#AFM2022

Alba LORENTE HERNÁNDEZ

ARTS VISUELS
albalorentehernandez.com
CONTACT

#DESTRUCTION #PROCESSUSCRÉATIF
#CONTEMPLATION #GESTE #DÉCHIRURE

ARTISTE BOURSIÈRE DE LA DIPUTACIÓN PROVINCIAL DE ZARAGOZA 2022-2023

A.GRABADO, titre du projet développé par Alba Lorente Hernández dans le cadre de la bourse accordée par la Diputación Provincial de Zaragoza, propose une analyse de la culture contemporaine du point de vue de la production de masse.

Actuellement, la démocratisation de l'art éloigne la pièce plastique de l'objectif pour lequel elle est originellement créée et la transforme en un objet répété en série, prêt à être partagé sur les réseaux sociaux ou immortalisé en un seul clic. Sans mépriser ni s'opposer à cette façon de concevoir l'art, A.GRABADO cherche à attirer l’attention sur cette décontextualisation de l'œuvre d'art qui dissipe son sens premier ; puiser la connaissance dans le processus de création autant que dans la contemplation de l’œuvre, nourrissant ainsi la pièce elle-même ainsi que ceux qui la regardent.

L’artiste se lance donc dans une recherche sur le comportement créatif, trouvant son aboutissement dans une série de travaux qui jouent avec les limites formelles et conceptuelles de la gravure en tant que discipline. En gravure, la création d’une matrice unique est un préalable indispensable à la reproduction et l’impression en série. On retrouve ici les deux concepts qui guident le projet d’Alba Lorente Hernández : la contemplation de la création et la production de masse. Prenant le contre-pied de la discipline, elle préserve ainsi l'esthétique de la gravure tout en soustrayant la finalité d’une production de masse. Surgit alors un trompe-l'œil, au travers d’œuvres uniques mais sérielles, qui viennent former un ensemble intitulé Plátano es.

À cette fin, l'artiste continue d'explorer l'esthétique destructiviste, caractéristique de l'ensemble de sa production : un processus dans lequel le geste, la trace et la charge exercée sur la matière deviennent centraux, tout comme la propre expérience du spectateur, qui peut atteindre un état cathartique en observant le processus.

Outre la série Plátano es, Alba Lorente Hernández développe également son travail de recherche par le biais d’un livre d'artiste dans lequel sera rendu visible, au travers d’écrits, d’esquisses et d'images, le temps conscient consacré à d'autres travaux réalisés en résidence et les différentes directions ou ramifications qui en découlent.

 


Alba Lorente Hernández est diplômée des beaux-arts par l'université de Saragosse (2016) et titulaire d'un master en production artistique interdisciplinaire (2018) de l'université de Malaga. Elle est actuellement doctorante dans le cadre du programme de recherche en art contemporain de l'université du Pays basque.

Son travail se construit autour d'une esthétique destructive qui trouve ses fondements chez les destructivistes latino-américains du début des années 1960. Elle aborde la destruction comme l’acte de création, non seulement d'une image mais aussi d'une méthodologie de compréhension anthropologique qui l'aide à explorer les pulsions thanato-destructrices. Elle élabore un code du monde esthétique et une autre perception du beau qui culmine dans la production de dessins et de sculptures, de nature abstraite, où l'on apprécie le registre processuel et temporel basé sur le support lui-même et l'action qui lui est appliquée.

Son travail a fait l'objet de nombreuses expositions personnelles telles que Acumen (Museo Salvador Victoria, Rubielos de Mora, Teruel), Damnatio Memoriae (La Puerta Gótica, Pamplona), Ater, atra, atrum (Centro de Arte Tomás y Valiente, Fuenlabrada), Resquicios (Torreón Fortea, Zaragoza), Ascesis. Desgarro del proceso (Espacio UM/ES, Université de Murcie) et A los que quieran saber el porqué. El camino de la obra de arte como posibilidad (Salle d'exposition du bâtiment des Beaux-Arts de Teruel). Son travail a également été présenté dans plusieurs expositions collectives en Espagne et en Italie.

En 2019, elle a été sélectionnée dans le cadre d’Open Portfolio VI et, en 2020, pour faire partie de la XVIIIe Promotion de la Fondation Antonio Gala pour les jeunes créateurs, avec son projet Damnatio Memoriae. En 2016, elle a été lauréate de la première édition des bourses Bezart, et en 2018, elle a reçu le prix d'acquisition du concours d'arts visuels de l'hôtel Four Seasons Madrid avec son œuvre La Dualidad de la Nada.

 

TRAVAUX PRÉCÉDENTS ET RÉCENTS

 

 

 

Artistes résidents 2022-2023

Manuel ABRAMOVICH (1987) – Cinéma

Milena CHARBIT (1990) – Architecture

Felix DESCHAMPS MAK (1996) - Peinture

Arash FAYEZ (1984) – Arts visuels

Jeanne LAFON (1987) – Architecture (Paysagiste)

Guillaume LILLO (1985) – Cinéma - Vidéo – Arts visuels

Stéphanie MANSY (1978) – Arts graphiques

Antoine NESSI (1985) – Sculpture - Installation

Assia PIQUERAS (1991) – Arts visuels – Cinéma

Delphine POUILLÉ (1979) – Sculpture

Laurent PROUX (1980) – Peinture

Élodie SEGUIN (1984) – Arts plastiques

Gabriel SIVAK (1979) – Composition musicale

-
Alba LORENTE HERNÁNDEZ (1994) – Arts visuels
Bourse Diputación Provincial de Zaragoza

Manu BLÁZQUEZ (1978) – Arts visuels
Bourse Ajuntament de la Ciutat de València