Marie B. SCHNEIDER

Photographie
Mail : marie.b.schneider@casadevelazquez.org





Biographie

Après des études à l’école des Beaux-Arts de Bordeaux, Marie B. Schneider intègre l’École Nationale Supérieure de la Photographie à Arles. Depuis une dizaine d’années, l’artiste parcourt les grandes zones urbaines européennes, dressant le portrait d’une cité d’une grande uniformité architecturale, qui évoque une ville désertique, à la lisière du fantastique.

Dans son travail, Marie B. Schneider s’intéresse à la ville comme une entité qui – au gré de l’hyper-privatisation et d’une logique néolibérale – s’est transformée en une entreprise régie par des politiques urbaines qui tendent à une recherche effrénée de croissance et de rentabilisation. Dans le contexte d’après la crise économique mondiale de 2008, l’artiste explore la face cachée de la ville néolibérale : zones délaissées, maisons construites en série, villes nouvelles, architectures ordinaires... Minimales et épurées, ses photographies rendent compte d’espaces sans figures humaines et où les formes semblent vidées de leur fonction initiale. Elles invitent le regardeur à se restituer dans le monde dans lequel il évolue, et interrogent le statut de l’individu dans l’espace architectural.


Projet artistique en résidence

Le projet intitulé Les Ombres s'inscrit dans la continuité des travaux d'explorations urbaines initiés par l’artiste en 2009 et se situant dans le contexte particulier des cités fantômes espagnoles.

Durant sa résidence, Marie B. Schneider part à la rencontre de ces bâtiments construits pendant le boom immobilier des années 2000 et stoppés par la crise économique mondiale de 2008. Le projet précise cette attirance pour ces ruines à l'envers, comme le disait l’artiste américain Robert Smithson, et a pour ambition de réaliser des objets quintessentiels de cette cité désertique que son travail dépeint.


mariebschneider.com