Marine DELOUVRIER

Architecture
1991                                        

Biographie

Architecte et dessinatrice, Marine Delouvrier travaille principalement dans le domaine du patrimoine architectural et urbain. Son envie de décrypter une architecture déjà construite, de comprendre sa structure et son histoire est pour elle un moyen de poser un regard distant sur la pratique de l’architecture, en se situant d’avantage dans les champs de la recherche et de l’analyse.

Diplômée de l’école nationale supérieure de Paris Belleville en 2015, elle se consacre depuis trois ans à l’illustration de l’histoire de l’architecture notamment à travers des missions pour le Studio Différemment, l’Association Madinat Albalat ou encore la maison d’édition CM Exceptions.

Ses illustrations du patrimoine, qui restituent les enquêtes menées sur le fonctionnement d’un morceau de territoire ou d’un bâtiment, ont pour but de transmettre l’analyse de leur morphologie et de leur histoire. La liberté que permet le dessin, la richesse des codes de représentation propres à l’architecture et leur dépassement lui permettent de choisir pour chaque sujet la représentation la plus didactique pour faire comprendre la complexité d’un site ou d’un bâtiment.

 

Projet en résidence

Le projet en résidence de Marine Delouvrier se concentre sur les villages de la Sierra Norte de Guadalajara, à 130km au Nord-Est de Madrid.
Son objectif est de réaliser une analyse dessinée de ce site à différentes échelles: à l’échelle territoriale, pour comprendre le rapport à la géographie de ces chapelets de villages qui fonctionnaient comme un ensemble, ensuite à l’échelle du village, pour étudier son organisation sociale et spatiale qui était la conséquence directe de la forme naturelle du lieu, et enfin à l’échelle architecturale, pour étudier et restituer les savoirs-faires dont ces constructions sont le produit.

Ces illustrations didactiques seront nourries par une enquête de terrain poussée, un arpentage du site restitué par des dessins et des relevés faits sur place. La récente prise de conscience de l’impact humain sur son environnement, les bouleversements climatiques que son activité engendre, la nécessité d’adapter ses pratiques en accord avec un contexte naturel sont selon elle les symptômes d’un changement profond qui remet en question une vision hégémonique de l’homme : il semble à présent vital pour lui d’adapter son mode de vie au contexte naturel dans lequel il s’installe. Le but de cette enquête illustrée sur les villages de pierre noire n’est pas d’idéaliser le modèle rural, mais de tenter de comprendre une manière de concevoir une architecture à échelle humaine, dont la forme émerge des ressources présentes sur place et de contraintes spatiales naturelles.