Arnaud BARTOLOMEI

1976
Agrégé d'Histoire
Maître de conférence en histoire moderne et contemporaine
Université Côte d'Azur
arnaud.bartolomei@casadevelazquez.org

 

Parcours académique et professionnel

2018-2019 - accueil en délégation CNRS au sein de l’UMR Framespa (Université Jean Jaurès-Toulouse)

2017-2018 - titulaire de la Cátedra Marcel Bataillon (Universidad Autónoma de México)

2014-2017 - Coordinateur du programme ANR « Fiduciae. Pratiques et matérialités de la relation marchande (XVIIIe – XIXe siècle) » (https://cmmc-nice.fr/recherches-2/programmes-finances-2/fiduciae/)

Depuis 2008 - Maître de conférences en histoire, Université Côte d’Azur, Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine

2007 - Doctorat d’histoire (Université Aix-Marseille I). Titre de la thèse « La Bourse et la vie. Destin collectif et trajectoires individuelles des marchands français de Cadix, de l’instauration du comercio libre à la disparition de l’empire espagnol (1778-1824) » (sous la direction de Gérard Chastagnaret)

2005-2007 - membre de la Casa de Velázquez

2002-2005 - allocataire-moniteur d’histoire (Université de Provence)

2000 - agrégation externe d’histoire


Recherches en cours

Projet de recherche à la Casa de Velázquez : Après l’Empire. La disparition de la Carrera de Indias et la reconfiguration des échanges commerciaux entre le Mexique et l’Europe (vers 1750-vers 1840)

Après avoir soutenu une thèse sur l’histoire de la colonie marchande française de Cadix à la fin du XVIIIe siècle, Arnaud Bartolomei a orienté ses recherches vers l’étude des pratiques et des institutions du commerce à distance dans l’Europe préindustrielle. Il a coordonné dans ce cadre différents projets sur les figures de l’intermédiation marchande (les commis voyageurs, les consuls, les courtiers), ainsi que sur les pratiques, les instruments et la matérialité des échanges marchands (la correspondance, le rôle des actes notariés, l’établissement de relations de confiance). En parallèle, il a également continué à travailler sur le statut des étrangers dans l’Europe moderne et sur les formes d’encadrement de leurs mobilités, en retenant l’Espagne comme terrain d’observation privilégié.

Son projet de recherche actuel est centré sur l’étude des circuits, des institutions et des réseaux du commerce international dans l’Atlantique hispanique durant la période 1750-1840 et propose, en premier lieu, de discuter l’idée que l’Amérique hispanique serait passée de la domination impériale formelle de l’Espagne à celle, informelle, des puissances européennes (le Royaume-Uni et la France en premier lieu). Le choix a été fait de placer la focale sur les échanges liant l’Europe au Mexique, afin d’étudier au plus près l’impact des indépendances américaines sur les dynamiques commerciales à l’œuvre dans l’Atlantique hispanique. L’analyse est plus précisément attentive aux circuits commerciaux structurant cet espace aux deux périodes considérées (avant et après la proclamation de l’indépendance du Mexique en 1821), aux groupes d’acteurs marchands qui les animaient et aux institutions qui assuraient la régulation de ces échanges durant la période coloniale (consulados, Casa de la Contratación, Consejo de Indias) et durant les premières décennies du XIXe siècle (consulats et légations étrangères au Mexique, chambres de commerce en Europe, etc.). Ce faisant, l’objectif est de mieux cerner les logiques institutionnelles, relationnelles et capitalistiques qui déterminaient le partage de la valeur ajoutée et des profits commerciaux dans une économie atlantique précocement mondialisée et de parvenir ainsi à une meilleure compréhension des dynamiques qui ont accompagné, ou freiné, la globalisation de l’économie mondiale à une période charnière de son histoire.

Les premiers résultats obtenus amènent à défendre l’hypothèse que le profit marchand dans les économies préindustrielles, que ce soit en contexte colonial ou non-colonial, était largement lié à la capacité des acteurs à créer des conditions monopolistiques d’accès aux marchés. Ils mobilisaient pour cela des ressources institutionnelles et relationnelles adaptées au contexte politique et commercial plus général. Á équidistance des approches économiques classiques, qui réduisent les marchands à des agents mus par leurs seuls intérêts individuels, et des théories mercantilistes, qui en font des acteurs des politiques commerciales mises en œuvre par leurs autorités de tutelle, ces travaux montrent comment s’articulaient les stratégies individuelles et collectives des acteurs du commerce à distance pour créer les conditions ordinaires du profit marchand.


Publications

Ouvrage individuel

Arnaud Bartolomei, Les marchands français de Cadix et la crise de la Carrera de Indias (1778-1828), Madrid, Casa de Velázquez, 2017.


Co-direction d’ouvrages ou numéros de revue

Arnaud Bartolomei, Silvia Marzagalli (dir.), dossier « La Méditerranée dans les circulations atlantiques au XVIIIe siècle », Revue d’histoire maritime, n°13, juin 2011.

Arnaud Bartolomei, Claire Lemercier et Silvia Marzagalli (dir.), dossier « Les commis voyageurs, acteurs et témoins de la Grande Transformation », Entreprises et Histoire, n°66, 2012.

Arnaud Bartolomei, Gilbert Buti et Olivier Raveux (dir.), dossier « Travailler chez l’autre, travailler avec l’autre en Méditerranée (XVe-XXe siècles) », Cahiers de la Méditerranée, n°84, 2012.

Arnaud Bartolomei, Mathieu Grenet, Fabrice Jesné et Jörg Ulbert (dir.), dossier « La chancellerie consulaire française (XVIe-XXe siècle) : attributions, organisation, agents, usagers », Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, n°128-2, 2016 [en ligne].

Arnaud Bartolomei, Guillaume Calafat, Mathieu Grenet et Jörg Ulbert (dir.), De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XIXe siècle), Madrid-Rome, Casa de Velázquez-École française de Rome, 2018.

Arnaud Bartolomei, Sylvain Lloret (dir.), dossier « Stratégies et procédures d’identification des étrangers (mondes hispaniques-Méditerranée, XVIIe-XIXe siècles) », Mélanges de la Casa de Velázquez (en cours).


Articles dans des revues à comité de lecture

Arnaud Bartolomei, « Des biens aux personnes. Les représailles exercées contre les marchands français de Cadix dans les conflits franco-espagnols des périodes révolutionnaire et impériale (1793-1815) », Mélanges de la Casa de Velázquez, n°39-1, 2009, p. 171-189.

Arnaud Bartolomei, « Cadix et la Méditerranée à la fin du XVIIIe siècle », Revue d’histoire maritime, n°13, 2011, p. 173-209.

Arnaud Bartolomei, « La naturalización de los comerciantes franceses de Cádiz a finales del siglo XVIII y principios del XIX », Cuadernos de Historia moderna, n°10, 2011, p. 123-144.

Arnaud Bartolomei, Claire Lemercier, « Traveling salesmen as symptoms and agents of modernity in France (18th-20th centuries) », Zeitschrift für Unternehmensgeschichte (ZUG). Journal of Business History, n°59, 2014-2, p. 135-153.

Arnaud Bartolomei, « Actes notariés versus actes de chancellerie. Le rôle des chancelleries consulaires françaises dans la formalisation des actes commerciaux et civils (XVIIIe -XIXe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, n°128-2, 2016 [en ligne].

Arnaud Bartolomei, Matthieu de Oliveira, Fabien Eloire, Claire Lemercier et Nadège Sougy, « L’encastrement social des relations entre marchands en France (1750-1850). Une révolution dans le monde du commerce ? », Annales HSS, n°72-2, 2017, p. 425-460.

Arnaud Bartolomei, Claire Lemercier, Viera Rebolledo-Dhuin et Nadège Sougy, « Becoming a correspondent: The foundations of new merchant relationships in early modern French trade (1730-1820) », Enterprise & Society, vol. 20, n°3, 2019, p. 533-574.

Arnaud Bartolomei, Matthieu de Oliveira, Boris Deschanel et Thomas Mollanger, « The making of commercial innovations. The use of printed commercial circular letters in France and Europe (18th-19th centuries) », Business History Review (en cours).

Arnaud Bartolomei, « Formaliser l’empire pour favoriser le commerce. Les stratégies institutionnelles de la pénétration européenne du marché mexicain (1821-1867) », Outre-Mers. Revue d’histoire (en cours).


Contributions à des ouvrages collectifs

Arnaud Bartolomei, « Identidad e integración de los comerciantes extranjeros en la Europa moderna. La colonia francesa de Cádiz a finales del siglo XVIII », dans A. Crespo Solana (dir.), Comunidades transnacionales. Colonias de mercaderes entranjeros en el Mundo Atlántico (1650-1830), Madrid, Ediciones Doce Calles, 2010, p. 359-376.

Arnaud Bartolomei, « L’impact des indépendances coloniales sur le commerce de Cadix dans la première moitié du XIXe siècle », dans X. Huetz de Lemps et J.-P. Luis (dir.), Sortir du labyrinthe. Études d’histoire contemporaine de l’Espagne offertes à Gérard Chastagnaret, Madrid, Casa de Velázquez, 2012, p. 241-273.

Arnaud Bartolomei, « De la utilidad comercial de los consules. Problemáticas y estado de los conocimientos (Europa y mundo mediterraneo, siglos XVII, XVIII y XIX) », dans M. Aglietti, M. Herrero Sánchez, F. Zamora Rodríguez (dir.), Los cónsules de extranjeros en la Edad Moderna y a principios de la Edad Contemporánea, Madrid, Ediciones Doce Calle, 2013, p. 247-258.

Arnaud Bartolomei, « Le rôle des courtiers dans les jeux de l’échange. L’exemple de la place de Cadix à la fin du XVIIIe siècle », dans V. Demont, M. Scherman, A. Wegener Slesswijk (dir.), Le pouvoir des courtiers, ENS, Paris, 2018, p. 43-58.

Arnaud Bartolomei, « Francisco de Yraeta, un ‘marchand d’empire’ à Mexico (1769-1797) », dans S. Dulucq et F. Godicheau (dir.), Figures d’empire, Rennes, PUR (en cours).


Mots clés

Atlantique hispanique ; Mexique ; XVIIIe-XIXe siècle ; commerce à distance ; commerce colonial ; impérialisme

 

PODCASTS
08/02/2016 - 43min 50s - Français