#AFM2022

Felix DESCHAMPS MAK

PEINTURE
felixdeschampsmak.com
CONTACT

#PEINTUREFIGURATIVE #GRANDSFORMATS #ARCHIVES #SCÈNES

La résidence à la Casa de Velázquez est, pour Félix Deschamps Mak, une opportunité de poursuivre sa production soutenue de tableaux dans un contexte favorable aux échanges, avec d’autres artistes mais aussi avec d’autres disciplines et sources d’inspiration artistiques.

À Madrid, il désire cultiver son lien avec la peinture espagnole et vient chercher un déracinement, un nouvel élan qui propulse sa peinture vers d’autres horizons picturaux.

Le geste même de Félix Deschamps Mak s’imprègne de tout ce qui l’entoure : la peinture classique et moderne, les archives, les photos, les lieux dans lesquels il travaille. Ses compositions sont pourtant sans cesse retravaillées : on y entrevoit le réel sans pour autant le décrypter. Félix Deschamps Mak représente le vide, l’absence mais surtout l’inachèvement qui se propage jusqu’à l’œil du spectateur à travers des compositions qui, toutes, suggèrent une suite, une alternative ouverte que le peintre laisse à chacun le soin d’imaginer.

Ses observations répétées et ses heures passées à copier les tableaux des grands maîtres inspirent Félix Deschamps Mak pour la réalisation de la série de peintures à l’huile qu’il vient produire à la Casa de Velázquez. En explorant la ville et ses innombrables musées et lieux culturels, il regarde Goya, Greco ou encore Francis Bacon pour leur esthétique noire et parfois cruelle, si caractéristique.

Le projet de Félix Deschamps Mak suit ainsi le fil de ses multiples inspirations et découvertes, dans un constant mouvement de retranscription du réel, faisant de son œuvre un perpétuel renouvellement et une surprise permanente.

 


Né en 1996, Félix Deschamps Mak est diplômé des Beaux-Arts de Paris en 2021 où il a étudié dans les ateliers de Jean-Michel Alberola et de François Boisrond. Imprégné de peinture classique et moderne, collectionneur assidu d’images d’art, de photographies de guerre et d’archives, il compose des tableaux où les notions d’espace, d’inachèvement et d’absence nourrissent un langage singulier et intemporel.

Félix Deschamps Mak considère ses tableaux comme des scènes et ses personnages comme des figures. Les vides, les absences et l’inachèvement revêtent une importance particulière. La composition suggère ainsi une suite, une alternative possible. Souvent, il revient sur la toile, reprend, modifie, recommence, refait. Dans son travail, un jeu d’échos prend forme. D’un tableau à l’autre, se répondent les scènes, les compositions, les couleurs et les références. Une part de recherche, intime et étrange, qui transforme et mêle les idées, les tentatives et les accidents, pour devenir des éléments constitutifs de son univers pictural.

Comme le souligne Henri Guette, membre de Jeunes Critiques d’art, « dans les toiles de Félix Deschamps Mak, quelque chose d’un existentialisme se fait jour jusque dans l’isolement des figures qui même réunies garde leur quant à soi. […] Prenant soin d’abstraire ses figures de tout autre contexte que la peinture, il établit des rapports de contraste. Les tonalités entre les gris de Payne presque bleu, les jaunes et les rouges orangés nous rappellent notre position de spectateur face à l’évènement et permettent de dépasser le traumatisme, l’effet de sidération. Le spectacle peut continuer… »

En parallèle de son travail de peintre, il passe par l’atelier de Richard Peduzzi. Il signe plusieurs scénographies, pour Transsibérien je suis, de Philippe Fenwick, au Théâtre National de Nice en 2015, pour Bouvard et Pécuchet, d’après Gustave Flaubert, à La Coursive en 2018, pour Le Bourgeois Gentilhomme, à l’Opéra de Montpellier en 2019 et pour L’Avare de Molière, au Théâtre National Populaire à Villeurbanne en 2022, mises en scène par Jerôme Deschamps.

Ses peintures ont été montrées dans le cadre d’expositions collectives aux Beaux-Arts de Paris, à la Foire Aemergence à Paris et à La Criée – Théâtre National de Marseille. En 2022, sa première exposition personnelle est présentée à la Galerie Lazarew, à Paris.

 

TRAVAUX PRÉCÉDENTS ET RÉCENTS

 

 

 

Artistes résidents 2022-2023

Manuel ABRAMOVICH (1987) – Cinéma

Milena CHARBIT (1990) – Architecture

Felix DESCHAMPS MAK (1996) - Peinture

Arash FAYEZ (1984) – Arts visuels

Jeanne LAFON (1987) – Architecture (Paysagiste)

Guillaume LILLO (1985) – Cinéma - Vidéo – Arts visuels

Stéphanie MANSY (1978) – Arts graphiques

Antoine NESSI (1985) – Sculpture - Installation

Assia PIQUERAS (1991) – Arts visuels – Cinéma

Delphine POUILLÉ (1979) – Sculpture

Laurent PROUX (1980) – Peinture

Élodie SEGUIN (1984) – Arts plastiques

Gabriel SIVAK (1979) – Composition musicale

-
Alba LORENTE HERNÁNDEZ (1994) – Arts visuels
Bourse Diputación Provincial de Zaragoza

Manu BLÁZQUEZ (1978) – Arts visuels
Bourse Ajuntament de la Ciutat de València