la Grand divergence est de montrer qu’on ne peut plus considérer l’émergence du capitalisme dans une perspective qui appréhende les espaces non européens ou coloniaux comme simples périphéries dépendantes. Ainsi, certaines études consacrées à l’Amérique latine, l’Afrique et l’Asie ont analysé les espaces impériaux et l’héritage du passé colonial dans la mise en place des économies capitalistes en renouvelant les conceptualisations sur les asymétries et la notion de centre et périphérie.

Dans une configuration historiographique différente, le débat récent sur l’esclavage et l’économie de plantation comme moteurs du capitalisme étasunien propose une « nouvelle histoire du capitalisme ». Au-delà de son importance, il a aussi le mérite d’inspirer des nouvelles connections entre les thématiques de la race et du genre et une histoire renouvelée du capitalisme. Enfin, encore d’autres contextes historiographiques ont renouvelé les aspects le plus fréquemment associés à l’évolution du capitalisme jusqu’à nos jours - notamment les inégalités, les finances (privées et publiques), l’organisation des entreprises et la globalisation. L’évolution des bourses et des marchés de capitaux, la gouvernance des entreprises et les formes de propriété ainsi que les pratiques industrielles, ont été analysées à partir d’une diversité d’approches. Elles ont modifié notre compréhension des interdépendances entre ces secteurs et leurs interconnexions avec les systèmes politiques. Et, dans ce renouvellement, les études consacrées à l'accumulation des richesses et la dynamique historique des inégalités a été particulièrement importante.

Cette diversité d’approches a notablement reconfiguré les terrains et les questionnaires du dialogue entre histoire et sciences sociales. Ce dialogue interdisciplinaire constitue l’esprit de cette série d’écoles thématiques depuis ses débuts. C’est dans cette démarche que les spécialistes qui interviendront tenteront de placer leur propre expérience dans une réflexion commune sur le capitalisme et les outils méthodologiques et conceptuels pour l’analyser.
 

Organisation pédagogique de l’école thématique

L’École thématique s’articulera autour de quatre paires d’ « atelier-séminaire » — une paire par bloc historiographique —, animées par des spécialistes reconnu.e.s. Ces ateliers seront suivis des sessions où les candidats et candidates sélectionné.e.s présenteront et discuteront leurs recherches en cours. Une conférence de clôture abordera les enjeux actuels de la thématique de cette édition.
 

Intervenants

  • Facundo Alvaredo
    École des hautes études en sciences sociales - Paris School of Economics
  • Mathieu Arnoux
    Université de Paris Cité - UMR 8236 LIED
  • Miguel Artola
    Universidad Carlos III de Madrid
  • Regina Grafe
    European University Institute
  • Pierre-Cyrille Hautcoeur
    École des hautes études en sciences sociales - Paris School of Economics
  • Manuela Martini
    Université Lumière Lyon 2 - Institut universitaire de France
  • Antonio Tena
    Universidad Carlos III de Madrid
  • Juan Flores Zendejas
    Instituto Bairoch, Ginebra
     

Conditions pratiques

Frais d’inscription : 60 €

Les organisateurs prennent en charge le logement avec petit-déjeuner (en chambre double partagée), 6 nuits (du 28 mai au soir au 3 juin au matin), pour les candidats qui en font la demande et qui ne résident pas à Madrid, ainsi que les déjeuners (5 jours).

Les déplacements et les dîners seront à la charge des participant.e.s.

Langues de l’atelier : espagnol, français, anglais. Les étudiants qui s’expriment seulement en anglais doivent pouvoir comprendre l’espagnol ou le français.
 

Profil des candidats

Cet appel à candidatures s’adresse principalement à des doctorant.e.s, post-doctorant.e.s récents (soutenance dans l’année précédente) et jeunes chercheur.se.s en histoire économique et histoire sociale. Mais nous encourageons aussi les candidatures d’étudiants d’autres spécialités (histoire, anthropologie ou sociologie) intéressé.e.s à compléter leur expérience par la familiarisation avec les domaines historiographiques abordés dans cet atelier. Cette école thématique s’adresse également à des étudiant.e.s en 2ème année de master, dont le projet de recherche est déjà avancé.
 

Critères de sélection

La sélection des 18 participant.e.s se fera en fonction du dossier académique du/de la candidat.e, de son profil de formation et de sa connaissance des langues. Une priorité sera accordée aux candidat.e.s dont les travaux de recherche s’inscrivent dans les champs thématiques de ces journées. Pour cela, ils/elles devront présenter une lettre de motivation, en expliquant les raisons de leur candidature ainsi que leur sujet de recherche et de présentation orale à l’école thématique (600 mots maximum).

Les candidat.e.s doivent s’inscrire au moyen du formulaire électronique, jusqu’au mardi 21 février 2023 (17h00, heure de Madrid).

À compter du 3 mars, les candidat.e.s seront informé.e.s du résultat de la sélection. On communiquera ensuite aux candidat.e.s retenu.e.s les procédures à suivre. À l’issue de l’école thématique, les candidat.e.s sélectionné.e.s recevront un certificat de présence.

 

 

PODCASTS
01/03/2022 - Espagnol