La loi du lucre

L'usure en procès dans la Couronne d'Aragon à la fin du Moyen Âge

  • 59 €
  • 2011
  • ISBN 9788496820593
  • 546 p.
  • 17 x 24 cms.
  • Paperback
  • Bibliothèque de la Casa de Velázquez no 52

Add to cartYOUR ORDER

Buy the digital edition from:
Casalini Libri
e-libro
Google Play Store
Digitalia
Unebook

En 1297, la chancellerie du roi Jacques II d'Aragon enquête contre les usuriers. L'influence papale, la clameur populaire, le développement de l'administration judiciaire favorisent des procédures qui corrigent les taux d'intérêts immodérés. Témoins et accusés narrent les petits faits omis dans les autres sources, et décrivent des pratiques créditrices avec lesquelles tous jouent sans complexe, jusqu'à la faillite. Parce qu'il naît d'une crise de la confiance, le procès démontre combien les qualités humaines sont une valeur primordiale sur les marchés. Les hommes d'affaires, plus souvent chrétiens que juifs, doivent respecter une norme qui place l'équité au coeur de la cité. Cette étude d'histoire économique ouvre la voie à une histoire des juifs « désenclavée » et réhabilite l'usure. Alors que balbutie le stéréotype qui transforme le juif en usurier, les prêteurs issus de la communauté hébraïque se révèlent dignes de foi et membres du corps politique.

Contents

Introduction
I. - Dénoncer l’usure. La chancellerie contre les usuriers
II. - Récits d’usure
III. - Le lieu des crimes. L’administration royale de la couronne d’Aragon et les échanges vers 1297
IV. - Au pays de l’usure légale ? Droit et contrôle du crédit et dans la couronne d’Aragon
V. - Une suspicion généralisée sur les contrats
VI. - Le fils de l’usurier
VII. - L’usure, les usures et les usuriers
VIII. - La justice des usures
IX. - Les juifs, les usures et le royaume. La construction d’un corps politique par l’éthique
Conclusion
Chronologie et généalogie. La couronne d’Aragon aux XIIIe et XIVe siècles

Reviews

Revue des études juives
Nº 172, janvier-juin 2013
Au-delà de la compréhension de la lutte contre les usures dans un État en construction et de ses conséquences pour les juifs, le livre de Claude Denjean soulève des questions historiques majeures. Il démontre une fois de plus, s'il en est besoin, qu'à travers les documents de la pratique, l'économique est la face visible des enjeux de société, politiques et culturels. La méthode est toujours livrée scrupuleusement et l'argumentation n'est jamais tronquée, afin de susciter le questionnement et inciter le lecteur à poursuivre le cheminement heuristique, défis que l'A. relève haut la main en immergeant son lecteur dans les archives avec enthousiasme et générosité.
Juliette Sibon

Anuario de Estudios Medievales
Nº 42/1, enero-junio 2012
L'ouvrage de C. Denjean est assurément un jalon important dans l'histoire des communautés juives catalanes et du crédit médiéval, tant par la richesse des analyses et l'ampleur de la bibliographie mobilisée, que par les nombreux problèmes et interrogations qu'il soulève, et sur lesquels, on l'espère, la recherche saura rebondir.
Nicolas Pluchot

ONIX 3.0