Carlo BAGHETTI

1987
Docteur en littérature italienne contemporaine
carlo.baghetti@casadevelazquez.org

 

Formation

20142019 : Doctorat -  Thèse en littérature italienne contemporaine : “Il lavoro e il suo racconto. Uno studio sulla narrativa italiana dal 1994 ai nostri giorni”, en cotutelle entre Aix-Marseille Université et Università degli studi di Roma, “La Sapienza”, sous la direction de M. Claudio Milanesi (AMU) et Mme Franca Sinopoli (“La Sapienza”), financée par A*Midex Académie d’Excellence.

20112013 : Master 2 [Laurea magistrale] - Università degli studi di Roma, “La Sapienza”, Études italiennes et européennes. Titre du mémoire : “Il tema del lavoro (in ufficio) nella letteratura contemporanea italiana e francese”, sous la direction de Mme Franca Sinopoli. Note finale 110 cum laude/110.

2010–2011 : Master 1 - Paris 3 - Sorbonne Nouvelle, Études Italiennes, UFR Italien. Titre du mémoire : “Pier Vittorio Tondelli tra la Neoavanguardia e il Postmoderno”, sous la direction de Mme Maria Pia De Paulis.

2009–2010 : Erasmus - Paris 3 - Sorbonne Nouvelle, UFR Littérature Générale et Comparée, UFR Italien, UFR Lettres Modernes.

2006–2010 : Licence [Laurea triennale] - Università degli studi di Napoli, “Federico II”, Lettres Modernes.



Recherche en cours

Titre du projet de recherche à la Casa de Velázquez : Vies subprimes. Récits de vie précaires : enjeux et usages publics des représentations du travail en crise dans l’Espagne contemporaine (2008-2018)
 

L’activité de recherche de Carlo Braghetti peut être rattachée à quatre domaines particuliers : a) La non-fiction italienne ; b) L'avant-garde (avec une attention particulière pour la Néo-avant-garde italienne) ; c) La littérature italienne du début du XXe siècle ; d) Les représentations artistiques du travail.

La recherche post-doctorale à la Casa de Velazquez d’inscrit dans le quatrième et plus important domaine de recherche, que nous pouvons distinguer deux sous-domaines : les représentations italiennes et les représentations européennes. Pour le premier sous-domaine, outre sa thèse de doctorat - dans laquelle il a retracé et discuté, en plus de sept cents pages, l'histoire de la nouvelle littérature de travail en Italie (1994-2019). Il a publié de nombreux articles, en italien, en français et en anglais ; une monographie sur le sujet est en train d’être publiée en Italie (2021). Outre la publication des articles et de la monographie, Carlo Baghetti a également édité un volume collectif (Il lavoro raccontato, Franco Cesati, 2020) et dirigé les travaux de différents numéros monographiques de revues scientifiques. En 2021, pour Peter Lang, un important volume consacré à la littérature et au cinéma de l'Italie d’époque industrielle, sera publié aux États-Unis, ce qui comblera une lacune bibliographique en anglais ; l'étude est réalisée avec Jim Carter (Michigan University) et Lorenzo Marmo (Università di Napoli, "L'Orientale"). En parallèle de ces publications, Carlo Baghetti a contribué au débat national et international sur ces questions en organisant des séminaires, des journées d'étude, des panels lors de conférences internationales et, en 2015, a fait partie de l’équipe qui a organisé une Summer School consacrée au “(Non-)travail dans la culture italienne”, financée par une bourse de l'AIPI (Associazione Internazionale dei Professori dItaliano).

Le deuxième sous-domaine est celui qui étudie ces représentations dans l'espace européen. Pendant les années de master et de son doctorat, M. Baghetti a toujours observé attentivement la façon dont le travail est raconté dans d'autres pays européens, tant dans le Sud (France, Espagne) que dans une dimension plus large, prenant en compte l'Europe centrale et du Nord. Au delà de cet intérêt, il a commencé à constituer un réseau de chercheurs intéressés par ce type de représentations, afin d'étudier les représentations du travail de manière comparative. Avançant dans la recherche et se familiarisant avec les techniques d'investigation scientifique les plus récentes, il a cherché à étendre son réseau dans un sens interdisciplinaire, parvenant à impliquer non seulement des critiques de diverses littératures et de l'art, mais aussi des historiens, des sociologues, des économistes, des philosophes et des juristes du travail, dans le projet de l'Observatoire Européen des Récits du Travail (OBERT), qui a été fondé en 2018 et qui, depuis lors, est très actif par le biais de séminaires, journées d'étude, workshop, Summer School.



Publications

Articles dans revues avec comité scientifique

«“Cosa guardiamo quando guardiamo un evento sportivo”? Il ruolo dell’“Ultimo Uomo” nel recente panorama del giornalismo sportivo in Italia. Intervista a Daniele Manusia e Emanuele Atturo», dans J. Obert (éd.), Corpore sano. Exercises du corps et représentations du sport dans la culture italienne, «Italies», n. 23, 2019, pp. 413-426.

«La morte del padre come costante narrativa della nuova letteratura del lavoro», dans S. Adamo (éd.), «Status Quaestionis. A Journal of European and American Studies», n. 16, 2019, pp. 13-33.

«Non fiction e working class. Intervista ad Alberto Prunetti», dans «Cahiers d’études romanes», n. 38, 1/2019, Presse Universitaire de Provence, Aix-Marseille Université, pp. 287-298.

«Introduzione», dans C. Baghetti (éd.), Letteratura e lavoro in Italia. Analisi e prospettive, dans «Notos», n. 4, 2017, pp. 7-10.

«Formes et fonctions d’un roman impopulaire: Vogliamo tutto de Nanni Balestrini», dans Aa. Vv., Le peuple. Théories, discours et représentations, «Cahiers d’études romanes», n. 35, 2/2017, Presse Universitaire de Provence, Aix-Marseille Université, pp. 493-504.

«La dismissione di Ermanno Rea: opera-ponte dal postmoderno alla non-fiction», dans Presente e futuro della lingua e letteratura italiana: problemi, metodi, ricerche, E. Pirvu (éd.), Franco Cesati, Firenze, 2017, pp. 433-444.

«Confini mobili della modalità non-fiction. Ermanno Rea, Mistero napoletano e La comunista», dans «Heteroglossia. Quaderni di linguaggi e interdisciplinarità», n. 14, 2015, pp. 145-170.

«Tic linguistici e influenza della televisione nei romanzi di Tommaso Pincio e Giuseppe Genna», dans G. M. P. Vincelli (éd.), «Quaderni del ‘900», n. 14, Fabrizio Serra Editore, Pisa-Roma, 2014.

«Intervista di Carlo Baghetti a Tommaso Pincio», dans G. M. P. Vincelli (éd.), «Quaderni del ‘900», n. 14, Fabrizio Serra Editore, Pisa-Roma, 2014.

C. Baghetti, «Intervista di Carlo Baghetti a Giuseppe Genna», dans G. M. P. Vincelli (éd.), «Quaderni del ‘900», n. 14, Fabrizio Serra Editore, Pisa-Roma, 2014.


Chapitres de livres

«Da “vogliamo tutto” a “io non voglio niente”. Rappresentazioni letterarie del lavoro e impegno politico da Balestrini a Trevisan», dans C. Baghetti et alii, Il lavoro raccontato. Studi su letteratura e cinema italiani dal postmodernismo allipermodernismo, Franco Cesati, Firenze, 2020, sous presse.

«Contemporary Returns to Questions of Industry and Labor», dans C. Baghetti, J. Carter, L. Marmo (éds.), Italian Industrial Literature and Film, Peter Lang, Berne, 2020, sous presse.

«Works by Vitaliano Trevisan and the representation of work in the neo- liberal age», dans A. Condello et T. Toracca, Law, Labour and the Humanities, Routledge, London, 2019, pp. 183-198.

«Alle origini della non-fiction italiana. L’ultima lezione di Ermanno Rea», dans C. Baghetti et D. Comberiati (éds.), Contro la finzione. Percorsi della non-fiction nella letteratura italiana contemporanea, Ombre corte, 2019, pp. 34-49.

«La poetica del confine nei romanzi “continui” di Luigi Di Ruscio», dans D. Comberiati et F. Pisanelli (éds.), Scrivere tra le lingue, Aracne, Roma, 2017, pp. 43-59.


Comptes rendus

D. M. Pegorari, Scritture precarie. Editoria e lavoro nella grande crisi 2003 – 2017, Stilo, Bari, 2018, dans «Annali d’Italianistica», n. 37, 2019, pp. 549-551.

C. Tirinanzi De Medici, Il romanzo italiano contemporaneo. Dalla fine degli anni Settanta a oggi, Carocci, Roma, 2018, dans «Incontri», anno 34, 2019 (1), pp. 154-156.

S. Lazzarin, A. Morini (éds.), Maîtres, précepteurs et pédagogues. Figures de l’enseignant dans la littérature italienne, Peter Lang, Berne, 2017, dans «Between», VIII.16 (2018).

S. Contarini, M. P. De Paulis, A. Tosatti (éds.), Nuovi realismi: il caso italiano. Definizioni, questioni, prospettive, Massa, Transeuropa, 2016, dans «Italies», n. 21, 2017, online, http://journals.openedition.org/italies/5891.

Aa. Vv., Narrazioni della crisi, Franco Cesati, Firenze, 2016, dans «Cahiers d’études romanes», n. 34, 2017, PUP, Aix-en-Provence, pp. 177-178.


Activité éditoriale

C. Baghetti, S. Laporte, Préface à L’Italie année zéro. Chronique de la crise, Presse Universitaires de Nanterre, Paris, 2018, pp. 11-14.


Editeur de numéro de revues à comité scientifique 

«Letteratura e lavoro in Italia. Analisi e prospettive», dans «Notos», n. 4, 2017, Université Paul Valery, Montpellier 3.


Co-éditeur de numéro de revues à comité scientifique

C. Baghetti, C. Milanesi, E. Zinato (éds.), «Rappresentazioni artistiche del lavoro in Europa, dagli anni Ottanta ad oggi», dans «Costellazioni», Università degli studi di Roma, “La Sapienza”, 2019.


Co-éditeur d’ouvrages 

C. Baghetti et alii, Il lavoro raccontato. Studi su letteratura e cinema italiani dal postmodernismo allipermodernismo, Franco Cesati, Firenze, 2020, sous presse.

C. Baghetti, J. Carter, L. Marmo (éds.), Italian Industrial Literature and Film, Peter Lang, Berne, 2020, sous presse.

C. Baghetti e D. Comberiati (éds.), Contro la finzione. Percorsi della non-fiction nella letteratura italiana contemporanea, Ombre corte, 2019.



Mots clés

Démocratie - Travail et Post-Travail - Rapport entre art et politique - Europe du Sud - Lutte de classe - Récits de vie - Vulnérabilité sociale et professionnelle - Capitalisme

 

PODCASTS
08/06/2018 - 29min 24s - Espagnol