Pauline SCHERRER

Comment l'architecture peut-elle dialoguer plus intensément avec le corps humain ? C'est autour de cette question que s'articule la démarche de Pauline Scherrer. Son processus de conception se fonde sur la prise en compte du mouvement corporel dans l'espace et s'inscrit dans un vaste champ d'exploration sensible où se mêlent croquis, maquettes, calligrammes, collages et photographies. 

Diplômée de l'INSA de Strasbourg, elle a vu son projet de fin d'études « Un nouvel Institut Jaques-Dalcroze à Genève » récompensé par le premier prix du Concours du meilleur diplôme de l'Académie d'Architecture 2010. Ce projet s'intéresse à une pédagogie musicale fondée sur le mouvement et propose des espaces propres à stimuler le corps. Le parcours de l'Institut questionne la gravité, l'équilibre, le rapport au vide. Il multiplie les effets directionnels et dessine une alternance d'espaces contrastés à travers le modelage des pleins et des vides. 

Après deux années de pratique professionnelle à Paris, l'architecte élargit aujourd'hui sa réflexion au sein de la Casa de Velázquez en interrogeant de nouveaux lieux : les espaces « ordinaires », les espaces du quotidien à Madrid. Elle arpente l'espace urbain, ses lieux de trajectoire, de transition, ses franchissements, ses lisières. Au fil de ses parcours, elle saisit les espaces qui l'interpellent et pose les jalons de nouveaux projets.