Mischa GABOWITSCH

1977
Einstein Forum, Potsdam

 

 

Parcours universitaire et experience professionnelle

- 2015, 2018 : Chargé d’enseignement à l’Université Humboldt de Berlin et à l’Université européenne Viadrina de Francfort-sur-l’Oder
- Since 2010 : chercheur, Einstein Forum, Potsdam
- 2007-2010 : chercheur post-doctoral, Society of Fellows in the Liberal Arts, et chargé d’enseignement au Département de sociologie, Université de Princeton
- 2007-2011 : Fondateur et rédacteur en chef de la revue Laboratorium: Russian Review of Social Research, Saint-Pétersbourg
- 2002-2006 : Rédacteur en chef de la revue Neprikosnovenny zapas : Débats sur la politique et la culture, Moscou
- 2000-2007 : doctorat, École des hautes études en sciences sociales (EHESS, Paris), intitulé de la thèse : “ Le spectre du fascisme: le nationalisme russe et ses adversaires, 1987-2007 “
- 1999-2000 : Diplôme d’études approfondies, EHESS
- 1998-1999 : Pensionnaire étranger à l’École normale supérieure (rue d'Ulm) de Paris
- 1995-1998 : BA (Hons) en philosophie et sciences politiques et économiques, St Catherine’s College, Oxford

Recherche en cours


Le patronage militaire des arts et les origines des monuments aux morts (post-)soviétiques

Puisant dans des archives en Russie, Biélorussie, Ukraine, Estonie, Géorgie et Allemagne, je poursuis depuis plusieurs années le projet ambitieux d’écrire une histoire transnationale des monuments aux morts soviétiques depuis 1945. Le projet tâche à repenser la notion d’un mémorial en tenant compte d’aspects souvent négligés comme la question des relations entre mémorialisation, transformation de la nature et urbanisation.

Le parti pris principal du projet est d’aller au-delà d’un modèle simpliste de la mémorialisation comme propagande, où seul l’Etat, monolithique et tout-puissant, apparaît comme acteur. S’appuyant sur une série d’études de cas de monuments ou lieux particuliers, ce projet retrace les réseaux transnationaux spécifiques derrière la création de monuments aux morts aussi bien à l’intérieur de l’Union soviétique que dans ses États satellites — réseaux associant les architectes, sculpteurs et peintres à des patrons puissants au sein de l’appareil de l’Etat de de l’armée soviétiques.

Plus particulièrement je m’intéresse au rôle que joue le maréchal Kliment Vorochilov (1881-1969) dans la création des réseaux et institutions qui continuent même aujourd’hui à encadrer la production et la gestion des mémoriaux et des beaux-arts militaires. Les goûts et liens d’amitié personnels de Vorochilov contribuent de manière décisive à l’ascension de sculpteurs et peintres traditionnalistes et réalistes. Vorochilov établit un patronage direct des arts par l’armée, qui devient une source fiable de commandes pour ces artistes. Cela permet d’expliquer pourquoi l’Union soviétique, pourtant un État révolutionnaire qui prétend rompre avec le passé, finit par se faire le champion international d’un style traditionnaliste de mémorialisation de la guerre évoquant aussi bien l’époque tsariste que les modèles occidentaux de l’entre-deux-guerres. Le cadre institutionnel créé par Vorochilov se répand ensuit dans d’autres pays socialistes ; son influence reste visible jusqu’à nos jours dans les projets étatiques de mémorialisation à travers le monde, surtout dans le Sud.

Principales publications

Monographies
Putin kaputt!? Russlands neue Protestkultur [La nouvelle culture contestataire en Russie] (Berlin: Suhrkamp, 2013)
- Protest in Putin’s Russia [Protester dans la Russie de Poutine] (Cambridge; Malden, MA: Polity Press, 2016)

Livres dirigés
Replicating Atonement: Foreign Models in the Commemoration of Atrocities [Reproduire l’expiation : les modèles étrangers dans la commemoration des atrocités] (Basingstoke: Palgrave, 2017)
Kriegsgedenken als Event: Der 9. Mai 2015 im postsozialistischen Europa [La commemoration de la guerre comme événement : le 9 mai 2015 dans l’Europe post-socialistes] (avec Cordula Gdaniec et Ekaterina Makhotina. Paderborn: Schöningh, 2017)
Pamiatnik i prazdnik: Etnografiia Dnia pobedy [Monument et fête : une ethnographie du Jour de la Victoire] (Moscou: NLO, à paraître)
- Pamiat’ o voine 60 let spustia: Rossiia, Germaniia, Evropa [La mémoire de la guerre 60 as plus tard : Russie, Allemagne, Europe] (Moscou: NLO, 2005)

Articles et chapitres
- « Soviet War Memorials from Berlin to Pyongyang: A Chronological and Typological Overview » [Les monuments aux morts soviétiques, de Berlin à Pyongyang : chronologie et typologie], Martin Kerby (dir.), Palgrave Handbook on Cultural and Artistic Responses to War Vol. II. Basingstoke : Palgrave (à paraître en 2019).
- « What has happened to Soviet war memorials since 1989/91? An overview » [Le sort des monuments aux morts soviétiques depuis 1989/91 : un tour d’horizon], Lana Lovrenčić, Sandra Križić Roban, Marko Špikić (dir.) War, Revolution and Memory: Post-War Monuments in Post-Communist Europe, Zagreb : Institute of Art History (à paraître en 2019).
- « Foils and Mirrors: The Soviet Intelligentsia and German Atonement » [Miroirs et faire-valoir : l’intelligentsia soviétique et l’expiation allemande], Mischa Gabowitsch (dir.), Replicating Atonement : Foreign Models in the Commemoration of Atrocities. Basingstoke : Palgrave, 2017, 267-302.
- « Are Copycats Subversive? Strategy-31, the Russian Runs, the Immortal Regiment, and the Transformative Potential of Non-Hierarchical Movements » [Les imitateurs sont-ils subversifs°? La Stratégie-31, les Courses russes, le Régiment immortel et le potentiel de transformation des mouvements non hiérarchiques], Problems of Post-Communism. Publié en ligne le 29 novembre 2016. DOI : 10.1080/ 10758216.2016.1250604.
- « Diesseits der Kremlmauern. Für einen anderen Blick auf die russländische Gesellschaft » [En-deçà des murs du Kremlin : pour un autre regard sur la société russienne]. Mittelweg 36. Avril-mai 2017, 63-73. - « Insel Treptow. Praktische Aneignung und mediale Kartographien sowjetischer Gedenkorte in Berlin und Wittenberg » [L’île de Treptow : appropriation pratique et cartographies médiatiques des sites commemoratifs soviétiques à Berlin et Wittenberg], Mischa Gabowitsch, Cordula Gdaniec, Ekaterina Makhotina (dir.), Kriegsgedenken als Event. Der 9. Mai 2015 im postsozialistischen Europa. Paderborn : Ferdinand Schöningh, 2017, 203-277, 319-334. - « Russia’s Arlington? The Federal Military Memorial Cemetery near Moscow » [Un Arlington russe ? Le cimetière militaire fédéral près de Moscou], Journal of Soviet and Post-Soviet Politics and Society no. 2: 2/2016, 89-143. DOI : 10.24216/97723645330050202_04.
- « Umkämpfte Tote. Gefallene Soldaten, Angehörige und der Staat » [Les morts contentieux : les soldats morts, les familles et l‘État], Mittelweg 36. Avril-mai 2014, 47-53.
- « Soviet War Memorials: A Few Biographical Remarks » [Les monuments aux morts soviétiques aux morts : quelques remarques biogrqphiques], Chto delat’ no. 37/2014, 6-8.
- « Social media, mobilisation and protest slogans in Moscow and beyond », [Les médias sociaux, la mobilisation et les slogans contestataires à Moscou et au-delà] Digital Icons: Studies in Russian, Eurasian and Central European New Media 7 (2012), 213-225.
- « Pogromgerüchte in der UdSSR der Perestroika-Zeit » [Les rumeurs de pogroms en URSS pendant la perestroïka], Dmitrij Belkin, Raphael Gross (dir.), Ausgerechnet Deutschland! Jüdisch-russische Einwanderung in die Bundesrepublik. Francfort-sur-le-Main : Jüdisches Museum; Nicolai Verlag, 2010, 42-45.
- « Fascism as Stiob“ [Le fascisme comme stiob] kultura 4/2009, p. 3-8.
- « K diskussii o teoreticheskom nasledii Iuriia Levady » [Concernant la discussion sur l’héritage théorique de Iourii Levada] // Vestnik obchtchestvennogo mneniia 4(96), juillet-août 2008, 50-61.
-« Combattre, tolérer ou soutenir ? La société russienne face au nationalisme russe », Marlène Laruelle (dir.) Le rouge et le noir. Extrême droite et nationalisme en Russie. Paris: CNRS Editions, 2007, 67-97. DOI : 10.4000/books.editionscnrs.6080.


SUIVEZ-NOUS

NEWSLETTER