Quentin RAVELLI

Cinéaste résident à la Casa de Velázquez, Quentin Ravelli réalise un long métrage documentaire sur la crise immobilière espagnole : Bricks. En suivant la vie des briques, des usines aux villes nouvelles, devenues des villes fantômes, il montre les profondes transformations de l’Espagne d’aujourd’hui. Dans un pays où l’on trouve des millions de logements vides et où les conflits sociaux se multiplient, ce film explore, à partir de quelques personnages emblématiques, les choix qui s’offrent à nous : s’adapter, rêver un autre monde, chercher à le transformer.

Il a écrit deux romans. Le premier, Retrait de marché (Gallimard, 2011), décrit l’histoire d’un chimiste adorateur du Général de Gaulle, qui invente un antibiotique fabuleux, avant de s’enfuir devant les effets secondaires dévastateurs de sa propre invention. Le second roman, Gibier (Gallimard, 2013), raconte l’histoire d’une paysanne révoltée, qui traverse les grandes étapes de la Hongrie communiste au cœur d’un petit village producteur de betteraves à sucre.

Après des études de philosophie, il a soutenu sa thèse de sociologie sur l’industrie pharmaceutique : La Stratégie de la bactérie (Le Seuil, à paraître). Depuis, il est chercheur au CNRS et travaille sur les crédits à risque à l’origine de la crise financière. À partir de ces études de cas, il cherche à comprendre la place qu’occupent les marchandises dans la société contemporaine. Sa démarche ethnographique croise l’économie politique, la sociologie du travail et l’anthropologie culturelle.