Silvia LERÍN

Arts plastiques
silvia.lerin@casadevelazquez.org

Boursière de l'Ayuntamiento de Valencia
silvialerin.com

 

 

Silvia Lerín sort diplômée des beaux-arts de l'Université polytechnique de Valence en 1998. Depuis cette date, elle a fait l’objet de nombreuses expositions individuelles en Espagne, au Royaume-Uni et en Allemagne. Son travail a également été montré dans des foires et des expositions collectives aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Espagne, en Finlande et en Allemagne.

Elle a reçu de nombreux prix et bourses de la part d'institutions telles que la Pollock-Krasner Foundation, The Annex Collection Award, la Freelands Foundation, la Real Academia de Bellas Artes de San Carlos, ou le Ministère espagnol de la Culture.

Elle a été invitée à participer à plusieurs résidences artistiques : The Florence Trust Residency (Londres), ESXLA (Los Angeles) et The Prairie Center of the Arts (Peoria, IL, US).

Le travail de Silvia Lerín est principalement constitué de peintures et d'installations. Ces deux pratiques sont basées sur la manipulation du matériau qu’elle plie, coupe et superpose pour créer des formes, jusqu'à atteindre un équilibre dans la composition.

Dans ce processus de création, elle combine très souvent la peinture avec d'autres matériaux par le biais de collages et/ou d'assemblages. Cet amalgame de différents matériaux offre ainsi un mélange de textures qui enrichit l'expérience visuelle de la pièce par le biais d’ombres, de plis et de fissures.

Dans son travail, elle souligne l'importance de la relation physique avec le matériau. Elle l’étudie et en explore ses possibilités expressives pour créer des œuvres qui suggèrent des objets, des lieux ou des expériences et qui, après une observation lente, déclenchent une sorte de reconnaissance de l'objet, du lieu ou de l'émotion qui l'a inspiré, en empruntant les chemins nouveaux de l’imagination. En ce sens, les titres que Silvia Lerín choisit pour ses œuvres jouent un rôle important dans ce processus de reconnaissance, donnant parfois des indices, d'autres fois agissant plus clairement comme une véritable déclaration d'intentions.

En résidence 

À la Casa de Velázquez, Silvia Lerín poursuit son projet Copper skin : une série autobiographique qui étudie la façon dont le cuivre, au cours de son processus d'oxydation, couvre sa surface d’un vert turquoise caractéristique, qui donne naissance à une sorte d'épiderme du métal.

Pour l’artiste, cette oxydation revêt une connotation très poétique, semblable à la résurrection du phénix : l'oxyde, au lieu d'évoquer la détérioration et la décomposition, devient beau pour l'œil en plus de se convertir en une peau "protectrice" de cuivre ; une métaphore qui fait écho à la vie personnelle de l’artiste. Dans ce projet, Silvia Lerín se concentre sur ce second regard qui peut nous faire comprendre et voir la beauté de quelque chose qui nous semblait jusqu’alors vieux et inutile.

Pendant sa résidence, son travail se concentre sur la création d'œuvres aux textures variées, combinant les techniques de la gravure et de la peinture, créant des effets de "cuivre oxydé", jouant avec les formes et les volumes. Dans de nombreux cas, ses œuvres sont transformées en peintures sculpturales qui créent leurs propres ombres et perspectives, interagissant de manière installative avec l'espace d'exposition.

 

 

PODCASTS
08/05/2017 - 55min 43s - Anglais